Kurt Zouma, Faouzi Ghoulam, Joshuah Guilavogui, Allan Saint-Maximin, Emmanuel Rivière... Abdel Bouhazama, aujourd’hui directeur du centre de formation du SCO Angers, a activement participé à la formation de ces jeunes talents du temps où il officiait à l’AS Saint-Étienne. Le technicien a également eu sous ses ordres un certain Bilel Aouacheria (22 ans) dans le Forez. L’ailier droit, finalement non conservé par les Verts, a rebondi du côté du Portugal, où il évolue désormais au Sporting CP, en équipe réserve, en deuxième division. « J’ai commencé dans un petit club près de Saint-Étienne, l’Amicale Laïque du Soleil. J’ai ensuite été recruté à l’âge de 7 ans par l’AS Saint-Étienne. J’y ai fait toute ma formation jusqu’à mes 20 ans. On ne m’a finalement pas proposé de contrat professionnel. Du coup, je suis parti. J’ai rebondi en 2e division portugaise, où j’ai signé mon premier contrat professionnel avec le Sporting Covilhã. J’y ai fait deux bonnes saisons puis j’ai été prêté au Sporting CP jusqu’en juin. Je joue avec la réserve », nous a-t-il raconté.

Chez les Leões, le Tricolore gravit doucement mais sûrement les échelons. « Le Sporting CP, c’est un grand club, il y a beaucoup de monde qui aimerait jouer ici. C’est vraiment une belle aventure. Les Cristiano Ronaldo, Nani, Figo, c’est ici qu’ils ont été formés. Être dans ce club-là, c’est un privilège, donc aujourd’hui, j’essaie d’en profiter un maximum », a-t-il glissé avant de poursuivre. « Je sens que j’ai beaucoup progressé, à tous les niveaux, on est bien suivi, on a un bon staff. J’ai beaucoup progressé dans les appels de balle, mais aussi le jeu sans ballon. Je me sens mieux dans le repli défensif. Je me sens plus complet, j’ai beaucoup évolué à mon poste d’ailier. J’ai déjà eu l’opportunité de m’entraîner avec l’équipe première, sous les ordres de Jorge Jesus. C’est un très haut niveau. Il m’a déjà encouragé. Il est exigeant, mais les joueurs l’aiment parce qu’ils savent que c’est pour leur bien. Et puis, quand tu t’entraînes avec les champions d’Europe, William (Carvalho), Adrien (Silva), (Rui) Patricio, l’exigence est maximale. Tu sens que tu apprends quand tu sors de la séance. En termes d’intensité et de qualité de jeu, c’est du très haut niveau. Donc ça fait progresser à vitesse grand V », a indiqué celui qui est à l’entraînement avec l’équipe première depuis le début de la semaine.

« La France ? C’est là où j’aimerais jouer un jour au plus haut niveau »

Le jeune homme a trouvé au Portugal l’environnement adéquat pour continuer à progresser. « Au début, je ne connaissais pas trop le football portugais. J’ai fait le pari de venir ici, parce que j’ai vu qu’il y avait pas mal de joueurs qui se servait du Portugal comme un tremplin pour leur carrière. Moi, je suis venu ici, ça se passe bien. Ce que je vois, c’est qu’en termes de travail, les Portugais sont exigeants, humbles et bosseur. C’est top. C’est un bon pays de football. Aujourd’hui, je suis bien ici, je ne regrette pas d’être venu, je suis très content d’être ici. Je prends du plaisir ici, on va faire le maximum pour finit la saison en beauté. Il y a un gros travail de formation avec beaucoup de jeunes qui sortent. Au Sporting CP B, il y a beaucoup de bons joueurs. Certains sont déjà internationaux A dans leurs pays, ou Espoirs. Je ne regrette pas mon choix. Je l’assume. C’est une étape importante dans ma carrière. Je sens qu’il y a eu une nette évolution depuis que je suis parti de Saint-Étienne. Il me reste encore beaucoup de chemin. Mais je sens que j’ai déjà évolué dans de nombreux paramètres par rapport au joueur que j’étais à Saint-Étienne », a-t-il confié. Auteur de 4 buts et 4 passes décisives en 26 matches de Segunda Divisão, l’ancien Stéphanois commence à attirer les regards.

En France, selon nos informations, Dijon, Angers, Le Havre, Lille, Manchester City (pour un de ses clubs satellites) et bien d’autres sont déjà sur le coup et surveillent attentivement sa trajectoire. Un retour en France ne serait d’ailleurs pas pour lui déplaire. « La France, c’est mon pays. C’est là où j’aimerais évoluer un jour. Mes conseillers sont en train de voir cela. Revenir jouer en France, par rapport à ma carrière, c’est quelque chose que j’aimerais vraiment faire. Il n’y a aucun sentiment de revanche par rapport à Saint-Étienne. Mes agents ont été approchés par des clubs ici au Portugal aussi. Après, moi, je suis pleinement concentré sur le Sporting CP, je donne le maximum pour ce club. Le reste, ce n’est pas pour tout de suite. L’important, c’est de finir la saison. Être en réserve au Sporting, ça attire évidemment les regards. Mais je me concentre pour l’instant sur le Sporting. (...) Je suis sous contrat avec le Sporting Covilhã jusqu’en juin 2018. On discute un petit peu avec le Sporting CP, mais il n’y a rien de bien concret pour l’instant. Je n’en sais pas plus à ce niveau-là, on verra en fin de saison », a-t-il conclu. Qu’on se le dise, Bilel Aouacheria pourrait bien rapidement venir compléter la liste des talents formés par Abdel Bouhazama à l’ASSE éclore au plus haut niveau.