Non l’arrivée de Quique Setién ne change pas tout du jour au lendemain. Malgré le changement d’entraîneur, le Barça a toujours autant de mal dans cette saison 2019/2020. Les deux premières rencontres avec l’ancien du Betis témoignaient déjà d’une certaine difficulté. L’ultra domination dans la possession du ballon n’apportait rien aux Blaugranas qui ont dû s’en remettre à un sauvetage de Messi contre Grenade et un doublé de Griezmann face à Ibiza (3e division espagnole) en Coupe du Roi. La réalité du moment est revenue vite à la face des Catalans dès le premier vrai test contre Valence.

Face aux Ches, le Barça aurait pu jouer des heures sans trouver la faille. « Il y a des choses qui nous ont empêchés d’aller plus loin. Nous avons réalisé plein de passes inutiles » concédait un Setién déjà mis sous pression par son vestiaire à en croire les médias espagnols. Le passage du traditionnel 4-3-3 au 3-5-2 n’est pas du tout assimilé. « Nous devons essayer de corriger les choses » admet celui qui a donc enregistré sa première défaite avec son nouveau club 2-0. Le schéma tactique pose aujourd’hui question, d’autant qu’il n’a pas forcément les joueurs pour évoluer dans ce nouveau système.

Des problèmes partout

Le choix de Sergi Roberto dans cette défense à trois n’a pas convaincu grand monde. Il est apparu en difficulté en montrant régulièrement des problèmes de positionnement. Il aurait probablement été dans une meilleure zone de confort en étant utilisé dans le rôle de piston droit, occupé par un Ansu Fati en grandes difficultés ce week-end. Gerard Piqué semble lui à la peine physiquement. C’est aussi pour cela que le Barça est particulièrement lent à la relance alors qu’un Clément Lenglet se morfond sur le banc.

Au milieu également, les Barcelonais ont souffert. Mangés physiquement par la doublette Kondogbia-Coquelin, De Jong et Arthur ont eu beau tenir le ballon, ils n’ont pas trouvé de solutions et n’ont même pas terminé la rencontre. Enfin devant, l’absence de Luis Suarez pose un vrai problème de verticalité. Il n’y a plus d’attaquant de métier. Associé à Griezmann, Messi reste la référence offensive mais il doit s’adapter à ce nouveau positionnement plus axial où il ne dispose pas de la même liberté qu’en partant du côté droit. Il va vite falloir trouver des solutions tactiques pour Quique Setién et ça commence dés jeudi en Coupe du Roi contre Leganés.