Le mercato est terminé pour l’Olympique de Marseille. Andoni Zubizarreta et ses équipes auront réussi à ramener trois nouveaux joueurs du côté du Vélodrome : Dario Benedetto, Alvaro Gonzalez et Valentin Rongier, arrivé une fois le marché estival terminé grâce à cette fameuse règle du joker. Le club phocéen n’aura cependant pas réussi à recruter ce latéral gauche tant attendu. Quel bilan faire du mercato de l’Olympique de Marseille ? Si les supporters ont probablement des avis qui divergent, du côté de la direction phocéenne on semble pour le moins satisfait. L’entraîneur André Villas-Boas, le directeur sportif Andoni Zubizarreta et le président Jacques-Henri Eyraud ont pris la parole en conférence de presse. C’est l’ancien de Porto qui a ouvert le bal.

« Ce transfert (Rongier, NDLR) a été long, j’ai dit que c’était le transfert le plus long de l’histoire du foot (rires). On a la possibilité avec le règlement de la ligue d’utiliser ce joker et on l’a fait, ça nous a donné un peu plus de temps, je suis content, on va laisser partir Andoni pour les vacances (rires). Il y a des choses qu’on peut peut-être faire au prochain mercato, on va continuer à donner des chances aux jeunes joueurs, le groupe est fermé. On a fait un très bon mercato avec les limitations qu’on a à cause du fair-play financier, nous sommes contents, on a encore des matchs difficiles d’ici janvier, on va voir comment on arrivera au mois de janvier et quelles seront les nécessités », a ainsi lancé l’entraîneur lusitanien.

Eyraud déjà séduit par Benedetto et Alvaro

Andoni Zubizarreta a lui été interrogé sur cette absence de latéral gauche, ce qui l’a emmené à expliquer comment il avait procédé cet été : « on a toujours quelque chose qui manque dans une équipe, je l’ai appris dans ma carrière, si on avait fait un latéral gauche on aurait eu besoin d’un milieu, il y a toujours quelque chose. On a essayé, on a vu différents profils. On a démarré avec deux objectifs clairs : un avant centre et un défenseur central. On a attaqué ces deux positions plus vite parce que ce sont des éléments clés d’une équipe. Quand on a fait ça, on a regardé le marché, quel type de joueur on pouvait prendre, on a essayé quelques joueurs en prêt, mais c’était souvent trop cher niveau salaire ou au niveau de l’option d’achat. Quand Luiz est parti le besoin c’était le milieu. On va donner le temps de grandir à Niels Nkounkou. Il ne faut pas oublier les prolongations de Kamara ou Sakai ».

De son côté, le président a tenu à montrer sa satisfaction quant à l’apport immédiat de ses deux premières recrues. « J’ai l’habitude de dire que la satisfaction d’un mercato on la voit en fin de saison, quand les joueurs ont donné le meilleur d’eux-mêmes et si la performance est là ou pas. Mais je me réjouis du démarrage des recrues Alvaro et Dario qui ont conquis le Vélodrome, par leur talent, leur qualité, et ce qu’ils dégagent. Avec leur force de caractère, ils sont totalement OM-compatibles. Je ne doute pas que la troisième recrue (Valentin Rongier) le sera aussi, il nous a montré beaucoup de belles choses sur le terrain, et en tant qu’homme beaucoup de qualités humaines. Sur un terrain il faut être bon avec ses poumons et ses pieds, mais aussi dans la tête, il a tout pour réussir ici. J’aurais préféré que la discussion se termine avant la fin du mercato, mais ce sont des choses qui arrivent, le résultat est là et c’est ce qui compte », a ainsi lancé un Eyraud assez optimiste. Rendez-vous à la fin de la saison pour faire le point donc !

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10