Si aujourd’hui le FC Séville est 6e de Liga, c’est non seulement grâce à ses buteurs, Kévin Gameiro en tête, mais aussi grâce à sa charnière centrale composée de deux Français Adil Rami et Timothée Kolodziejczak. Ce dernier, sous contrat jusqu’en 2018, est arrivé en provenance de Nice en 2014 et fait petit à petit son trou chez le double tenant du titre de la Ligue Europa, sans que l’on ne parle plus que ça de lui. Pourtant, le défenseur français de 24 ans est l’un des éléments clés de l’équipe dirigée par Unai Emery.

En Andalousie, Kolodziejczak trouve le temps de jeu qu’il mérite. C’est le joueur de champ le plus utilisé par l’entraîneur espagnol avec un total de 3315 minutes jouées. Comme l’indique Marca, il aurait pu même être le joueur le plus utilisé - tout court - s’il n’était pas devancé par le portier de la formation andalouse Sergio Rico et ses 3330 minutes passées sur le rectangle vert. Pourtant tout n’était pas prévu ainsi en début de saison et l’ancien Aiglon a eu la chance de son côté.

L’espoir de taper dans l’oeil de Didier Deschamps ?

Comme le dit l’adage : le malheur des uns fait le bonheur des autres. Ainsi, le FC Séville a subi un enchaînement de blessures qui ont forcé Emery à placer le joueur issu du centre de formation du Racing Club de Lens en défense centrale. En effet, Nico Pareja n’a pas joué depuis avril 2015, Carriço était absent pendant quatre mois depuis août et Andreolli, qui a souffert d’une rupture du tendon d’Achille, fait tout juste son retour dans l’effectif. Malgré le retour de Daniel Carriço, il a été décidé que Kolodziejczak allait être titularisé par Emery lors des rencontres importantes. Et comme il a toujours répondu présent, l’entraîneur sévillan en a fait sa clé de voûte défensive.

De quoi penser éventuellement aux Bleus ? Le défenseur, qui a expliqué il y a peu qu’évoluer pour la Pologne était tentant, a déjà évolué avec les sélections bleues des moins de 17, de 18 et de 20 ans. On sait aussi que la défense est un chantier permanent depuis l’arrivée de Didier Deschamps à la tête des Tricolores. De quoi lui laisser de l’espoir et l’envie de progresser pour connaître, peut-être, ses premières capes internationales avec la sélection A de l’équipe de France.