Ciprian Tătăruşanu parti à l’Olympique Lyonnais, le FC Nantes avait réussi le joli coup Alban Lafont pour remplacer le Roumain. Portier très prometteur au TFC (de 2015 à 2018 en L1), le joueur âgé de 20 ans a choisi de revenir en France malgré une saison passée comme titulaire dans les cages de la Fiorentina (34 apparitions en Serie A). Prêté au FCN pour deux saisons, l’international Espoirs (5 sélections) avait profité de la réussite nantaise dans ce début d’exercice 2019/2020 pour afficher de belles promesses et rendre une copie plutôt intéressante (4 buts encaissés en 9 matches). Mais depuis la défaite à Metz (0-1), la machine semble s’être un peu enrayée. Avec 8 buts encaissés en 5 matches, Lafont est dans le dur. Avec les Espoirs aussi, puisqu’il a pris 5 réalisations lors de ses deux derniers matches (contre la Géorgie et la Suisse).

Un état de forme moins fringant qui a très vite fait oublier sa rencontre XXL face à l’OL au Groupama Stadium le 28 septembre dernier (victoire 1-0). Sans oublier sa grossière erreur le week-end dernier à Brest alors que les Canaris menaient un but à zéro (1-1). Une boulette sur laquelle le principal intéressé est revenu ce vendredi en conférence de presse. « J’anticipe le centre, après je pense qu’il (le joueur brestois) ne fait pas exprès, mais c’était à moi d’être mieux placé. Il faut que je me rende compte de mon erreur pour essayer de la corriger. (...) J’ai bien étudié le but, je sais ce qu’il faut faire pour corriger ça. (....) On y pense, mais c’est le foot, il faut passer à autre chose.(...) Je n’ai pas trop le choix, il faut passer à autre chose, il y a d’autres matches qui arrivent et des points à prendre ».

Un problème de régularité à corriger

Pas le temps de gamberger donc pour Lafont. Ni de se chercher des excuses. À 20 ans, le natif de Ouagadougou veut surtout continuer son apprentissage. Et pas question d’évoquer son changement de club pour justifier des problèmes d’adaptation. « Le poste de gardien ça ne s’invente pas, c’est comme ça. C’est vrai qu’il y a différents coaches de gardiens qui utilisent différentes méthodes. Moi, je suis là pour écouter, ça fait partie du poste. Tu peux faire un match énorme et après une erreur et on oublie tout. Je sais comment ça se passe ». Lucide, le Nantais sait d’ailleurs ce qu’il doit faire pour confirmer tous les espoirs placés en lui depuis sa révélation sous le maillot d’un TFC qu’il retrouvera dimanche prochain à la Beaujoire.

« Il y a des bons matches et d’autres moins bons, à l’image de l’équipe. C’est passé, le plus important c’est ce qui va arriver. Donner le maximum pour être le meilleur possible. (...) Je dois passer ce palier-là (en termes de régularité, ndlr). J’ai confiance en moi, je sais que je peux y arriver. Être performant le plus souvent possible. Sur la lecture du jeu, mon jeu au pied, je sais qu’il faut que je progresse. C’est un tout. J’ai 20 ans, je dois encore beaucoup apprendre pour atteindre le plus haut niveau. » Et pour y arriver, Lafont peut compter sur la bienveillance de Christian Gourcuff.

« On prend le match de Lyon, vous aviez beaucoup mis en exergue son match. À Brest, il commet très clairement une erreur. Le problème des gardiens c’est qu’une erreur ça vous flingue le match. Alban est un jeune joueur qui doit progresser dans la constance, c’est une évidence. Une fois qu’on l’a dit, on va tout faire pour l’accompagner pour qu’il s’endurcisse dans ce sens-là. Il faut le dire et après il faut surtout que ce soit entendu. » Les prochains matches nous diront si Alban Lafont a reçu ou non le message cinq sur cinq.