Après Evian Thonon Gaillard (aujourd’hui Thonon Evian Grand Genève FC) et Toulouse, Pascal Dupraz a choisi la Basse-Normandie et plus précisément le Stade Malherbe de Caen pour se relancer. Le technicien français de 57 ans était sans club depuis son éviction du TFC en janvier 2018. C’est la première fois que le coach savoyard entraîne un club évoluant en Ligue 2. Lors de sa présentation, il avait tenu à déclarer : « je suis venu entraîner un club de Ligue 1 Conforama qui est temporairement à l’étage en dessous. Cette équipe vaut mieux que la 17e place (à l’époque) qu’elle occupe actuellement. La première des missions, c’est de redonner confiance à l’équipe. Je suis quelqu’un d’ambitieux, cette saison 2019/2020 peut permettre au SM Caen d’ambitionner les cinq premières places ». Un discours offensif qui a dû rendre heureux les supporters du club caennais, qui ne souriaient pas vraiment depuis la saison dernière et la descente à l’étage inférieur.

Une série de 10 matches sans défaites toutes compétitions confondues

Depuis son arrivée, « PD » a dirigé 10 matches sur le banc du Stade Malherbe de Caen et les résultats sont plutôt bons. En effet, l’équipe normande est invaincue lors de ces 10 matches avec notamment 5 victoires et 5 matches nuls toutes compétitions confondues. Un bilan très positif, car son prédécesseur, en 10 matches également, avait obtenu un bilan bien différent avec 6 défaites, 3 matches nuls et une seule victoire. Si les Caennais remportent leurs deux derniers matches en 2019, ils égaleront le record d’invincibilité du club normand datant de la saison 2013/2014 en Ligue 2, qui était de 12 matches sans défaites.

Au moment où Pascal Dupraz est arrivé, Caen pointait à la 17e place de Ligue 2 à égalité de points avec le barragiste. Désormais, les Normands pointent à la 12e place et se sont éloignés de la zone rouge. Après la victoire en championnat contre l’AS Nancy Lorraine le 2 décembre dernier, le coach Dupraz avait déclaré : « il y a eu plus de pertinence technique et tactique, plus d’alternance, de justesse, d’intensité. Il y a eu cette communion avec le public, c’est important de partager ces moments ensemble après des semaines de durs labeurs ». Les supporters ont retrouvé la joie de supporter leur équipe et les joueurs ont retrouvé de la confiance. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde.

Des choix forts payants

Certains joueurs ont moins le sourire depuis l’arrivée de Pascal Dupraz. L’exemple parfait est celui de Baissama Sankoh (27 ans). Le milieu de terrain ou défenseur central guinéen était l’un des piliers sous Almeida avec 8 matches, tous disputés intégralement, et 3 buts. Sous l’ère Dupraz, il a pu jouer seulement 19 minutes. Le technicien s’est étendu sur le sujet : « il est compétitif, il s’entraîne bien, mais il ne fait pas partie du groupe. J’ai des idées, je les défends. Je n’ai rien contre personne, mais je fais des choix. Il faut entretenir la dynamique et ça ne tournait pas avant… ». Baissama Sankoh n’est pas le seul puisque Durel Avounou, Arnold Isako, Azzeddine Toufiqui, Younn Zahary ou encore Santy Ngom sont également oubliés et non désirés par le coach savoyard.

Pascal Dupraz n’hésite donc pas à faire des choix forts. Il y a très peu de turnover dans sa gestion et il s’appuie sur un groupe restreint, avec un peu plus de 20 éléments utilisés. Rémy Riou, Jonathan Rivierez, Anthony Weber et Prince Oniangué sont les membres de l’effectif qui ont disputé le plus de minutes sous ses ordres. Comme il l’a déclaré : « j’ai à peine une vingtaine de joueurs compétitifs. Il y a des joueurs qui rentrent dans ce que j’aime voir pratiquer, et d’autres non. »

Les jeunes saisissent leur chance

Dupraz n’a jamais eu peur de lancer des jeunes dans le grand bain du football professionnel et il le prouve une nouvelle fois à Caen. Il a notamment lancé Nicholas Gioacchini (19 ans). Le jeune attaquant italo-américain jouait jusqu’à présent avec la réserve caennaise. Sur 6 matches, il a été titulaire 5 fois et a réussi à marquer 2 buts. Gioacchini a su saisir sa chance et est désormais l’attaquant le plus prolifique devant Benjamin Jeannot, Santy Ngom ou encore Malik Tchoukounté, ce qui n’est pas rien. Deux joueurs formés au club se sont également imposés sous les ordres de Pascal Dupraz, à savoir Hugo Vandermersch et Jessy Deminguet.

Le premier est devenu un titulaire à part entière du onze à un poste qui n’est pas le sien. En effet, le joueur de 20 ans est un latéral droit de formation, mais a été aligné en tant que latéral gauche majoritairement. Quant au second, âgé de 21 ans, il s’était déjà montré en Ligue 1 la saison passée. Auteur de 2 buts sous les ordres de Rui Almeida, il est en grande forme avec Pascal Dupraz. Deminguet a notamment disputé 8 rencontres pour 3 buts (un triplé contre le Mans) et 2 passes décisives, rien que ça ! C’est désormais aux joueurs de continuer à être performant pour que l’aventure de Pascal Dupraz soit encore plus belle sur la durée, avec pourquoi pas l’objectif de monter en Ligue 1.