Gare au perdant ce soir à l’Orange Vélodrome. Une semaine après son élimination en 32e de finale de Coupe de France face à Andrézieux, l’Olympique de Marseille disputait ce dimanche son premier match de l’année devant son public face à l’AS Monaco. Un match particulier donc pour les Phocéens, dans une ambiance assez tendue. En face, le club du Rocher restait sur deux qualifications, en Coupe de France et en Coupe de la Ligue BKT. Mais en Ligue 1, les Asémistes s’étaient inclinés avant les fêtes contre la lanterne rouge, l’En Avant de Guingamp (0-2). Pour tenter de sortir de la crise avec une victoire, Rudi Garcia optait pour un 4-3-3 avec Rami de retour en défense centrale, Sanson et Lopez titulaires dans l’entrejeu ou encore Ocampos choisi pour occuper la pointe de l’attaque. Côté monégasque, Thierry Henry alignait un 3-5-2 sans Falcao, malade. Les recrues Fabregas et Ballo-Touré effectuaient leur première sous leurs nouvelles couleurs. Après avoir mis en place leur jeu, les Phocéens commençaient à créer le danger. Suite à un corner mal négocié par les Asémistes, les locaux partaient en contre et Thauvin manquait sa reprise sur un centre. Payet se chargeait de frapper mais ne trouvait pas le cadre (5e).

Les joueurs de Rudi Garcia, installés dans le camp monégasque, restaient aux abords de la surface adverse. Et sur un coup-franc excentré, l’OM ouvrait la marque. Le ballon était envoyé dans le paquet par Payet mais la défense monégasque renvoyait plein axe sur Lopez. Le milieu français contrôlait et envoyait une belle frappe dans le petit filet de Benaglio (13e, 1-0). Pas inquiétés par leurs adversaires, les Olympiens multipliaient les assauts et il fallait un superbe tacle de Glik sur une tentative d’Amavi pour sauver l’ASM (21e). Les Monégasques arrivaient enfin à frapper ensuite, et Rony Lopes envoyait le ballon sur Mandanda (24e). Et après une sortie de ce dernier sur un corner, Tielemans tentait sa chance de loin. Son boulet de canon fuyait de peu le cadre (30e), alors que sa deuxième tentative derrière n’était pas assez puissante pour inquiéter Mandanda (31e). Très en vue, le capitaine monégasque frôlait ensuite l’égalisation sur une magnifique frappe flottante (37e), mais trouvait enfin le cadre derrière. Amavi dégageait mal un centre de Golovin et Henrichs laissait le ballon à Tielemans qui marquait à ras de terre (38e, 1-1). La première période se terminait donc sur ce but.

Dimitri Payet hué par son public

Au retour des vestiaires, les Monégasques mettaient plus d’intensité et se battaient sur tous les ballons. Bousculés, les Phocéens laissaient eux quelques espaces et les visiteurs en profitaient. Sur une sortie de balle, Ballo-Touré trouvait Rony Lopes qui servait son coéquipier dans la profondeur. L’ancien Lillois attendait Golovin et lui adressait un caviar dans la surface mais l’international russe ouvrait trop son pied et trouvait le poteau de Mandanda (51e). Le temps passait et les occasions n’étaient vraiment pas nombreuses dans ce deuxième acte. La réaction olympienne intervenait juste après l’heure de jeu. Après un petit numéro, Amavi centrait et le ballon retombait sur Ocampos qui trouvait Payet. Le capitaine phocéen armait une volée et Benaglio devait détourner sur sa droite (62e). Le score ne bougeant pas, Thierry Henry lançait alors Serrano à la place de Ballo-Touré, auteur d’une belle première sous le maillot monégasque (65e). Et à vingt minutes de la fin du temps réglementaire, l’OM pensait reprendre l’avantage.

Après un une-deux avec Strootman, Sanson centrait vers Ocampos qui rentrait dans Benaglio. Thauvin poussait le cuir au fond des filets mais l’arbitre refusait finalement ce but, après avoir visionné le ralenti, pour une faute de l’Argentin (70e). Rudi Garcia décidait alors de réaliser son premier changement. Sous la bronca du public phocéen, Payet laissait sa place à N’Jie (73e) alors que Sylla était entré à la place de Golovin juste avant côté monégasque. Les Phocéens poussaient alors pour aller chercher cette précieuse victoire. Sarr obtenait un très bon coup-franc à l’entrée de la surface. Thauvin s’élançait et sa frappe enroulée était repoussée par Benaglio (80e). La fin de ce match ressemblait à une attaque-défense avec des Olympiens offensifs et des Asémistes assez bas dans leur moitié de terrain. Finalement, Tielemans était tout proche du doublé sur un contre mais sa frappe passait à côté (90e+1). La balle de match était pour Thauvin sur un corner de Lopez. Son coup de tête passait juste au-dessus du but de Benaglio (90e+2). L’OM et l’AS Monaco se partageaient donc les points.

Revivez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : Lopez (6,5) titularisé dans l’entrejeu, le joueur de 21 ans a touché énormément de ballons, déjà dans le premier acte (49). Précis dans ses transmissions, le Marseillais a surtout mis son équipe sur de bons rails en ouvrant le score à la 13e minute d’une frappe limpide. Un peu moins en vue au retour des vestiaires, il a quand même continué sur sa lancée et a terminé avec pas moins de 105 ballons joués pour 90% de passes réussies. Remplacé par Germain en fin de rencontre (90e+1).

Olympique de Marseille

- Mandanda (5,5) : peu inquiété en première période, l’international français n’a eu qu’à capter une frappe de Rony Lopes (24e), et une tentative peu appuyée de Tielemans (31e). Mais sur une nouvelle frappe cadrée de ce dernier, le champion du Monde n’a pas pu empêcher l’égalisation monégasque (38e). Au retour des vestiaires, l’ancien gardien de Crystal Palace a vu Golovin trouver son poteau (51e) ou Tielemans manquer sa frappe (90e+1) mais c’est tout.

- Sarr (5) : titulaire au poste de latéral droit en l’absence de Sakai, l’ancien Messin est beaucoup monté pour apporter du soutien mais sur le plan défensif, il a souffert, Golovin profitant notamment des espaces dans son dos pour toucher de nombreux ballons. Un match pas très séduisant mais tout n’est pas à jeter.

- Rolando (5,5) : encore une fois aligné d’entrée en défense centrale, le Portugais a bien débuté son match avec des interventions importantes devant Golovin (2e, 8e). Surpris par le centre sur l’égalisation monégasque, le joueur de 33 ans aurait pu marquer mais a trop ouvert son pied en deuxième période.

- Luiz Gustavo (6) : redescendu en défense centrale, Rami ayant été placé sur le banc de touche, le Brésilien n’a pas réalisé de grandes choses ce soir mais a quand même sauvé les siens avec un très bon retour dans les pieds de Golovin (69e). Côté marseillais, c’est lui qui a réussi le meilleur pourcentage de passes réussies (94%).

- Amavi (4,5) : encore une fois très offensif ce soir (il a frappé à la 21e), le latéral gauche marseillais n’a pas été inquiété défensivement dans un premier temps mais a ensuite laissé trop d’espaces à Rony Lopes ou Henrichs. Il s’est quand même bien battu dans le premier acte (12 ballons gagnés, plus haut total du premier acte) mais a terminé sur une mauvaise note en renvoyant mal un centre sur l’égalisation de l’ASM. En deuxième période, il a un peu plus disparu de la circulation.

- Sanson (4,5) : placé en numéro 8 dans le milieu à trois, l’ancien Montpelliérain a connu plusieurs difficultés aujourd’hui. Souvent en retard, il a réalisé plusieurs fautes et a reçu un avertissement (58e). Et pour un milieu de terrain, il n’a touché que 54 ballons.

- Strootman (5) : tout seul devant la défense en tant que sentinelle, l’ancien joueur de l’AS Roma a gagné de nombreux ballons (16) mais en a perdu presque autant (14). Le Néerlandais a tenté d’aider son équipe mais n’a pas vraiment fait basculer les choses.

- Lopez (6,5) : voir ci-dessus

- Thauvin (4) : pas très en vue en première période, l’ailier français a tenté de faire la différence dans son couloir par ses dribbles et sa vitesse mais n’a pas réussi à créer le danger. Sa deuxième période a été un peu meilleure avec un coup-franc sur Benaglio (80e), une tête juste au-dessus (90e+2), mais aussi un but refusé (70e). Il n’a donc pas du tout eu le même rendement que lors de ses précédents matches et a perdu 18 ballons.

- Ocampos (4,5) : alors qu’il devait jouer à la pointe de l’attaque, l’Argentin s’est rapidement retrouvé dans le couloir gauche, laissant Payet dans l’axe quelque temps. Comme à son habitude, il a fait preuve de combativité et de grinta mais s’est montré maladroit dans le dernier geste, comme sur le deuxième but signé Thauvin finalement refusé puisqu’il a heurté Benaglio (70e).

- Payet (3,5) : le capitaine marseillais ne s’est pas beaucoup montré durant toute la rencontre. Après avoir manqué une tentative plein axe (5e), le numéro 10 a tenté de toucher le ballon en réalisant plusieurs appels, en vain. Seul point positif : c’est sur son premier coup-franc dans la boîte que l’OM a ouvert le score. Dans le dur physiquement, le milieu français a finalement été remplacé par N’Jie (73e). L’attaquant camerounais a réalisé une belle rentrée en se montrant disponible.

AS Monaco

- Benaglio (5,5) : il a mal commencé sa soirée, en ne se couchant pas assez vite sur le but de Lopez (13e). Plutôt ménagé en première période, il a pu se mettre en valeur ensuite, s’interposant d’abord sur une demi-volée de Payet (62e), qui semblait cependant hors cadre. Il a sauvé son équipe en taclant Ocampos (70e), qui a fait faute sur lui au passage, annulant le but de Thauvin qui avait bien suivi l’occasion. En fin de rencontre, il sort de nouveau un bel arrêt sur un coup-franc de Thauvin (80e).

- Henrichs (5,5) : coupable d’une faute sur Ocampos, qui amène le but marseillais (13e), il s’est repris par la suite, muselant les attaquants marseillais. Intéressant offensivement, il a fait plusieurs bons centres qui auraient mérité un meilleur sort. C’est lui qui laisse la balle à Tielemans sur l’égalisation monégasque (38e). Plus en difficulté cependant en fin de match, où il a subi les nombreux raids marseillais.

- Glik (6,5) : il a bien couvert sa zone, en sortant plusieurs ballons dangereux de la tête. C’est lui en revanche qui renvoie la balle à l’entrée de la surface, permettant à Lopez d’ouvrir le score pour l’OM (13e). Dans le temps fort marseillais en début de rencontre, il a contré une frappe d’Amavi qui partait bien (21e), empêchant l’OM de faire le break. Impérial ensuite, il est de nouveau présent pour empêcher N’Jie, puis Ocampos, de bien reprendre un centre de Thauvin (87e).

- Naldo (5,5) : comme Glik, il a été bon de la tête et a bien contenu les attaquants olympiens. Il n’a pas été au marquage sur une frappe de Payet, qui s’envolera au-dessus du but de Benaglio, après un cafouillage dans la surface (5e). Il s’est bien rattrapé ensuite, en empêchant le natif de la Réunion de bien placer sa tête sur un centre de Lopez, qui passera finalement au-dessus des cages monégasques (42e). En seconde période, lorsque l’ASM a subi, il était présent pour empêcher les Marseillais de marquer.

- B. Badiashile (5) : il a été peu inquiété en première période, où il a bien couvert sa surface. Plus en difficulté face aux assauts marseillais en fin de match, il a subi les offensives phocéennes. Il n’est pas au marquage d’Ocampos sur le but refusé de Thauvin (70e).

- Ballo-Touré (6) : il a bien tenu Thauvin sur son côté gauche, empêchant l’attaquant marseillais de s’exprimer. Maladroit sur plusieurs de ses offensives au début du match, il a ensuite su ensuite être plus précis, offrant même un ballon de but à Golovin, qui a complètement gâché l’occasion (51e). Remplacé par Serrano (65e), pour sa première apparition en championnat cette saison.

- Tielemans (6) : capitaine de Monaco ce soir en l’absence de Falcao, il a été le Monégasque le plus dangereux en première période. Il a allumé la première mèche en déclenchant une frappe lointaine qui est passée au-dessus de la barre de Mandanda (30e), puis il a fait un bon rush, finissant sur une frappe trop écrasée pour inquiéter le gardien marseillais (31e). Il ouvre finalement le score, sur une frappe bien placée, à la suite d’un mauvais renvoi de la défense phocéenne (38e). Beaucoup moins en vue en seconde période, où il n’a pas pesé sur les buts de Mandanda. Il rate le hold-up parfait dans le temps additionnel, en frappant à côté des cages marseillaises, sur un service parfait de Fabregas (90+1e).

- Fabregas (6) : pour sa première sous ses nouvelles couleurs, l’Espagnol était très attendu. S’il n’a pas touché beaucoup de ballons en début de match, il a été beaucoup plus présent ensuite, effectuant de beaux enchaînements avec ses partenaires au milieu de terrain. Il a également été assez précis dans ses passes, avec 84% de réussite, malgré quelques coups de pied arrêtés pas très bien négociés. Il aurait pu être passeur décisif en fin de match, si Tielemans s’était mieux appliqué sur sa frappe (90+1e).

- Ait-Bennasser (5,5) : profitant de l’absence de Falcao pour être titulaire au Vélodrome, le Marocain a été précieux au milieu de terrain. En difficulté en début de match, comme le reste de son équipe, il est monté en puissance en seconde partie de deuxième période. Il n’a pas ménagé ses efforts, récupérant plusieurs ballons dans les pieds marseillais. Plus discret au retour des vestiaires, où il a beaucoup moins touché la balle.

- Rony Lopes (5) : discret en début de rencontre, il a sonné le début de la révolte monégasque, avec une première frappe de l’extérieur de la surface, trop centrée sur Mandanda (24e). Il a bien aidé son équipe dans le temps fort asémiste avant la mi-temps, avant de s’éteindre progressivement en seconde période.

- Golovin (4,5) : de retour après un mois sans jouer (son dernier match remontait au 16 décembre dernier et une défaite à Lyon 3-0), il a mal commencé sa soirée. Pas très dangereux au début de match, où il a plusieurs fois buté sur la défense marseillaise, il a ensuite su hausser son niveau de jeu. C’est lui qui centre sur le but de Tielemans (38e). Il rate cependant une énorme occasion au retour des vestiaires, pourtant mis sur orbite par Ballo Touré, en mettant le ballon sur le poteau (51e). Remplacé par Sylla (72e), qui n’a rien apporté, touchant seulement quatre ballons et ne réussissant aucune de ses passes.