Ce samedi, en début d’après-midi, la Premier League renouait avec José Mourinho. En effet, le Portugais a remplacé, cette semaine, Mauricio Pochettino sur le banc de Tottenham et affrontait, dans un derby de Londres, la formation de Manuel Pellegrini, West Ham. Les Spurs se sont fait peur en l’emportant d’un seul but (trois buts à deux) après avoir mené rapidement trois buts à zéro grâce à des réalisations de Son, Kane et de Lucas Moura.

The Special One a donc réussi son grand retour d’autant que dès les premières minutes ces joueurs ont montré qu’ils avaient de belles idées. Ce succès, dans un derby rappelons-le, n’est pas non plus habituel. En effet, sous Mauricio Pochettino, le dernier finaliste de la Ligue des Champions n’avait plus gagné une rencontre à l’extérieur depuis le mois de janvier dernier et surtout il restait sur cinq rencontres de suite sans prendre les trois points.

« La semaine a été très difficile »

« J’aurais détesté si quelqu’un disait "Jose a eu un impact". Je n’ai eu aucun impact. Rien. Je les ai juste aidés un peu pour gagner ce match. Je pense que l’équipe a eu 60 minutes incroyables, un contrôle total, une domination totale en utilisant le principe que nous avons apporté aux séances d’entraînement. Ensuite, ils ont un peu baissé le pied physiquement. Je ne blâme pas le staff. Je blâme la nature des choses, les trêves internationales. Certains joueurs ne sont arrivés qu’hier », a déclaré Mourinho avec une humilité qu’on ne lui connaissait pas.

Pourtant, rien n’a été simple cette semaine. C’est Dele Alli, auteur d’un très gros match ce samedi, qui l’a expliqué. « La semaine a été très difficile. On ne cache pas tout ce que Pochettino représentait pour les joueurs et en particulier pour moi », a lâché le premier passeur décisif de la rencontre. Une chose est sûre, si Mourinho n’a pas changé grand-chose tactiquement aux Spurs, il leur a apporté une joie et une envie de vaincre qu’on ne leur décelait plus depuis un bon moment.