Le calvaire de Jesé Rodriguez continue ! Recruté par le Paris Saint-Germain en 2016 contre 25 M€, l’attaquant espagnol avait été prêté à Las Palmas six mois à peine après son arrivée dans la capitale française. Un retour aux sources qui n’a pourtant pas débouché sur un transfert. Revenu à Paris l’été dernier, l’ancien Merengue, qui n’entrait pas dans les plans d’Unai Emery, n’a pas eu le temps de poser ses bagages, le PSG l’envoyant illico presto à Stoke City, encore sous forme de prêt.

En Angleterre, Jesé démarrait son aventure outre-Manche de la plus belle des manières en offrant la victoire aux Potters face à Arsenal (1-0). Une excellente nouvelle pour le joueur, ainsi que pour la direction parisienne désireuse de voir son joueur redorer son blason en vue d’une revente. Et puis patatras. Souvent pointé du doigt pour des prestations décevantes, Jesé a surtout agacé Stoke pour des absences répétées.

Comment gérer le retour de Jesé à Paris ?

Aperçu en Espagne, près de ses enfants, alors que la formation britannique l’attendait à l’entraînement, Jesé a fini par provoquer l’inévitable : la fin prématurée de son prêt.« Afin de répondre aux récentes rumeurs sorties dans la presse entourant Jesé Rodriguez, nous confirmons que le club a donné au joueur la permission de prendre un congé sans solde jusqu’à la fin de la saison pour des raisons personnelles. Il ne reviendra pas à Stoke City pendant la période de son prêt », indique le communiqué publié sur le site officiel de Stoke City.

Une fin d’aventure anglaise avant l’heure qui illustre bien la situation sportive du joueur. Lié au Paris Saint-Germain jusqu’en 2021, Jesé va donc faire son retour chez les Rouge-et-Bleu. Aura-t-il les faveurs du successeur d’Unai Emery ? Pas sûr. Et si le futur coach parisien décide lui aussi de se passer des services de l’ancien Madrilène, reste à savoir comment Paris va gérer le cas d’un élément dont la valeur marchande est aujourd’hui très basse. À l’heure où le club de la capitale doit renflouer ses caisses dans le cadre du fair-play financier, ce n’est pas vraiment Jesé qui permettra aux Parisiens de se refaire une santé...