« S’ils devaient terminer devant Lyon, ils devront respecter les règles du fair-play financier pour pouvoir jouer la Ligue des Champions. Je remercie l’OM de me donner l’occasion de dire qu’ils sont complètement en dehors des clous du fair-play financier, avec la bénédiction de la DNCG ». Jean-Michel Aulas a profité d’un entretien accordé au Dauphiné Libéré pour tacler ouvertement l’Olympique de Marseille.

Présents en conférence de presse, Morgan Sanson et André Villas-Boas n’ont pas pu échapper aux questions sur le sujet. Le milieu de terrain a avoué ne pas avoir entendu ou lu les propos du patron de l’Olympique Lyonnais. « Je n’ai pas du tout lu ce qu’il s’est dit, surtout de la part de Jean-Michel Aulas, mais ce n’est pas ça qui nous donne plus envie d’aller gagner là-bas. On veut aller au bout de cette Coupe, on doit éliminer des gros pour ça », a-t-il expliqué.

AVB botte en touche mais...

Le technicien marseillais, de son côté, n’a pas voulu s’étendre sur le sujet. « Je ne peux pas dire grand-chose... C’est le président d’un autre club qui veut faire un jeu de paroles avec un autre club. Il parlait peut-être du PSG, qui a aussi eu des problèmes avec le fair-play financier ? De toute façon, ce n’est pas le plus important. Il a fait tous les efforts possibles pour déplacer le match au jeudi. On va jouer mercredi malgré tout, comme l’a décidé la télévision », a-t-il indiqué.

L’OM, qui, invaincu depuis 15 matches toutes compétitions confondues, traverse un véritable état de grâce, n’a donc pas souhaité alimenter la polémique lancée par JMA. Preuve de la stabilité émotionnelle de laquelle se réclamait AVB. Mais la tension devrait tout de même continuer à grimper d’ici le quart de finale de Coupe de France opposant les deux formations la semaine prochaine.