S’imposer pour prendre provisoirement la tête. Tel était l’objectif de l’Olympique de Marseille ce samedi soir lors de la réception de Montpellier à l’Orange Vélodrome, dans le cadre de la 6e journée de Ligue 1. Avec la défaite du FC Nantes vendredi sur la pelouse de la Meinau contre le RCSA (1-2), le club phocéen, auteur de trois victoires de rang, pouvait en effet s’installer en haut du classement en cas de victoire face au MHSC ce soir. Mais pour cela, il fallait donc disposer de la formation montpelliéraine, qui restait elle sur un bon succès à domicile face à l’OGC Nice (2-1). Pour aller chercher les trois points, André Villas-Boas faisait confiance aux mêmes joueurs qui avaient débuté la rencontre face à l’AS Monaco dimanche dernier (4-3). Côté montpelliérain, Michel Der Zakarian remplaçait juste Congré par Cozza en défense dans son 3-4-3. Dès les premières minutes, les Olympiens mettaient énormément d’intensité et les Montpelliérains étaient dépassés.

Mais tout n’était pas rose côté phocéen puisqu’Alvaro, blessé après un contact avec son gardien Mandanda, devait laisser sa place à Caleta-Car (8e). Sur le plan offensif, Lopez (4e), Sanson (6e) ou encore Gemrain (8e) tentaient de forcer le verrou montpelliérain. Complètement dépassés, les visiteurs tentaient de répondre. Et justement, sur leur première offensive, les Montpelliérains ouvraient le score grâce à une tête de Delort (11e). Cependant, M. Delerue refusait le but avec l’aide de la VAR pour un hors-jeu. Mais la deuxième était la bonne. Sur un centre tendu de Mollet depuis le côté droit, Sarr, totalement surpris, marquait contre son camp (17e, 0-1). Un but contre le cours du jeu donc, puisque l’OM dominait totalement les débats. Et ça continuait derrière avec de nombreuses offensives. Mais le MHSC ne craquait pas sur les actions de Sanson (28e), Payet (32e) ou encore Benedetto (36e). De l’autre côté du terrain, Delort cherchait à doubler la mise (36e, 29e).

Une fin de match sous haute tension !

Dominer ne rimait donc pas avec gagner dans ce premier acte et l’OM regagnait les vestiaires avec un but de retard (0-1) malgré une nette domination. Au retour des vestiaires, le scénario de la rencontre restait le même. Les Phocéens multipliaient les assauts sur le but montpelliérain. Si Lopez tombait dans la surface après un duel avec Cozza (47e), Payet manquait lui son coup-franc bien placé devant la surface en ne cadrant pas sa tentative (51e). Mais de l’autre côté, il y avait à chaque fois danger sur les quelques offensives du MHSC. La preuve à la 53e minute avec une passe en profondeur de Laborde pour Delort, qui marquait d’une frappe enroulée. Mais comme en première période, le but était refusé à l’international algérien pour un hors-jeu. L’OM tremblait donc un peu mais ne lâchait rien sur le plan offensif pour revenir. Néanmoins, les minutes défilaient et le tableau d’affichage ne bougeait toujours pas.

Finalement, à force de pousser, les Phocéens trouvaient la faille. Entré en jeu à la place de Sanson, Radonjic débordait sur la gauche et centrait vers le point de penalty. Pedro Mendes manquait son intervention, pour le plus grand plaisir de Germain qui prenait alors à contre-pied Rulli (75e, 1-1). Reboostés, les hommes d’André Villas-Boas voulaient cependant arracher la victoire. Payet (82e), Rongier (82e) et Kamara (84e, 85e) passaient près du deuxième but phocéen. Mais la fin de match était marquée par des échauffourées après une altercation entre Radonjic et Ferri. M. Delerue décidait alors d’exclure l’ancien Lyonnais mais également Kamara, venu pousser le Montpelliérain (90e+2). Beaucoup de joueurs perdaient donc leurs nerfs, notamment Payet. Suite à un avertissement, le numéro 10 phocéen adressait quelques mots à l’arbitre central, qui sortait alors le carton rouge (90e+5). Le match se terminait ainsi. Avec ce nul, l’OM ratait donc la première place et passait seulement deuxième. Le MHSC était lui 10e.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

L’homme du match : Lopez (7,5) le jeune joueur de l’OM a réalisé une performance similaire à celle de la semaine passée contre l’AS Monaco. Très disponible, le joueur de 21 ans a organisé le jeu de son équipe du début à la fin. Balle au pied, il a montré de très belles choses et a même frôlé le but à deux reprises (3e, 55e). Avec un gros volume de jeu, il a pu être présent jusqu’à la 90e minute, lui qui a beaucoup couru entre les lignes et a joué 109 ballons au total.

Olympique de Marseille

- Mandanda (5,5) : très important sur la pelouse du stade Louis-II dimanche dernier, le portier marseillais a eu beaucoup moins de travail aujourd’hui. S’il n’a rien pu faire sur le but contre son camp de Sarr (17e), il a capté la seule frappe cadrée du MHSC à la 35e minute, oeuvre de Delort (35e). Il a donc rempli son contrat ce soir lui qui a dû un peu s’ennuyer, mais on notera tout de même qu’il n’a pas arrêté la tête de l’Algérien et la frappe enroulée de celui-ci sur les deux buts refusés.

- Sarr (4,5) : encore une fois titulaire au poste de latéral droit en l’absence de Sakai, l’ancien Messin a vécu une rencontre assez spéciale puisqu’il a marqué contre son camp dès la 17e minute, mettant donc l’OM dos au mur. Derrière, il a été omniprésent dans le couloir droit et a multiplié les montées pour apporter quelque chose. Néanmoins, il n’a jamais fait la différence, que ce soit avec ses centres ou ses frappes.

- Alvaro (non noté) : auteur d’un bon début de saison, le joueur prêté par Villarreal n’a disputé que quelques minutes. Après un contact avec son portier Mandanda, il a dû céder sa place à Caleta-Car (8e, note : 5,5) suite à une blessure musculaire. Le grand défenseur croate n’a lui pas vraiment eu à s’illustrer puisque les actions montpelliéraines n’ont pas été nombreuses. Cependant, c’est plus son coéquipier Kamara qui a réalisé les interventions quand il le fallait.

- Kamara (6) : le défenseur de 19 ans, malgré son jeune âge, a déjà la tête sur les épaules. S’il aurait pu mieux anticiper le centre de Mollet sur le but contre son camp de Sarr (17e), il a quand même rendu une très bonne copie. Lors des ballons en profondeur montpelliérains, le Marseillais a toujours été là, souvent en dernier défenseur, pour anéantir les offensives adverses. D’ailleurs, il a failli offrir la victoire aux siens en fin de match (84e) mais son match s’est mal terminé avec une expulsion discutable (90e+2).

- Amavi (3,5) : plutôt à son avantage face à l’AS Monaco dimanche dernier, le latéral gauche marseillais a cette fois-ci sombré. Auteur d’une mauvaise appréciation devant Mollet avant le but contre son camp de Sarr (17e), le natif de Toulon a enchaîné les bourdes, avec par exemple un tacle non maîtrisé sur Souquet, lui valant un avertissement. Et sur le plan offensif, il a fait preuve de beaucoup de maladresse, malgré plusieurs percées.

- Lopez (7,5) : voir ci-dessus

- Strootman (7) : avec la physionomie de la rencontre et le jeu montpelliérain en attaque, à savoir de longs ballons pour sauter les lignes, le milieu néerlandais n’a pas été très en vue sur la pelouse de l’Orange Vélodrome. Mais ça ne veut pas dire qu’il n’a pas fait son match, bien au contraire. Car dans l’entrejeu, l’ancien joueur de l’AS Roma a fait le boulot avec par exemple douze ballons gagnés dans le premier acte et sept après la pause. Précieux sur la pelouse, le numéro 12 a fait énormément de bien. Remplacé par Rongier (77e).

- Sanson (4) : les matches passent et les prestations de l’ancien Montpelliérain ne s’améliorent pas. Devant son public, le joueur de 25 ans a dû frustrer plus d’un supporter. S’il a touché beaucoup de ballons, il n’a jamais été décisif. Pire, il a même fait preuve individualisme, beaucoup trop même. Sur le plan offensif, ses deux tentatives n’ont pas été cadrées (6e, 28e). Un match à oublier pour le Français, remplacé en premier par Radonjic (67e).

- Germain (6,5) : déjà très important la semaine passée sur l’aile droite (un but et une passe décisive pour lui contre l’ASM), l’ancien joueur de l’OGC Nice a encore une fois été décisif. S’il s’est beaucoup moins montré qu’à Louis-II, il a tout de même été là au bon moment et au bon endroit pour reprendre le centre de Radonjic et égaliser (74e). Auparavant, il avait tenté sa chance par deux fois, sans succès (9e, 23e). Le natif de Marseille enchaîne donc les performances séduisantes.

- Benedetto (5,5) : auteur d’un doublé la semaine passée face au club du Rocher, l’attaquant argentin n’a cette fois-ci pas trouvé le chemin des filets. Moins trouvé par ses coéquipiers, il a dû un peu plus décrocher pour jouer dos au but, où il a fait du bon travail. Sur ses deux tentatives, il en a cadré une mais Rulli s’est interposé. Ce n’est donc pas son meilleur match de la saison sous le maillot olympien mais il n’y a rien d’alarmant, loin de là.

- Payet (4,5) : une chose est sûre : l’ancien Hammer a été très présent sur la pelouse de l’Orange Vélodrome avec pas moins de 105 ballons touchés. Mais le joueur de 32 ans a eu du mal balle au pied. Dans les derniers mètres, il a enchaîné les passes imprécises, ce qui l’a un peu énervé. Sa rencontre s’est même mal terminée puisqu’il a été expulsé par M. Delerue pour des mots déplacés, alors que l’arbitre avait d’abord sorti un avertissement.

Montpellier Hérault Sport Club

- Rulli (7) : le gardien argentin est vite entré dans son match avec une parade sur une frappe de Lopez (3e) et une tentative de Germain (8e). Il a été beaucoup sollicité notamment en première période où il a apaisé sa défense grâce à des sorties autoritaires et des arrêts déterminants. Il permet à son équipe de rester dans le match et son jeu au pied a souvent permis à son bloc de remonter. Malheureusement, il n’a rien pu faire sur l’égalisation de Germain (74e).

- Mendes (5,5) : le défenseur a fait du bien. Serein lorsqu’il était pressé, il n’a pas hésité à monter balle aux pieds pour transpercer les lignes adverses. Défensivement, il a été impeccable, il a bien muselé Benedetto dont le jeu dos au but a été contraignant. Le carton jaune reçu pour une faute sur Payet (59e) l’a contraint à réduire l’impact qu’il mettait dans ses duels. Seule ombre au tableau, il a mal apprécié le centre de Radonjic sur le but de Germain (74e).

- Hilton (7) : la défense à cinq de son équipe est un vrai régal pour lui. À 42 ans, le défenseur confirme une nouvelle fois qui est l’un des meilleurs du championnat à son poste. Il diffuse calme et sérénité à ses coéquipiers. Il a encore dirigé cette défense d’une main de fer et son expérience est un atout majeur dans ce genre de rencontre. Son sens de l’anticipation est à montrer à tous les jeunes défenseurs, un modèle du genre.

- Cozza (5,5) : le jeune français a été rassurant dans cette défense à trois centraux. Il a bien trouvé sa place et ne s’est pas embarrassé lorsqu’il était sous pression. Cependant, lui aussi aurait pu mieux se placer sur l’égalisation olympienne. Il a joué simple et juste. En fin de match, il s’est même projeté dans le camp marseillais afin de forcer la décision.

- Souquet (5) : l’ancien Niçois a été l’auteur de quelques imprécisions en début de match. Il a souffert face aux montées successives de Payet mais s’est montré dangereux offensivement en prenant son couloir. Il a pris un carton sur un contact avec Sanson (22e), ce qui l’a obligé à anticiper défensivement. Il s’est bien repris par la suite, il a été sérieux et appliqué dans ce rôle de piston sur le côté droit même s’il n’est pas monté assez vite sur Radonjic sur l’égalisation marseillaise (74e).

- Ferri (6) : comme souvent, il a été précieux pour sa formation montpelliéraine. Son travail de l’ombre est toujours aussi important. C’est lui qui initie le pressing sur le milieu marseillais. Toujours bien placé, sa technique lui permet de ressortir les ballons chauds et ainsi soulager son équipe. Il a gratté énormément de ballons au milieu (18). Avant son expulsion pour une gifle sur Radonjic (90e+2), il avait réalisé un match intéressant qui confirme sa bonne intégration avec le MHSC.

- Le Tallec (6) : un match discret mais très utile dans le jeu et la récupération (15 ballons grattés). Le milieu de terrain a bien bloqué les espaces et son duo avec Ferri est très prometteur. À l’image de son équipe, il a beaucoup défendu mais son apport offensif a été trop limité alors qu’il a eu les occasions de lancer des contres intéressants. Une prestation d’ensemble satisfaisante mais pas transcendante.

- Oyongo (4) : placé très haut sur le terrain, le latéral gauche a eu du mal à se positionner et à entrer dans cette partie. Plusieurs fois en retard, il a commis des fautes pour ne pas se faire prendre. Par la suite, il s’est appliqué à bien contenir Germain dans son couloir même si l’attaquant marseillais a beaucoup dézoné dans l’axe.

- Laborde (5) : moins en vue que ses partenaires de l’attaque, il n’en a pas pour autant été moins important. Il s’est beaucoup dépensé pour couper les transmissions marseillaises et effectuer un pressing haut. Il aurait pu mieux jouer quelques coups offensivement mais a perdu trop de ballons pour se montrer dangereux (17 au total !). Remplacé par Ristic (71e).

- Mollet (6,5) : quel début de match ! Le joueur français a été dans tous les bons coups et a été un danger permanent lors des offensives montpelliéraines. C’est lui qui a récupéré un ballon sur Amavi et sur son centre, il a forcé Bouna Sarr à marquer contre son camp (1-0, 17e). Défensivement, il a aussi du mérite. Il est redescendu très bas ou l’on a pu le voir se jeter dans les pieds de Payet dans sa propre surface (63e). Remplacé par Junior Samba (79e).

- Delort (7) : l’international algérien pensait mettre son équipe sur de bons rails rapidement mais son but a été refusé pour une position de hors-jeu (11e). Très actif sur le front de l’attaque, il a posé beaucoup de soucis à la défense notamment grâce à sa relation avec Laborde. Son jeu dos au but a souvent permis à son bloc équipe de remonter car la doublette Caleta-Car/Kamara a un peu souffert de son impact physique. L’attaquant n’a pas à rougir de sa prestation défensive, il s’est battu et est revenu jusque dans sa propre surface pour écarter le danger. Remplacé par Škuletić (85e).

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10