Ce samedi après-midi, l’OM accueillait le LOSC au Vélodrome. Côté marseillais, l’objectif demeurait limpide : rester dans la course au podium, surtout après le brillant succès lyonnais à Dijon (5-2) vendredi soir. Rudi Garcia alignait son traditionnel 4-2-3-1 avec le retour de Rolando en charnière centrale. Après son intérim en défense centrale, Luiz Gustavo retrouvait l’entrejeu et Kostas Mitroglou menait l’attaque phocéenne cet après-midi. Côté nordiste, on se devait de ramener un résultat de ce déplacement périlleux. Christophe Galtier optait également pour un 4-2-3-1 et enregistrait le retour d’Adama Soumaoro en charnière centrale et Thiago Mendes au milieu. L’entame de match lilloise était catastrophique, les joueurs nordistes paralysés par la peur commettaient des erreurs techniques inquiétantes. Il fallait attendre la septième minute cependant pour entrevoir la première opportunité marseillaise. Sur une belle transversale de Rolando, Thauvin sur la droite rentrait dans la surface et essayait de centrer pour Mitroglou mais Koffi s’interposait en détournant le cuir. Le LOSC réagissait avec Benzia sur la gauche qui centrait pour Mendes qui manquait totalement sa frappe (10e).

Quelques secondes plus tard, l’OM ouvrait la marque sur un superbe centre de Bouna Sarr, Thauvin déviait le ballon d’une tête plongeante et surprenait Koffi (1-0, 12e). Les hommes de Christophe Galtier lâchaient enfin les chevaux. Sur une bonne remise de Mothiba, Thiago Maia voyait sa frappe déviée par Rami mourir juste à côté des buts gardés par Pelé (16e). Deux minutes plus tard, sur un ballon mal renvoyé par la défense phocéenne, Malcuit tentait sa chance de loin mais voyait se tentative passer juste à côté (18e). Sur un contre, Amavi décalait Ocampos sur la gauche dont le centre trouvait Payet qui se faisait stopper irrégulièrement par Mendyl dans la surface. L’arbitre indiquait logiquement le point de penalty. Florian Thauvin prenait Koffi à contre pied (2-0, 30e). L’OM prenait le large sur un excellent travail d’Ocampos côté gauche qui talonnait pour Amavi dont l’excellent centre était repris victorieusement de la tête par Mitroglou (3-0, 35e). Le calice jusqu’à la lie pour le LOSC qui baissait pavillon une quatrième fois. Sur la gauche, Thauvin s’infiltrait dans la défense nordiste et centrait deuxième poteau pour Ocampos. L’Argentin remettait de la tête pour Mitroglou qui ajustait de près Koffi (4-0, 38e).

Le festival offensif de l’OM

Au retour des vestiaires, Christophe Galtier tentait le tout pour le tout en faisant entrer Nicolas Pépé à la place de Mendes et Junior Alonso à la place de Luiz Araujo. De leur côté, les joueurs phocéens revenaient sur le pré avec les mêmes intentions que dans le premier acte. Sur la droite, Bouna Sarr trouvait Payet qui décalait Thauvin dont la frappe enroulée passait juste au-dessus (48e). L’OM se faisait cueillir sur une récupération de Bissouma qui trouvait Benzia dans la surface. Le capitaine lillois déposait Rolando, Amavi et Luiz Gustavo grâce à deux feintes avant d’ajuster Pelé d’une belle frappe (4-1, 54e). Ce but avait le mérite de réveiller le LOSC qui se montrait à nouveau dangereux. Sur un service de Benzia, Bissouma décochait une belle frappe qui passait juste à côté (58e). La défense nordiste semblait proche de la rupture à nouveau.

Sur un centre de Mitroglou, Thauvin remettait pour Payet aux six mètres qui manquait totalement son intérieur du pied (63e). L’Olympique de Marseille assénait le coup de grâce aux Lillois. Payet s’infiltrait dans la défense nordiste et décalait sur la gauche de la surface Ocampos dont la frappe puissante trompait Koffi (5-1, 68e). Le festival offensif marseillais se poursuivait avec Dimitri Payet qui se faufilait dans la défense nordiste et voyait sa frappe mourir sur le poteau (71e). Les hommes de Christophe Galtier réagissaient de manière sporadique avec un centre de Soumaré pour Mothiba qui butait sur Pelé (74e). Avec quatre buts d’avance, l’OM gérait tranquillement son avance en fin de match. Grâce à ce large succès, les hommes de Rudi Garcia revenaient à hauteur de l’Olympique Lyonnais au classement.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : Ocampos (8) : l’ancien Monégasque a réalisé un premier acte convaincant. Impliqué sur trois des quatre buts marqués par son équipe, son implication sur le pré reste un modèle. C’est lui qui distille un très bon centre pour Payet qui occasionne le penalty (30e). C’est encore lui qui décale Amavi dont le centre trouve la tête de Mitroglou (3-0, 35e). Enfin, le joueur argentin s’est mué en passeur décisif grâce à une superbe remise de la tête sur le quatrième but de Mitroglou (4-0, 38e). Son énorme activité est récompensée par un superbe but où il crucifie Koffi d’une superbe frappe (68e).

OM

- Pelé (5) : l’Albatros a passé une soirée relativement tranquille. Il ne peut rien sur le but lillois marqué par Benzia (54e). Son arrêt réflexe sur une frappe à bout portant de Mothiba sauve son équipe (74e).

- Sakai () : le latéral japonais a quitté prématurément les siens à la 22e minute sur blessure, remplacé par Jordan Amavi (5,5) qui n’a pas tardé à se mettre en évidence en distillant un excellent centre pour la tête de Mitroglou (3-0, 35e). Moins en vue dans le second acte où il se fait piéger par la feinte de frappe de Benzia sur le but lillois (54e).

- Rolando (5,5) : le défenseur central portugais effectuait son grand retour dans le onze phocéen cet après-midi. Ce dernier n’a pas démérité en se montrant intraitable dans les duels et en écartant le danger grâce à son sens de l’anticipation. Coupable sur le but de Benzia où il se fait éliminer trop facilement (4-1, 54e). Remplacé à la 63e par Zambo-Anguissa qui n’a pas forcément montré grand chose sur ses quelques minutes passées sur le terrain.

- Rami (5) : l’international français a semblé un peu plus en retrait que son partenaire en charnière centrale. Si il n’a pas été pris à défaut, il n’a pas régné en maître comme à l’accoutumée dans les duels. L’ancien Lillois a passé un après-midi relativement tranquille, mais a clairement manqué d’impact et d’envie dans son jeu.

- Sarr (6) : l’ancien Messin effectuait lui aussi son retour dans le onze marseillais. Il n’a cessé d’avaler les kilomètres sur son flanc droit, et de se projeter vers l’avant. Son excellent centre permet à Florian Thauvin d’inscrire son premier but de l’après-midi (1-0, 12e). Il a moins participé aux tâches offensives dans le second acte et s’est évertué à bien défendre.

- Luiz Gustavo (6) : l’international brésilien retrouvait l’entrejeu cet après-midi après un court intérim en défense centrale. Un retour plutôt tranquille pour l’intéressé qui n’a pas eu à forcer son talent pour organiser le jeu de son équipe. L’ancien joueur du Bayern Munich est repassé en charnière centrale suite à la sortie de Rolando. Un repositionnement qui ne lui a posé aucun souci, il a apporté la sérénité nécessaire à son arrière garde.

- Lopez (6) : le petit milieu de terrain marseillais s’est évertué à distribuer le jeu en alternant jeu court et long. Il a démontré son aisance technique tout en s’évertuant à jouer juste. Plus discret par rapport à ses partenaires, il rend cependant une copie très propre avec peu de déchet dans son jeu.

- Ocampos () : voir ci-dessus

- Payet (7) : le capitaine marseillais est celui qui organise le jeu de son équipe. Sa faculté à exceller aussi bien dans le jeu court que dans le jeu long offre multiples possibilités à son équipe. Son entente avec Florian Thauvin constitue l’un des points forts de l’OM. Provoque le penalty qui permet à Thauvin de marquer le deuxième but phocéen (2-0, 30e). Passeur décisif sur le cinquième but marqué par Ocampos (68e). Il réalise un festival incroyable ponctué par une frappe qui vient s’écraser sur le poteau (71e). Une performance aboutie pour l’international français. Remplacé par Sanson (79e).

- Thauvin (7,5) : l’ailier droit marseillais s’est montré très incisif comme à son habitude sur son côté. Bien alerté par Rolando il fixe bien son défenseur avant de voir son centre dévié par Koffi (7e). Suite à un excellent centre de Sarr il dévie astucieusement le cuir de la tête pour tromper Koffi (1-0, 12e). l’international français a poursuivi son festival en inscrivant un deuxième but sur penalty (2-0, 30e). Impliqué sur le quatrième but où son centre permet à Ocampos de bien remiser pour Mitroglou (38e). Aurait pu inscrire un triplé mais sa frappe enroulée passe juste au-dessus (48e).

- Mitroglou (6,5) : l’attaquant grec est totalement métamorphosé depuis quelques matchs. Même si il touche très peu de ballons dans le jeu, son réalisme dans la zone de vérité reste à souligner. A la réception d’un centre d’Amavi, sa tête croisée ne laisse aucune chance à Koffi (35e). L’ancien joueur du Benfica profite ensuite d’une belle remise de la tête d’Ocampos pour ajuster d’une belle volée Koffi (4-0, 38e). Moins en vue dans le second acte, il a été moins sollicité par ses partenaires.

LOSC

-  Koffi (1,5) : préféré à Maignan, Christophe Galtier a certainement dû regretter son choix. Le dernier rempart burkinabé s’est montré extrêmement fébrile, dans ses prises de balles notamment. C’est simple en première période, chaque tir de l’OM a abouti sur un but. Sa seule réelle parade a été devant Thauvin, en début de match. (8e). Il est passé de peu à côté du cauchemar en ne captant pas un centre à priori sans grand danger de Payet (50e). Catastrophique.

-  Malcuit (5) : le latéral droit a été l’homme le plus dangereux des Dogues. Très remuant sur son couloir droit, il s’est fait un malin plaisir à exploiter les largesses défensives de l’OM en début de match. Beaucoup de centres, de percussions dans la surface adverse, ou encore de frappe (17e) pour amener le danger. Mais après le premier but de l’OM, l’ancien joueur de l’ASSE a payé ses montées dans le camp adverse, face à un Ocampos bien en jambes. Courageux, il n’a jamais rien lâché, mais il était trop seul pour espérer sonner la révolte.

-  Edgar Ié (2) : le leader de la défense du club nordiste était un peu seul aux commandes de l’arrière-garde lilloise. Abandonné par son coéquipier Soumaoro aux abonnés absents, le défenseur portugais n’a pu qu’assister au naufrage de son équipe aux premières loges. Mais lui-même n’a pas réellement été au niveau.Trop passif, trop attentiste, il n’a pas su contenir un Mitroglou qui a bien pesé sur la défense lilloise. Trop souvent sur le reculoir, à l’image de cette action incroyable de Payet qui aurait mérité un meilleur sort (71e).

-  Soumaoro (1,5) : le défenseur lillois a vécu un véritable calvaire. Très souvent en retard, il a perdu quasiment tous ses duels en un contre un face aux attaquants marseillais. Il a été absent au marquage sur le but de la tête de Thauvin (12e) et complètement battu dans le duel aérien face à Mitroglou (35e). Aucune agressivité, beaucoup de passivité, le défenseur franco-malien a pris l’eau cet après-midi.

-  Mendyl (2) : face à lui cet après-midi, l’international marocain avait un sacré client en la personne de Florian Thauvin. Il a beaucoup souffert face à l’ailier de l’OM en grande forme. L’apport de Bouna Sarr lors des phases offensives olympiennes l’a également beaucoup gêné. Coupable d’une faute évitable qui a coûté un penalty aux siens (30e). Beaucoup de boulevards laissés dans son couloir.

-  Bissouma (4) : le milieu relayeur malien n’a pas lésiné sur les efforts. Un pressing permanent, quelques montées balle au pied pour tenter de casser les lignes adverses, mais il était bien trop seul dans l’entrejeu pour empêcher les assauts marseillais. D’un point de vue offensif, il a fait du bien au LOSC grâce à son impact physique. A noter une belle ouverture qui a amené le but Benzia, ou encore une frappe à l’entrée de la surface qui passait de peu à côté (58e).

-  Thiago Maia (3) : face à Payet et consorts, le milieu brésilien a souvent été dépassé. La maîtrise technique du milieu olympien lui a posé beaucoup de difficultés. Quelques ballons grattés par-ci, par-là, mais son activité dans l’entrejeu a été trop insuffisante. Face à la domination du milieu de l’OM, il a beaucoup souffert.

-  Luiz Araujo (2,5) : l’ailier brésilien s’est montré intéressant en début de match. Disponible, il a apporté le danger sur son couloir gauche par ses dribbles. Mais après le premier but, il a complètement disparu de la circulation. Remplacé à la pause par Junior Alonso (3,5) . Le défenseur uruguayen a souffert comme ses coéquipiers en défense face à l’armada marseillaise.

-  Benzia (4,5) : positionné en numéro 10, le capitaine du LOSC a essayé de sauver son navire du naufrage, mais il était bien trop seul pour espérer ramener quelque chose cet après-midi. Pourtant, il était plein d’envie, disponible pour les siens. Mais face à la faiblesse technique de ses coéquipiers, il ne pouvait absolument rien faire tout seul. Malgré tout, ce dernier n’a pas abdiqué, à l’image de son but plein de courage (54e). Remplacé par Soumaré à la 70e, qui a tenté d’apporter son impact physique pour limiter la casse, en vain.

-  Thiago Mendes (3,5) : beaucoup d’envie cet après-midi pour l’ailier brésilien. Mais comme bien souvent, beaucoup trop de déchets, d’imprécision dans son jeu à l’image de son incroyable manqué alors qu’il se trouvait en bonne position de tir (10e), ou encore de son tir dévié qui passait de peu à côté. Remplacé à la mi-temps par Nicolas Pepe (4) . Souffrant, le facteur x du LOSC n’a pu démarrer le match en tant que titulaire. Au grand regret de Galtier, car sur quelques actions, il a fait preuve de fulgurance balle au pied.

-  Mothiba (3,5) : comme il pouvait s’y attendre, l’avant-centre des Dogues a été esseulé à la pointe de l’attaque nordiste. Il a passé le plus clair de la partie à courir derrière le ballon. Quasi aucune action à se mettre sous la dent, si ce n’est une tête au-dessus du cadre en début de match (14e), et un face à face inespéré, perdu contre Pelé (74e).