Le 15 janvier dernier, André Villas-Boas (42 ans), l’entraîneur de l’OM, donnait une conférence de presse sanglante à l’égard de Jacques-Henri Eyraud, notamment après que son président a engagé Paul Aldridge dans le but de mieux vendre les joueurs marseillais du côté de l’Angleterre. Le technicien portugais avait également fait comprendre que si son directeur sportif, Andoni Zubizarreta, venait à quitter la cité Phocéenne, il se dirigerait aussi vers la sortie. À en croire l’ancien président de l’OM (2002-2004), Christophe Bouchet, cette sortie médiatique laisse présager un départ d’AVB à la fin de l’exercice en cours.

« On apprend aux entraîneurs à vivre dans une méfiance organisée. Ils élaborent une stratégie afin de faire durer leur carrière. Très vite, ils trouvent les éléments de langage qui justifieront leur futur départ. Ils mettent vite sur la table ce qui leur servira de meilleure excuse au moment d’être mis dehors et de prendre les indemnités. C’est ce que vient de faire Villas-Boas. Il a posé les bases de son départ : “On me donne un effectif insuffisant, on fragilise ma relation avec Zubizarreta, mais j’ai de bons résultats car j’ai du talent.” Il est déjà dans son prochain contrat, ailleurs. C’est fait de façon astucieuse. Quand on commencera à évoquer son départ, les journalistes ressortiront ses propos », a confié l’ancien dirigeant olympien dans France Football. Sous contrat jusqu’en juin 2021 avec Marseille, André Villas-Boas avait déclaré, le 18 janvier dernier, s’être expliqué avec Jacques-Henri Eyraud et que les choses étaient à présent mises au clair.