Choc au sommet ce samedi après-midi au Parc des Princes (9e journée de Ligue 1). Leader du championnat de France avec 18 points, le Paris Saint-Germain recevait Angers, son dauphin avec 16 unités. Battu par le Stade de Reims il y a une dizaine de jours (0-2), le club de la capitale retrouvait donc son public, et l’objectif était forcément de renouer avec la victoire à la maison, pour aussi prendre quelques distances avec le SCO. De leur côté, les Angevins restaient sur trois matches sans défaite, et un nul à la maison contre Amiens (1-1). Pour remporter les trois points, Thomas Tuchel, privé de Mbappé ou encore Cavani, alignait un 3-4-3 avec Bernat en charnière centrale ou encore Icardi en pointe. Côté angevin, Stéphane Moulin sortait un 4-3-3 et titularisait Manceau, Bobichon et Ninga.

Les champions de France faisaient, comme attendu, le jeu sur leur pelouse face à un bloc angevin bien organisé. Sur une frappe puissante déviée en corner, Paredes allumait la première mèche (2e). Les Parisiens cherchaient la faille dans le camp du SCO et Icardi avait alors une balle de but mais l’Argentin, un peu trop gourmand certainement, se manquait après avoir effacé Butelle (10e). Mais la troisième opportunité était la bonne pour le PSG. En une passe, Gueye éliminait quatre adversaires. Sarabia rentrait alors dans la surface et ajustait le portier angevin d’une frappe croisée pour marquer son premier but de la saison (13e, 1-0). Malgré ce but encaissé, les Angevins ne changeaient rien, avec un bloc assez compact et des contres rapides. Justement, servi à la limite du hors-jeu, Alioui avait la balle d’égalisation mais le numéro 7 croisait beaucoup trop sa frappe (22e).

Les recrues du PSG à la fête

Avec une bien meilleure possession de balle, les joueurs de Thomas Tuchel géraient bien cette avance, grâce notamment à Navas, auteur d’une belle parade sur une tentative cadrée de Santamaria (34e). Un arrêt imporant puisque derrière, Icardi faisait le break sur un excellent service de Sarabia (37e, 2-0). Le PSG était donc devant à la pause, après une dernière tentative non fructueuse de Ninga côté angevin (42e). Au retour des vestiaires, et avec Thioub sur le terrain (qui a remplacé Aït Nouri), les Angevins cherchaient à revenir mais n’y arrivaient pas. Rapidement, Paredes (48e) et Neymar (50e) voulaient enfoncer le clou côté parisien, mais ça ne donnait rien. Le SCO n’avait pas la solution sur la pelouse du Parc des Princes pour relancer cette partie. Et de son côté, le PSG marquait un nouveau but. Après un sauvetage de Thomas sur sa ligne, Gueye envoyait le cuir au fond des filets (59e, 3-0).

Avec ce troisième but, les Parisiens faisaient tourner le ballon tout en se rapprochant des cages de Butelle, mais les occasions étaient de plus en plus rares. Chaque entraîneur procédait à des changements. Côté gauche, Neymar cherchait à participer à la fête mais Butelle s’imposait à chaque fois (60e, 63e, 75e). Mais finalement, en toute fin de match, l’international brésilien clôturait le spectacle en ajustant le gardien angevin pour le 4-0 (90e). Jamais inquiété, le Paris Saint-Germain s’imposait donc largement face à Angers. Un résultat positif, avant la trêve internationale, qui permet au club de la capitale de prendre cinq points d’avance sur son adversaire du jour, qui pourrait être doublé par le FC Nantes et le LOSC.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

L’homme du match : Sarabia (8) actif mais souvent brouillon lors de ses dernières sorties, l’Espagnol a, cette fois, été efficace. C’est lui qui ouvre le score sur un rush solitaire sur le côté droit pour s’offrir son premier but en Ligue 1 sous ses nouvelles couleurs (13e). Dans tous les bons coups, il offre le premier but de Mauro Icardi au Parc des Princes après un nouveau débordement sur son côté (37e). Il a aussi trouvé Gueye sur le troisième but parisien avec sa frappe manquée (59e). Parfois trop altruiste, il aurait pu s’offrir un doublé comme sur cette action où il cherche Icardi (53e) dans la surface. Un match plein. Remplacé par Di María (83e).

Paris Saint-Germain

- Navas (6) : le gardien costaricien a soulagé sa défense lorsqu’il le fallait, comme sur les deux tentatives de Santamaria (34e, 75e). Son jeu au pied est toujours aussi intéressant et il ne s’est pas embarrassé lorsqu’il était sous pression. En seconde période, il n’a pas vraiment été inquiété. Une fin d’après-midi tranquille.

- Herrera (6) : aligné à un poste inédit de latéral droit, l’Espagnol n’a pas démérité. Si au début de match, il a eu du mal à se positionner, il a réussi par la suite à prendre ses marques. Il n’a pas hésité à monter dans son couloir quand il le fallait mais surtout, il s’est appliqué à bloquer Casimir Ninga avec quelques interceptions bien senties (27e, 51e).

- Thiago Silva (7) : comme à son habitude, le capitaine parisien a été impérial. Dans l’anticipation et les relances, il est toujours aussi précis. Son association avec Presnel Kimpembe s’affine. L’un gère la profondeur et l’autre harcèle le porteur du ballon, c’est très complémentaire. À 35 ans, il confirme encore et toujours qu’il est le meilleur défenseur central du club de la capitale.

- Kimpembe (7) : costaud dans les duels, l’international français a fait parler sa puissance. Son match est intéressant, il monte en régime par rapport à ses dernières apparitions. À l’aise dans la relance, il n’hésite pas à monter balle aux pieds pour créer des décalages ce qui a, parfois, réellement gêné le pressing angevin. Son sens de l’anticipation lui a permis de gratter beaucoup de ballons (16 !).

- Bernat (6,5) : le latéral gauche a été hyperactif dans son couloir, comme à son habitude. Il a bien réussi à contenir Pierrick Capelle qui ne l’a pas mis plus que ça en danger. Offensivement, il a plutôt été en vue avec des montées incessantes et des combinaisons avec Neymar qui ont dérouté la défense angevine (50e). Remplacé par Diallo (78e), qui a apporté de la densité physique.

- Gueye (7,5) : le Sénégalais devient de plus en plus essentiel dans ce PSG version 2019/20. Son activité au milieu est précieuse, il se projette et apporte le surnombre en attaque. Il aurait même pu marquer sur le but d’Icardi mais le ballon lui passe entre les jambes (38e). Il délivre une superbe passe décisive pour Sarabia qui prend à revers toute la défense adverse, un modèle du genre (13e). Sa belle prestation est ponctuée d’un but suite à un cafouillage dans la surface (59e).

- Paredes (6,5) : l’Argentin jouait gros aujourd’hui. S’il y a toujours une forme de nonchalance chez lui, il a été bien meilleur que contre Reims (défaite 0-2). Il a mis du rythme dans son jeu, il a surtout cherché à récupérer beaucoup de ballons en se plaçant entre les lignes. Après une récupération haute, il fait tout correctement mais sert mal Neymar sur le côté gauche, ce qui lui a valu une grosse remontrance de Thomas Tuchel (51e).

- Verratti (7) : l’Italien a lui aussi réalisé un gros match. Ressortir les ballons n’est pas un problème grâce à sa technique soyeuse, et sa science du placement est toujours aussi précieuse. Le milieu de terrain tacle, récupère des ballons et délivre des caviars à tout va. Dans le cœur du jeu, il a initié les actions qui ont créé la différence et ouvert des espaces dans le dos des joueurs du SCO. Un match complet dont il faut souligner l’entente avec Idrissa Gueye.

- Sarabia (8) : voir ci-dessus

- Icardi (7) : alors que Kylian Mbappé et Edinson Cavani sont toujours absents, l’attaquant prêté par l’Inter avait l’occasion de parfaire son acclimatation parisienne. Il a eu mal à entrer dans son match avec un raté alors qu’il avait fait le plus dur (10e). Il est au bon endroit au bon moment pour inscrire son premier but de la saison en Ligue 1 après un excellent service de Pablo Sarabia où il envoie un plat du pied imparable pour Ludovic Butelle (38e). Remplacé par Choupo-Moting (71e).

- Neymar (7,5) : des dribbles, des passes bien senties, le Brésilien était en forme cet après-midi. Si son jeu comporte toujours autant de déchets (29 ballons perdus), il éclaire le jeu du PSG par ses prises d’initiatives. Les actions parisiennes passent quasiment toutes par lui. Ses enchaînements étaient de grandes classes mais il a manqué trop de face-à-face contre Butelle (60e, 63e, 75e) ce qui ternit un peu sa partition. Cependant, il se rattrape dans les dernières secondes avec un nouveau but, son quatrième en Ligue 1 depuis le début de la saison.

Angers SCO

- Butelle (5) : face à l’armada parisienne, le gardien français s’attendait certainement à un match assez dur. Après s’être chauffé avec des centres de Bernat (5e) et Sarabia (6e), le portier de 36 ans a été pris à contre-pied sur une frappe de l’ailier espagnol (13e). Et sur le 2-0 inscrit par Icardi, il n’a pu que constater les dégâts. Derrière, il en a encaissé un troisième, oeuvre de Gueye (59e), mais il s’est rattrapé à trois reprises devant Neymar (60e, 63e, 75e) avant de s’incliner (90e).

- Manceau (3) : le latéral droit du SCO, qui devait lui aussi retenir Neymar, a souffert dans cette rencontre. Même s’il a réalisé quelques interventions importantes, le joueur de 30 ans n’a jamais trouvé la solution pour arrêter le Brésilien, auteur du quatrième but à la 90e minute, ou contenir Bernat, souvent servi sur son côté. Cependant, on ne pourra pas lui reprocher sa combativité, lui qui s’est battu jusqu’à la fin (14 ballons grattés).

- Traoré (4,5) : le capitaine angevin est resté très discret ce samedi. Aux côtés de Thomas, plutôt à son avantage, le natif de Paris n’a pas vraiment existé. Avec peu de ballons joués, il a quand même terminé la rencontre avec 100% de passes réussies. Son match n’a donc pas été mauvais, mais ça n’a pas non plus été exceptionnel.

- Thomas (5,5) : à 31 ans, le défenseur français est encore en forme. Même si le SCO a encaissé trois buts ce samedi, le natif de Landerneau a rendu une bonne copie. Auteur de nombreuses interventions importantes, comme ce retour sur Icardi dans la surface (30e) ou encore ce sauvetage sur sa ligne avant le 3e but parisien (59e), il a fait du bien à Angers, qui aurait pu prendre beaucoup plus de buts s’il n’avait pas été là.

- Aït Nouri (3) : la révélation du SCO doit vite oublier ce match. Habituellement très offensif, le latéral de 18 ans n’a rien pu faire aujourd’hui dans son couloir, la faute au bon travail de Sarabia dans son dos. Sa première période a été très compliquée, puisqu’il a été pris dans son dos sur les deux réalisations parisiennes. À la pause, Stéphane Moulin a décidé de le remplacer par Thioub (note : 3). L’ancien joueur du Nîmes Olympique n’a tout simplement pas pu se montrer sur le côté droit.

- Pereira Lage (2,5) : chargé de marquer Neymar de très près, le milieu de terrain de 22 ans a vécu une rencontre compliquée. Face à la vivacité du Brésilien, l’ancien Clermontois a réalisé beaucoup de fautes. Balle au pied, il n’a pas non plus été flamboyant, lui qui a eu beaucoup de déchets et a manqué de précision dans ses transmissions. D’ailleurs, il a quasiment perdu la moitié de ses ballons durant cette partie (16 sur 36).

- Santamaria (5) : placé en sentinelle, le milieu de terrain du SCO a fait son match dans l’ensemble. Forcément moins séduisant que les milieux parisiens, le joueur de 24 ans a tout de même été précieux pour Angers. Sur le plan offensif, il a rapidement compris qu’il fallait tenter sa chance de loin. Navas a d’abord sorti sa frappe tendue (34e), avant de capter un autre tir (75e).

- Bobichon (3,5) : pas très en vue sur la pelouse du Parc des Princes, le numéro 23 angevin a enchaîné les erreurs. Auteur d’une frappe à la 20e minute, il a fait le mauvais choix puisqu’il aurait pu servir Ninga dans son dos. Et au niveau des statistiques, ce n’est pas fameux avec 60% de passes réussies et seulement 20% de duels gagnés. Remplacé par Mangani (55e), qui a tenté de faire la transition entre la défense et l’attaque.

- Capelle (3) : d’abord invisible en première période dans son couloir, puisque les Angevins sont à chaque fois passés de l’autre côté sur leurs offensives, le numéro 15 a été un peu plus visible ensuite. Redescendu en défense suite à la sortie d’Aït Nouri, le joueur de 32 ans a mieux contenu Sarabia que son coéquipier. C’était toutefois insuffisant, car il aurait quand même pu faire mieux sur quelques séquences de jeu.

- Alioui (3) : assez esseulé dans la moitié de terrain parisienne, le numéro 7 angevin a eu du mal à se montrer. Souvent servi dos au but, il n’a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. On retiendra notamment son face-à-face manqué contre Navas, avec une frappe trop cadrée alors que le PSG menait seulement 1-0 (22e). Double buteur contre Toulouse, mais également buteur face à Amiens, Alioui est donc resté muet ce week-end. Remplacé par Kanga (79e).

- Ninga (3,5) : présent dans le couloir gauche, l’ailier angevin a eu des ballons intéressants grâce à ses nombreux appels mais il n’a jamais fait la différence, lui n’a pas cadré sa frappe (9e). Jusqu’à la dernière seconde, il est resté disponible pour amorcer les contres du SCO, mais le dernier geste n’a pas souvent été bon.