Avant la rencontre de l’Olympique Lyonnais contre la Juventus ce mercredi (rencontre à suivre sur notre live commenté), d’autres huitièmes de finale aller de la Ligue des Champions se jouaient ce mardi soir. Outre la rencontre au San Paolo entre le Napoli et le FC Barcelone, les Blues de Chelsea, qualifiés après avoir fini devant l’Ajax et le LOSC, mais derrière le Valencia CF, accueillait, à Stamford Bridge, le Bayern Munich. Les Bavarois, eux ont terminé facilement premiers de leur poule en devançant Tottenham, l’Olympiacos et l’Étoile Rouge de Belgrade.

Entre une équipe mi-figue mi-raisin en Premier League et une qui est en tête de la Bundesliga, on s’attendait à une confrontation à sens unique. On a même eu un peu peur pour les hommes de Frank Lampard en première période puisque dès la première minute, Thomas Müller tentait sa chance sans que cela n’inquiète réellement Willy Caballero, auteur d’une très grande première période. Ensuite les actions s’enchaînaient, mais ni Coman (11e), ni Gnabry (17e) ne parvenaient à trouver le cadre tandis que le portier argentin des Blues sortait bien devant Lewandowski, lancé par Alcantara (15e). Mais ensuite, la rencontre changeait un peu de physionomie.

Alphonso Davies, dont nous vous faisions un petit portait ce mercredi, revenait avec fougue et justesse dans les pieds de Mason Mount obtenant en plus de cela, un six mètres (18e). Moins de dix minutes plus tard, Olivier Giroud décalait parfaitement Ross Barkley, mais le tir, qui ressemblait à un centre, frôlait le montant de Manuel Neuer (24e). Mais, le momentum changeait à nouveau et Lewandowski, à deux reprises, ne parvenait pas à tromper la vigilance de Caballero (27e et 28e). Thomas Müller, de retour à son plus haut niveau, envoyait une mine à côté (29e) et trouvait la transversale (35e). Juste avant, les Blues avaient eu une possibilité avec un centre-tir de Mason Mount, que tentait de dévier dans le but Olivier Giroud, sans succès (34e). Le rythme redescendait un petit peu et sur un contre, Marcos Alonso faisait un somptueux crochet sur Benjamin Pavard, qui doit être encore en train de glisser, avant de frapper croisé. Sauf que Neuer, qui confirme son retour au plus haut niveau, se couchait très bien pour repousser (43e). À la pause, les deux formations se retrouvaient dos à dos avec ce score nul et vierge.

Monsieur Robert Lewandowski

En deuxième période, on se demandait toujours si les Blues allaient pouvoir tenir la distance et surtout ne pas encaisser ce but. Mais c’étaient bien les hommes de Lampard qui allaient se créer la première occasion de ce second acte. Sur un centre de Jorginho, Mason Mount récupérait le cuir et se heurtait au retour de Davies. Dans la foulée, le cuir revenait sur Barkley qui tombait sur un gigantesque Neuer (48e). Finalement, les locaux allaient sombrer en l’espace de quelques minutes. Sur une récupération de Gnabry, l’Allemand transmettait à Lewandowski en profondeur. Le Polonais remettait en retrait vers le précédent qui convertissait l’occasion (0-1, 51e). Quasiment dans la foulée, Lewandowski remportait un duel de la tête et envoyait vers Gnabry. Ce dernier transmettait à nouveau au Polonais, qui lui remettait en profondeur pour le second but des hommes de Flick (0-2, 54e).

Malgré une sublime entame de seconde période, les Bavarois allaient connaître un coup dur avec la sortie, après l’heure de jeu, de Kingsley Coman pour une blessure à la cuisse (65e). Du côté des Londoniens, Frank Lampard tentait de faire bouger les choses en faisant entrer Tammy Abraham (60e), Willian (61e) et Pedro (73e), mais cela ne portait pas vraiment ses fruits et son équipe allait se faire contrer. Sur un très long rush côté gauche, Alphonso Davies, épatant, servait parfaitement Robert Lewandowski, qui ne se faisait pas prier pour pousser le ballon au fond des filets (0-3, 75e). Le cauchemar ne s’arrêtait pas là puisqu’après visionnage de la VAR, Marcos Alonso écopait d’un carton rouge pour un mauvais geste (une gifle, semblait-il) sur Robert Lewandoswski (83e). Avec cette large victoire à l’extérieur, le Bayern Munich peut considérer qu’il a déjà un pied et quatre doigts en quart de finale de la Ligue des Champions.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.