« Je voulais répondre avec franchise, mais je ne peux pas. Je dois faire attention à ce genre de question. À la fin, je suis un citoyen du monde, j’ai quitté mon contrat chinois de 12 M€ sans impôts pour faire le Dakar. J’étais plus proche d’aller à Mexico et en Argentine que de venir à l’OM, je suis ici pour deux choses. Avec ça, tu as plus ou moins l’idée. J’ai été très bien reçu, j’aime la France, j’ai été respecté. Je suis très heureux d’être ici. Je me suis ouvert dans un bureau avec Jacques-Henri et Andoni de ma façon de voir le foot. C’est de vivre des expériences. On peut vivre de belles expériences en Chine, en Angleterre, à Porto. Je n’ai pas de limites géographiques. Je peux entraîner au Japon. Le projet reste le projet dans l’intégralité des relations de confiance et c’est toujours ma façon de vivre. Je m’en fous des propositions. J’ai des contacts comme j’en ai toujours eu de plusieurs clubs. Mais je m’en fous. J’ai 5 ans de carrière encore. Je l’ai dit à Porto que j’allais faire quinze ans et j’ai dit que j’allais faire le Dakar. Je me fous des propositions. Je regarde ce qui m’intéresse d’un point de vue sportif, culturel, de vie. J’ai eu des réunions très intéressantes avec Chivas ou Boca Juniors. Je m’en fous du club ou de revenir en Angleterre », déclarait André Villas-Boas au mois de janvier dernier.

Une sortie qui avait fait froid dans le dos des supporters de l’Olympique de Marseille, qui se revoyaient déjà vivre à nouveau le scénario Marcelo Bielsa, qui avait quitté le club à l’issue de la première journée de championnat et une défaite à domicile contre Caen (0-1). Une sortie pourtant maitrisée par le Portugais, qui en avait assez des informations concernant la vente de certains de ses éléments et notamment de son maître à jouer, Dimitri Payet, qu’on annonçait plus ou moins proche d’un retour dans son ancien club de West Ham.

Réunion repoussée

Finalement, le soufflet était peu à peu retombé et une réunion était prévue, autant pour dessiner les contours de la saison prochaine que pour évoquer son avenir au sein du club marseillais alors que son contrat s’achèvera le 30 juin 2021. Pourtant, récemment encore, AVB jouait la montre : « ici, j’ai toujours été bien reçu, partout, par les joueurs, par la presse, par le public français en général. Je me sens très bien ici, mais il y a d’autres choses dont il faut qu’on parle. On est des adultes, on droit prendre des décisions quand le timing est le bon, face à face. Il ne faut pas brûler les étapes. Quand le club sera prêt, je voudrais discuter un peu de ce qui va se passer l’année prochaine. De toute façon, je suis encore sous contrat avec l’OM pour un an. Mais l’affection du public, le respect des confrères, tout ça, c’est parfait ».

Mais depuis, l’OM a eu du mal dans les résultats et la crise liée au coronavirus a eu raison des championnats européens, dont la Ligue 1. Par conséquent, La Provence nous apprend ce dimanche que cette réunion a été évidemment repoussée alors qu’elle aurait dû avoir lieu mercredi dernier. Cela signifie donc que les pourparlers entre André Villas-Boas et ses dirigeants sont, pour le moment, à l’arrêt et que son avenir demeure incertain.