Dernier grand choc de cette année 2017 en Ligue 1 avec un Olympico très attendu. 3e du championnat avant le coup d’envoi, l’OL recevait l’OM son poursuivant. Les deux équipes sont en grande forme en cette première partie de saison mais une victoire ce soir de l’un ou de l’autre lançait un signal avant la trêve. Et si les deux coaches disposaient de presque toutes les forces en présence, ils ne se privaient pas pour réaliser quelques surprises dans les compositions. Genesio privilégiait une paire Tousart-Ndombele devant la défense pour faire monter Aouar en milieu offensif gauche. C’est Memphis Depay qui payait ces choix en démarrant sur le banc. Même chose pour Sanson côté marseillais car Rudi Garcia faisait confiance à Payet en soutien de Germain et Ocampos évoluait dans le couloir gauche.

Il n’aura pas fallu attendre bien longtemps pour voir un premier tournant dans cette rencontre. Fekir profitait d’un coup-franc concédé par Zambo à 35 mètres dans l’axe. L’international français voyait Mandanda capter son coup-franc sauf que celui-ci était trompé par le rebond et commettait une énorme faute de main. 1-0 après 6 minutes de jeu seulement. Malgré cette ouverture du score rapide concédée bêtement, l’OM commençait à prendre le dessus dans cette première période. Les Marseillais prenaient notamment l’avantage sur coups de pied arrêtés avant de prendre les commandes du jeu. Lopes était à la parade sur cette tête de Rami sur corner (14e) alors que celle de Rolando sur cet astucieux coup-franc de Payet n’attrapait pas le cadre (32e).

Dominé, l’OL tient le choc

Germain négociait lui mal un contre achevé par Thauvin (24e). Le danger se faisait de plus en plus sentir juste avant la pause. L’OM passait beaucoup côté gauche et Amavi se montrait dans son couloir. Le latéral décalait Payet pour la reprise d’Ocampos mais encore une fois Lopes intervenait (37e). Dans la foulée, Morel contrait de la cuisse puis de la main une frappe de Germain (38e) puis Marcelo réalisait un magnifique tacle glissé dans la surface sur Ocampos (44e). Grâce à Fekir et Mandanda, Lyon menait à la mi-temps contre le cours du jeu. Les Gones revenaient avec d’autres intentions au retour des vestiaires et faisaient à nouveau rapidement basculer les événements en leur faveur. Après une tête de Mariano, Tete pensait donner un break d’avance à son équipe mais il était signalé hors-jeu (48e). Un premier avertissement qui n’a pas mis la puce à l’oreille des Marseillais.

Sur l’occasion suivante, Mariano mettait Mandanda à contribution. Le ballon revenait dans la surface par un joli centre de l’extérieur de Cornet ce qui profitait à la tête victorieuse de l’ancien attaquant du Real Madrid (2-0, 51e). Sonné, l’OM tentait de revenir par un coup-franc cadré de Payet (56e) et les changements apportaient un léger plus même si Mitroglou était une nouvelle fois transparent. Sanson tirait lui sur le poteau (73e). En contre l’OL obtenait une belle opportunité avec une frappe de Cornet sur Mandanda et une autre de Memphis à côté (84e). Dans le temps additionnel, Lopes dégoûtait les Phocéens en réalisant des miracles face à Luiz Gustavo (90e+3, 90e+4) et Sanson (90e+4). L’OL met fin à la série de l’OM et prend trois points d’avance sur son adversaire du soir. Que de beaux cadeaux de départ pour Joël Bats.

Revivez le live de la rencontre ici.

Le classement de Ligue 1.

L’homme du match : Lopes (8,5) : son match est lancé avec un superbe arrêt sur une tête de Rami (14e), le gardien portugais n’a pas été surpris par le rebond. A nouveau décisif sur une demi-volée d’Ocampos (37e). Une première période cinq étoiles. Encore solide au retour des vestiaires sur un coup franc de Payet (55e). Il est sauvé par son poteau sur une frappe à ras de terre de Sanson (73e), mais mérite son clean sheet ce soir. Il sort le très grand jeu dans le temps additionnel, repoussant trois frappes dont deux de Gustavo (90e+3, 90e+4).

OL :

- Lopes (8,5) : voir ci-dessus.

- Tete (6) : très en vue au début de match, l’international néerlandais a beaucoup combiné avec Cornet et Fekir. Défensivement en revanche, il a parfois laissé trop d’espace à Ocampos, mais a dégagé des ballons dangereux (42e). Il pense doubler la mise au retour des vestiaires (48e) mais est sifflé en position de hors-jeu. Plus concentré défensivement en seconde période. Une prestation réussie.

- Marcelo (7) : un roc en première période. L’ancien joueur de Besiktas a sauvé son équipe à plusieurs reprises, notamment sur un contre marseillais (25e), et plusieurs autres situations chaudes (18e, 42e, 45e). Dangereux également sur les coups de pied offensifs, il a livré une grande prestation.

- Morel (3,5) : il a été trop gentil avec son ancien club, passif sur les coups de pied arrêtés et pris de vitesse à plusieurs reprises dans les airs et au sol. Une seconde période bien plus calme.

- Marcal (6) : une première période solide. Quasiment jamais débordé, il est intervenu à plusieurs reprises (11e, 18e) pour soulager un bloc défensif positionné bas. Plus fébrile offensivement, il s’est souvent emmêlé les pinceaux. Toujours aussi précieux défensivement en seconde période.

- Tousart (5) : le milieu de terrain lyonnais était dominé en première période, notamment par Gustavo qui a fait parler son expérience. Il est monté en puissance en seconde période. Un match sobre.

- Ndombele (5,5) : son impact physique a fait du bien au centre du terrain, mais il s’est parfois montré imprécis, perdant des ballons trop facilement. Plus adroit en seconde période, et important dans le repli défensif. Remplacé par Depay (81e), qui a manqué la balle du 3-0 (84e).

- Cornet (6) : très disponible dès l’entame de match, le Franco-Ivoirien a tenté de déborder sur son côté à plusieurs reprises avec plus ou moins de réussite. Il est monté en puissance au fil du match, et a destiné un centre à merveille de l’extérieur du pied pour Mariano qui doublait la mise (51e). Il avait la balle du 3-0, mais a buté sur Mandanda (84e). Sans regret, car il a fait le travail ce soir.

- Fekir (6,5) : un cadeau de Noël avant l’heure pour le capitaine des Gones, qui a vu son coup franc direct passer entre les gants de Mandanda, auteur d’une boulette monumentale (6e). L’international français a mis tout son cœur et ses jambes dans ce match, luttant pour chaque ballon, tant offensivement que défensivement. Au fil du match, il a étalé toutes ses gammes techniques. Remplacé par Mendy (90e+1) en fin de match.

- Aouar (5) : quasiment invisible en première période, car le danger est surtout passé de l’autre côté. Il entre enfin dans le match dès le retour des vestiaires, avec une accélération dangereuse (48e) et a apporté du danger sur le coup franc suivant. Un match où il a tout de même manqué du tranchant, surtout face à Sakai.

- Diaz (7) : invisible jusqu’à ce coup de tête qu’il envoie directement dans les gants de Mandanda (25e). Une énorme occasion pour l’ancien du Real Madrid, qui était libre de tout marquage. Il oublie Cornet (48e) qui avait la voie libre vers le but. Mais trois minutes plus tard, il profite d’un centre parfait de l’Ivoirien pour doubler la mise de la tête (51e). Juste avant cette action, il avait vu sa demi-volée repoussée par Mandanda. Efficace comme si souvent, il en est désormais à 13 buts en Ligue 1. Une nouvelle très bonne prestation, il est remplacé par Ferri (77e), qui n’a pas eu le temps de s’exprimer.

OM :

- Mandanda (3,5) : déjà fautif à Montpellier, l’international a remis ça dès le début de rencontre. Il commet une énorme erreur de main sur un coup-franc de Fekir (6e). Ça coûte très cher sur l’ensemble de la rencontre car l’OM n’est jamais revenu. Il se rattrape bien en repoussant la tête (48e) et le premier tir de Mariano (51e) mais il est abandonné sur la suite de l’action. Solide face à Cornet (84e), il a assuré ses relances, notamment celle à la main qui a lancé un contre judicieux (24e).

- Sakai (6,5) : pas mal de ballons joués mais peu d’influence sur le jeu. Le Japonais ne s’est pas beaucoup montré devant au même titre qu’il n’a pas été inquiété. Solide dans son couloir, les attaques lyonnaises passaient régulièrement à gauche sans mettre plus en danger l’arrière-garde marseillaise. Il s’est montré précieux malgré les touches techniques mais rares d’Aouar (21e, 36e, 46e, 63e).

- Rami (6,5) : une première période maîtrisée avec des duels remportés sans difficulté face à Mariano. Le défenseur a imposé son physique et sa lecture du jeu, coupant quelques passes vers l’avant mais globalement il n’a pas vraiment été mis en danger. Une magnifique tête sauvée par Lopes sur sa ligne (13e). Sa deuxième période est moins bonne avec notamment un retard sur la frappe à l’origine du but de Mariano (51e). Il a semblé plus en retard dans ses interventions.

- Rolando (5,5) : un peu moins maître des éléments que son associé de la défense centrale, le Portugais a tout de même réalisé une bonne prestation dans son ensemble. Il a régulièrement pris le dessus sur ses adversaires, remportant la majorité de ses duels. Il est mal placé sur le second but lyonnais (51e) où il est pris dans son dos. En première période, il n’est pas loin d’égaliser (32e). Averti (26e).

- Amavi (6,5) : parfois en difficulté face à Cornet (2e, 19e), l’ancien Niçois s’en est tout de même très bien sorti. Il a eu un grand rôle à jouer dans son couloir et a pesé sur le jeu. Ses courses ont permis à l’OM de se procurer pas mal d’occasions (37e, 38e, 42e, 59e). Il s’est montré un peu plus discret en seconde période mais a poursuivi ses efforts, offrant des solutions. Il commence à trouver une régularité très intéressante.

- Luiz Gustavo (7) : il a encore été au four et au moulin ce soir. Toujours très vigilant dans son secteur, il a dominé son sujet. Présent dans l’engagement et dans le combat, il a remporté la plupart de ses duels. Avec le ballon aussi il s’est illustré techniquement avec des ouvertures (30e) mais aussi des courses vers l’avant pour apporter le surnombre (34e, 64e). Un reproche mais il est de taille, il est absent sur le but de Mariano (51e). Lopes s’est mis en travers de ses tentatives (90e+3, 90e+4e).

- Zambo Anguissa (3,5) : un ballon touché de la main bêtement qui offre le coup-franc à Fekir (5e). Ce ne fut pas la seule faute car il en a commis quatre rien que dans les 20 premières minutes. S’il a échappé au carton, il a de nouveau affiché ses difficultés quand le niveau s’élève. Régulièrement en retard, son physique n’a pas suffi à contrer les Lyonnais. Remplacé à la 62e par Lopez qui a pris un carton d’entrée (65e) et qui a eu beaucoup de mal à rentrer dans son match.

- Thauvin (4) : comme la semaine passée, il a semblé manquer de jus. On l’a peu vu ce soir mais il a su amener le danger sur les rares ballons touchés (11e, 15e, 24e). Mais, à l’inverse de la rencontre face à Saint-Etienne, il n’a pas réussi à être décisif et affiché bien plus de déchet dans le jeu qu’à l’accoutumée. Il a perdu la majorité de ses ballons et n’a pas fait pencher le jeu de son côté. Il est rarement passé face à Marçal.

- Payet (4,5) : mieux dans le jeu depuis quelques matche, il pouvait profiter de cet Olympico pour s’illustrer en position de numéro 10 malheureusement pour lui, il a eu du mal. Un coup-franc très malin pour la tête hors cadre de Rolando (32e) et un centre au cordeau à destination d’Ocampos (37e) et c’est à peu près tout. Malgré son apport technique, il n’a pas convaincu, se montrant que par intermittence.

- Ocampos (6,5) : titulaire à la place de Sanson, l’Argentin avait du panache à revendre comme à son habitude. Défenseur acharné côté gauche, il a multiplié les courses, gênant les Lyonnais dans ce secteur. Pas très dangereux quand il s’agit d’attaquer, il met tout de même Lopes à contribution (37e). Il a été utile pour le collectif mais a été victime des choix de Garcia après le break. Remplacé par Mitroglou (58e) qui a pris une gueulante de Luiz Gustavo pour son manque d’engagement après 5 minutes. Il a une nouvelle fois été très décevant.

- Germain (4) : après son doublé face à Saint-Etienne, on pensait qu’il s’était remis la tête à l’endroit avec plus de confiance mais ce soir son match n’est pas bon. Il a eu du mal à prendre le dessus sur la défense et n’a pas toujours joué juste. Il n’amène pas bien un contre qui aurait un faire très mal (24e) et n’a pas su faire mal dans la surface adverse (38e). Décevant et remplacé par Sanson (69e) qui aurait pu relancer la fin de rencontre avec une frappe sur le poteau (73e). Sa vision du jeu et sa technique ont fait du bien sur la fin de match même si ça n’a pas été suffisant.