Le Real Madrid semblait avoir laissé de côté ses quelques soucis du débuts de saison avec cette série de trois rencontres en Liga, ne concédant aucun but. Mais le match européen face à Bruges en milieu de semaine dans ce même Santiago Bernabéu a encore une fois relancé une déferlante de doutes et de critiques dans les médias ibériques. La victoire était donc impérative pour une bonne équipe de Granada, promue mais en forme comme le témoignait sa deuxième position au coup d’envoi. Et pour ce match, Zinedine Zidane innovait - malgré lui - et on retrouvait notamment Alphonse Aréola dans les cages, Carvajal en tant que latéral gauche et un trio offensif Hazard-Benzema-Bale. Chez les Andalous, on retrouvait notamment Roberto Soldado, ancien de la Maison Blanche, et des joueurs très dangereux comme Darwin Machis ou Antonio Puertas. Au final, les Blancos ont souffert, mais se sont finalement imposés sur le score de 4-2.

Dans un Bernabéu assez calme et loin d’être rempli, où on entendait d’ailleurs beaucoup les nombreux supporters de Granada ayant fait le déplacement, le Real Madrid frappait très fort d’entrée. C’était encore lui, Karim Benzema. Le Lyonnais était à la réception d’un bon centre de l’extérieur du pied de Gareth Bale, n’ayant qu’à pousser le cuir au fond des filets (1-0, 2e). Pire encore, pour les locaux, Montoro devait laisser sa place sur blessure, et c’est Maxime Gonalons qui entrait en jeu. Après un joli déboulé côté gauche, Dani Carvajal se présentait dans la surface et tentait de battre Rui Silva, mais le portier lusitanien répondait bien (11e). Les Merengues étaient très à l’aise et dominaient sereinement. Fede Valverde était proche de doubler la mise sur cette belle tête après un centre de Benzema (16e). Les locaux maîtrisaient leur sujet et Ramos était proche de trouver la faille sur ce coup franc (24e) Carvajal, très offensif cet après-midi, pensait conclure une superbe action collective menée par Benzema, mais Rui Silva remportait son duel avec l’Espagnol (26e).

Le Real Madrid a eu très chaud en deuxième période

Tout allait bien côté Real, si ce n’est un problème récurrent : Eden Hazard avait encore énormément de mal à se montrer, perdant même les quelques ballons qu’il touchait. À tel point qu’il y a même eu quelques légers sifflets à son encontre. Peu après la demi-heure de jeu, Toni Kroos, visiblement blessé, laissait sa place à Luka Modric. Puertas tentait tout de même sa chance de loin pour Granada, mais ça passait loin des cages d’un Areola qui vivait une soirée tranquille (39e). Le Français n’avait pratiquement pas eu à intervenir pendant ces premières quarante-cinq minutes, mais avait tout de même eu le temps de montrer quelques petites choses intéressantes balle au pied et dans le jeu aérien. Et Eden Hazard allait enfin s’illustrer. Lancé par Fede Valverde dans le dos de la défense, le Belge battait le portier adverse d’un joli ballon piqué (2-0, 45e+1). Un premier but qui était attendu, mais qui ne sauve pas sa prestation assez moyenne. Les onze madrilènes rentraient donc au vestiaire en ayant fait le boulot, face à un public reconquis, qui saluait la sortie de ses joueurs sous une valse d’applaudissements. Au retour des vestiaires, on voyait des Andalous un peu plus tranchants, à l’image de cette frappe de Yangel Herrera bien captée par Areola (47e).

Pas de quoi inquiéter les troupes de Zizou dans l’immédiat, mais ces dernières avaient moins de facilité à se porter vers l’avant. Le ton sur le terrain montait aussi, avec des contacts de plus en plus fréquents. Luka Modric n’était pas venu pour plaisanter cet après-midi et le Croate pliait la rencontre, ou du moins pensait le faire, d’une superbe frappe en lucarne de l’extérieur de la surface (3-0, 60e). Un véritable golazo ! Mais Areola, irréprochable jusqu’ici, allait un peu gâcher son après-midi et faucher Carlos Fernandez dans la surface. Darwin Machis réduisait ensuite l’écart sur penalty (3-1, 68e). Les Merengues réagissaient, à l’image de cette tête de Ramos sortie par Rui Silva sous sa barre (74e). Mais relancé, Granada commençait à pousser, et à la retombée d’un corner tiré par Vadillo, Duarte catapultait le ballon au fond (3-2, 78e). Loin d’être serein, le Real Madrid a quand même réussi à inscrire un quatrième but dans le temps additionnel, oeuvre de James après une bonne action d’Odriozola (4-2, 90e+2) et conforte sa première place, qu’il conservera pour les deux prochaines semaines.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10