Le Paris Saint-Germain a beau avoir signé une démonstration face à la modeste équipe de Dijon (8-0) avant son choc face à l’Olympique Lyonnais, la conférence de presse du jour a surtout été l’occasion de revenir sur la nouvelle polémique de mercredi dernier entre Neymar et Edinson Cavani. Sifflé par une partie du Parc des Princes pour avoir refusé de laisser Cavani tirer le penalty qui l’aurait fait entrer dans l’histoire du club devant son public, Neymar ignorait-il le record que vise El Matador ? Une question qui semble étonnante, mais à laquelle Unai Emery a apporté une réponse pas vraiment claire.

« Nous parlons quand nous préparons les matches. On parle des choses collectives, des statistiques collectives. Les statistiques individuelles sont pour aider l’équipe. Mais nous ne parlons que du collectif. Les joueurs sont libres de parler à l’extérieur pour dire ce qu’ils pensent. Je maintiens mon idée. Pour les choses comme ça, j’en parle à l’intérieur du groupe. Tous les joueurs ont un rôle. Celui pour les penalties est clair. Je préfère ne pas en dire plus ». Des propos évasifs qui peuvent surprendre, d’autant que l’Espagnol va même jusqu’à ne pas dévoiler officiellement les tireurs de penalty. Mais peu importe pour Emery qui n’accorde pas de grande importance à l’incident de mercredi dernier.

Le groupe plus fort que la polémique

« Le groupe est fort et pense collectif. Tous les joueurs sont ensemble. Ils travaillent pour aider l’équipe. Aujourd’hui, nous sommes tous concentrés sur dimanche. Ce qu’il s’est passé mercredi a été positif. Le reste (l’histoire avec Neymar), ce sont des petites choses. Le vestiaire est fort. Il sait qu’ensemble on va faire notre chemin avec une grande motivation. Quand ce genre de chose arrive, nous parlons avec les joueurs et le staff. C’est un groupe fort malgré ce qui peut arriver. Ensemble, il surmonte ce genre de choses. Ici, c’est vrai que quand ça sort à l’extérieur, ça devient important. Les joueurs sont conscients que notre force c’est le collectif et les talents individuels ».

Prônant le collectif face à la vague de polémiques, Emery s’est quand même attardé sur le cas d’Edinson Cavani. Alors que des rumeurs font état d’un spleen supposé de l’Uruguayen, d’autres bruits assez récurrents pointent du doigt des dissensions entre les Brésiliens et le reste des Sud-Américains au sein du vestiaire francilien. Des dires qui mettraient ainsi Cavani en position de faiblesse face à Neymar malgré sa plus grande ancienneté et qui continuent d’alimenter des relations considérées comme très fraîches entre les deux hommes. Mais là encore, Emery est venu jouer les pompiers de service.

« C’est un joueur qui a beaucoup grandi ici à Paris. Je l’ai vu très content ici. Les choses qui arrivent se passent dans un contexte. (...) C’est un joueur, avec Silva et Pastore et Lucas, qui est ici depuis longtemps. Quand il a prolongé son contrat la saison dernière, c’est parce qu’il est content et impliqué. Tous les joueurs ont une personnalité, un caractère différent. Quand des groupes se forment dans un vestiaire, c’est normal. Ceux qui parlent espagnol vont parler ensemble. La première langue est le Français, c’est comme ça que je leur parle. Edi parle bien français et est intégré. Chaque joueur est différent. Tous sont impliqués dans le vestiaire pour aider l’équipe ». Un beau discours en apparence, même si le choc de dimanche face à l’OL et la double confrontation face au Real Madrid nous diront réellement si le groupe parisien est vraiment soudé ou pas face à la difficulté.