2020 commence demain pour le PSG et un 32e de finale de Coupe de France face à Linas-Montlhéry, club de Régional 1 (match à suivre en live commenté sur notre site à 20h45). C’est le premier match d’une très longue série (10 rencontres) qui va emmener le club de la capitale jusqu’au match aller de son 8e de finale de Ligue des Champions face au Borussia Dortmund (le 18 février prochain). Une période tant redoutée par les Parisiens, eux qui ont échoué à ce stade de la compétition les trois dernières saisons en chutant mentalement, mais également à cause des nombreux blessés, à commencer par Neymar.

Thomas Tuchel, lui, refuse d’être alarmiste et prépare ses troupes à ce véritable marathon. « On a fait des tests pour connaître des paramètres individuels sur chaque joueur et gérer les minutes, les charges de travail. On a 23 joueurs pendant l’entraînement. On va gérer les minutes et donner un peu plus d’entraînement à d’autres. On joue deux fois Monaco, une équipe très forte avec un entraîneur nouveau. C’est compliqué de retrouver un rythme. Je suis convaincu qu’il ne faut pas trop réfléchir à cette série. On doit retrouver un esprit et une atmosphère. Et c’est toujours plus simple quand on gagne. On doit toujours s’adapter à la situation et à l’état physique de chacun. On a fait ça cette semaine et jusqu’à Monaco (le dimanche 12 janvier). Et après ça recommence. On va réfléchir match après match. C’est trop long sinon. »

Thomas Tuchel se plaint du calendrier

C’est bien simple, le PSG va jouer quasiment tous les trois jours pendant deux mois et demi (jusqu’à la prochaine trêve internationale fin mars) avec quelques gros rendez-vous notés dans l’agenda. Les joueurs de la capitale affronteront deux fois Monaco, deux fois le Borussia Dortmund, le LOSC, Bordeaux, l’OL ou encore l’OM (16 rencontres minimum jusqu’au 22 mars). Face au passif du club avec les blessures, Tuchel souhaite prendre toutes les précautions. La récupération sera le grand objectif du staff technique pour aborder ces rencontres dans les meilleures conditions possibles. Seulement, le coach allemand sait qu’il y aura tout de même de la casse.

« Le risque est toujours là. On joue trop et nous n’avons pas assez de temps pour récupérer. Il n’y a pas assez de jours libres pour une saison comme ça. On fait tout ce qui est possible pour faire des tests, de la régénération, de l’analyse, pour protéger les joueurs, mais des blessures vont arriver car c’est toujours comme ça. On veut arriver avec la meilleure équipe en forme. Avec Neymar et sa capacité physique, Kylian, etc. Ça a une grande influence sur notre performance. Si on veut gagner contre Dortmund, c’est nécessaire d’arriver en bonne santé, mais c’est compliqué car nous avons peu de temps pour préparer et récupérer. C’est toujours un compromis », regrette Tuchel toujours aussi actif pour critiquer les calendriers très (trop ?) chargés. Il faudra pourtant faire avec pour aborder cette période qui sera décisive pour le PSG.