La quatrième journée de Ligue 1 proposait un duel de mal classé entre le Racing Club de Strasbourg (2 pts) et l’AS Monaco (4 pts). Des deux côtés, les formations avaient besoin de se rassurer puisqu’aucune d’elles n’avaient gagné cette saison. Alors que l’ASM recrute à tour de bras afin de répondre à ses objectifs, le Racing voulait oublier la déception de Francfort et l’élimination en barrages de l’Europa League. Leonardo Jardim concoctait un onze de départ avec deux nouvelles recrues. Guillermo Maripán prenait place au sein de la défense centrale aux côtés de Kamil Glik et Adrien Silva était aligné au milieu avec Dias et Aleksandr Golovin. Le Portugais devait se passer de Radamel Falcao, en partance à Galatasaray. Côté Alsacien, Thierry Laurey faisait encore confiance à Ludovic Ajorque, Dimitri Liénard et Lebo Mothiba en attaque.

Et cette rencontre partait sur les chapeaux de roues. Pour sa deuxième titularisation d’affilée, Islam Slimani marquait déjà son deuxième but de la saison. Sur un petit numéro de Gelson Martins, l’international algérien s’arrachait pour reprendre le centre du Portugais et ainsi ouvrir le score (0-1, 11e). Le RCSA ne se laissait pas abattre et cherchait la faille avec Carole, côté gauche, mais Glik veillait et soulageait sa défense (19e). Alors que les deux équipes semblaient se maîtriser, Strasbourg bénéficiait d’un penalty pour une poussette de Maripán sur Ajorque. Kenny Lala se chargeait de le transformer et remettait les deux formations à égalité (39e, 1-1). Mais quelques instants plus tard, Slimani profitait d’un mauvais contrôle d’Aleksandar Mitrović pour s’offrir un doublé et tromper Sels d’un crochet (40e, 1-2).

Slimani déjà l’homme fort de l’ASM

Juste avant la pause, Wissam Ben Yedder tentait de lober Sels mais le gardien détournait en corner, qui ne donnait rien (45+1e). Willy Delajod renvoyait les vingt-deux acteurs au vestiaire avec cet avantage pour le club de la Principauté. En seconde période, les deux équipes repartaient avec les mêmes intentions. Mais Laurey décidait de remplacer Mothiba, très discret, par Kévin Zohi afin d’apporter plus de percussion devant. L’attaquant ne restait pas longtemps sur la pelouse puisqu’il cédait déjà sa place à Nuno Da Costa (65e). Pour autant, les Strasbourgeois essayaient de revenir au score à l’image de Liénard qui tentait sa chance des 25 mètres mais Lecomte restait vigilant (52e). Très en vue, Golovin continuait de mettre à mal la défense alsacienne. Après avoir éliminé Sissoko d’un crochet extérieur à 20 mètres, le Russe enchaînait avec une frappe enroulée qui passait juste à côté des buts de Sels (54e).

Dans le dernier quart d’heure, Strasbourg poussait pour revenir au score mais se montrait toujours imprécis dans le dernier geste à l’image d’Ajorque (73e) ou Sissoko dont les frappes s’envolaient dans les tribunes (76e). Slimani aurait même pu s’offrir le ballon du match sur une action de grande classe. L’Algérien perforait côté gauche et combinait en une-deux avec Ballo-Touré et frappait du gauche mais sa tentative échouait sur la barre, le ballon lui revenait et il tentait une retournée acrobatique, seul au point de penalty, mais Sels s’interposait (81e). Monaco pensait avoir fait le plus dur mais le Racing n’abdiquait pas et dans un dernier effort réussissait à égaliser. Sur un coup-franc tiré de la gauche, Ajorque remettait de la tête au second poteau pour Thomasson qui reprenait en première intention du plat du pied (84e, 2-2). Au bout du suspens, Strasbourg arrachait un match nul logique mais qui n’arrangeait pas les deux équipes.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10