Andoni Zubizarreta est en vacances après un mercato assez agité. Certains diront qu’elles n’ont pas forcément été méritées tant il y a eu peu de mouvements à l’Olympique de Marseille (trois arrivées uniquement : Dario Benedetto, Alvaro Gonzalez et Valentin Rongier). Pourtant ce marché des transferts estival 2019 marque un tournant dans le projet de l’OM. Pas seulement, car il n’y a plus l’argent de 2016, mais surtout parce que c’est le premier où Andoni Zubizarreta est aux commandes.

Depuis l’arrivée de Frank McCourt, c’est surtout Rudi Garcia, le premier entraîneur du projet, qui faisait ses emplettes et imposait à l’Espagnol ses choix. D’ailleurs, la rancune semble tenace dans le clan de l’ancien du FC Barcelone. Selon les informations de L’Équipe en ce dimanche, Albert Valentin, fidèle bras droit de Zubizarreta, ne se prive pas de critiquer le clan de l’ancien coach phocéen. Ce serait aussi le cas du directeur sportif toujours en place.

Nicolas Pépé et Moussa Dembélé

Car ce qu’il faut dire c’est que le dirigeant de l’OM n’a que très peu goûté certains dossiers depuis qu’il est en place. Tout d’abord, du côté de ceux qui sont arrivés, il n’aurait pas vraiment apprécié l’engagement financier sur les transferts de Dimitri Payet (West Ham), Kevin Strootman (AS Roma) et Mario Balotelli (Nice, puis libre). Il aurait d’ailleurs, pour l’Italien, négocié un petit peu à reculons avant de se mettre en marge du dossier.

Il aurait aussi peu apprécié le départ d’André-Franck Zambo-Anguissa du côté de Fulham l’été passé et surtout que ses pistes comme Nicolas Pépé (alors à Angers) et Moussa Dembélé (alors au Celtic Glasgow) soient retoquées par Garcia puis par son président Jacques-Henri Eyraud. Il aurait ainsi laissé entendre que cela ne lui aurait pas plu par plusieurs moyens détournés et aussi laissé filtrer l’intérêt d’Arsenal à son sujet au début de l’été. Mais maintenant, il n’a plus d’excuse et même s’il jouit d’une certaine cote de sympathie, il est seul au front.