On joue le temps additionnel entre l’AS Monaco et le Stade de Reims quand Stevan Jovetic frappe à bout portant sous la barre transversale. Le but du 2-1 semble acquis pour le Monténégrin quand Predrag Rajkovic sort une parade magistrale sur sa ligne. Sous l’émotion, le gardien rémois enverra son dégagement quelques secondes plus tard en touche et affichera un grand sourire. L’essentiel est ailleurs, le portier serbe s’est une nouvelle fois montré décisif et le Stade de Reims repart avec le match nul de Monaco (1-1). Cet arrêt est la cerise sur le gâteau d’une prestation XXL. Une habitude pourrait-on dire puisque Predrag Rajkovic fait preuve d’une régularité folle depuis le début de la saison. Avec 11 clean-sheets en Ligue 1 (en 26 titularisations) et de nombreuses parades déterminantes, il n’est pas étranger à la bonne forme des Rémois. Avec seulement 21 buts encaissés, le Stade de Reims est la meilleure défense de l’élite française et seuls le Real Madrid (17), l’Atlético de Madrid (19) et Liverpool (20) disposent d’une arrière-garde moins perméable dans les cinq plus grands championnats européens. Meilleur gardien de la Coupe du monde U20 remportée en 2015 avec la Serbie, Predrag Rajkovic était sorti des radars du grand public peu de temps après quand il a signé au Maccabi Tel-Aviv.

Ce n’était pas le cas du Stade de Reims qui a surveillé de prés le joueur qui a évolué pendant quatre saisons en Israël. Directeur Général du club champenois, Mathieu Lacour nous a expliqué la décision qu’avait alors prise le jeune portier serbe : « c’est un gardien qui a fait un choix de carrière réfléchi et stratégique. Il s’est dit à 19-20 ans je peux signer dans les plus grands clubs européens, mais je ne vais pas jouer. Quand on sait qu’un gardien c’est assez binaire, soit il joue, soit il ne joue pas, il considérait qu’au-delà de l’entraînement pour progresser il fallait du temps de jeu. Il fait le choix du projet en Israël d’aller à Tel-Aviv. Il se dit je vais faire au moins deux saisons à bon niveau et je vais jouer la Coupe d’Europe à chaque fois. Finalement, il se retrouve à 22 ans à plus de 100 matches dont une quarantaine en Coupe d’Europe. Dans son choix stratégique de carrière, il souhaitait un club étape comme le Stade de Reims. Il avait énormément de sollicitations, car il a réalisé de grosses performances malgré le niveau de son championnat. Il a souhaité un club dans lequel il pouvait jouer et franchir des étapes dans l’un des cinq plus grands championnats avec l’envie d’aller ensuite dans un top club par la grande porte et pour jouer. »

Un gardien qui dégage de la sérénité

En prévision du départ d’Édouard Mendy, le Stade de Reims avec notamment l’insistance de Pol-Édouard Caillot le responsable de la cellule de recrutement a débuté les contacts dès février-mars 2019. Le joueur avait déjà découvert les installations du club champenois et lorsque Édouard Mendy s’orientait vers le départ, les recruteurs rémois ont accéléré dans le dossier Predrag Rajkovic. Si le doute subsistait encore sur son acclimatation à la Ligue 1, ils ont été vite balayés d’un revers de main par les premières prestations du gardien serbe. « Forcément quand un joueur étranger arrive il y a l’adaptation au championnat et on doit le protéger. On n’avait pas de doutes sur sa capacité à être très performant. Après là ce n’est même plus très performant, son mois d’août a été rayonnant. Le point d’orgue c’est fin août lors du premier penalty qu’il arrête contre Lille, mais même avant il a été excellent » n’hésite pas à rappeler Mathieu Lacour. Régulier dans ses performances et disposant d’un profil assez complet, Predrag Rajkovic a surtout séduit les recruteurs du Stade de Reims par son tempérament. « Ce qui nous plaît chez ce gardien c’est son leadership, son sang froid. Au-delà de l’aspect technique du joueur, c’est ce qu’il dégage. Il a un gros charisme, il est rassurant pour une équipe, pour une défense » nous explique Mathieu Lacour.

Ce dernier nous révèle au passage une anecdote qui en dit long sur le caractère du Serbe : « le match contre Strasbourg est révélateur. Quand il dit à Yunis Abdelhamid alors qu’on subit fort à 0-0 à un quart d’heure de la fin contre Strasbourg en quarts de finale de la Coupe de la Ligue : "les gars fermez tout, arrêtez d’attaquer. Laissez-moi aller aux penalties, je vais vous faire la séance." Abdelhamid passe la consigne à Romao (le capitaine ndlr) et les joueurs ont une grande confiance qu’ils le font et ferment. Il fait la séance qu’il faut. » Le Stade de Reims s’imposera 4-2 aux tirs au but face au tenant en titre de la Coupe de la Ligue et atteindra ainsi le dernier carré de l’épreuve. Encore jeune, le portier de 24 ans semble arrivé tout doucement à maturité et s’impose déjà comme l’un des meilleurs gardiens du championnat. Il peut compter sur une défense très solide - dont il participe à cette imperméabilité - et qui lui permet d’être souvent épargné par les tirs adverses. Un parfait alliage dont il sait tirer parti. Cette saison, il se distingue surtout par des arrêts précieux permettant de protéger l’avantage ou de conserver le match nul.

Mathieu Lacour n’hésite pas à nous le souligner tout en mettant en avant son jeu au pied : « souvent, il n’a pas autant de frappes à arrêter que contre Monaco. On a l’une des meilleures défenses en Europe. Depuis le début de la saison, le nombre de points qu’il a fait gagner est assez incroyable. Souvent on ne subit pas beaucoup de frappes, mais il a été en arrêter cinq, six, sept, huit depuis le début de la saison qui font tourner les matches. Il a cette capacité à gérer les temps forts et les temps faibles, il sent le jeu. Souvent c’est une ou deux frappes dans le match, mais c’est dans ce côté décisif, toujours concentré et ensuite l’apport dans le jeu au pied. L’équipe n’a pas peur de jouer avec un onzième joueur de champ qu’est le gardien. Il fluidifie beaucoup d’actions où il est capable de casser une ou deux lignes sur sa première relance. » Recruté pour prés de 5 millions d’euros cet été, Predrag Rajkovic rend au centuple la confiance placée en lui par le Stade de Reims avec qui il peut continuer à grandir au quotidien. Décisif au fur et à mesure des matches, l’international serbe continue de grandir et régale la Ligue 1 cette saison avec des parades extraordinaires. Un choix payant pour le Stade de Reims qui enchaîne les bons coups sur le mercato depuis sa remontée en Ligue 1.