L’Olympique Lyonnais fait confiance à ses jeunes. Mais, évidemment, tous les Gones ne peuvent avoir une place en équipe première, et d’autres font ainsi le choix de poursuivre leur carrière ailleurs. C’est le cas de Nassim Zitouni, qui s’est engagé à l’intersaison en faveur du Vitoria Guimarães. Contacté par nos soins, le milieu offensif revient sur son parcours rhodanien : « Je suis arrivé au club avant de devoir en partir en U15. Ils m’ont rappelé ensuite car j’avais des contacts (Porto, Juventus, Ajax). Mais malgré ce retour, je suis finalement parti cet été. Ce qui ne tue pas rend plus fort comme on dit, j’en sors donc grandi mentalement. Je suis reconnaissant envers Lyon. J’ai certes galéré, mais ça va m’aider pour la suite ».

La page Lyon close, direction le Portugal pour le joueur de 20 ans. Une arrivée qu’il nous raconte : « Ils m’avaient vu jouer, et m’ont demandé un essai de confirmation. J’y suis allé pour une semaine et, au bout de quatre jours, on s’était mis d’accord. Le Portugal correspond à mon jeu, basé sur la technique et la vitesse. Je n’ai pas hésité quand cette occasion s’est présentée. Ça se passe très bien, j’enchaîne des entraînements avec l’équipe A, et je suis entré une dizaine de minutes la semaine dernière avec la réserve qui évolue en D2, donc le niveau reste élevé. Quant à la barrière de la langue, au final on peut ne pas se comprendre en dehors du terrain mais s’entendre à merveille sur le pré, c’est ça la magie du football ».

Désormais déterminé à réussir dans son nouveau club, Zitouni révèle ses ambitions pour cet exercice : « Je vais essayer de jouer le plus possible avec la réserve, m’aguerrir, et pourquoi pas ensuite monter avec l’équipe première. C’est dans le projet du club et dans le mien, on va essayer de faire ça étape par étape. Je sais que le coach apprécie mon style de jeu, c’est quelqu’un qui comprend le football, qui a su analyser mon jeu assez rapidement. À moi de bien faire sur le terrain, mais la porte semble ouverte. Dieu l’a écrit, ça va se passer comme c’est écrit ». C’est tout le mal qu’on lui souhaite.