Quart de finaliste de la dernière Ligue Europa et deuxième du dernier Championnat de Russie, le CSKA Moscou a livré un exercice 2017-2018 plutôt satisfaisant. Le plan de jeu de Viktor Goncharenko, arrivé en décembre 2016, a encore fait mouche. Néanmoins, le Biélorusse va devoir se creuser la tête. Depuis le début de l’été, les départs s’enchaînent du côté des Moscovites et l’hémorragie n’est pas encore terminée. Pour autant, le technicien se veut positif au moment de s’exprimer pour Sport Express : « au fil des ans, les frères Berezutsky, Ignashevich, Wernbloom ont défendu les couleurs du CSKA. Maintenant, ils ne sont plus là. Pourquoi paniquer ? Je ne vois aucune raison. En plus, c’est un nouveau défi, une nouvelle équipe qui, à sa manière, est unique. Oui, la version finale n’est pas encore visible, mais c’est intéressant pour moi de travailler dans ce club, de créer une nouvelle équipe, d’obtenir des résultats. »

Confiant, l’ancien coach du FK Ufa aura malgré tout fort à faire. En l’espace d’un mercato, il va devoir reconstruire toute son arrière-garde. Quart de finaliste de la Coupe du monde avec la Russie, Sergei Ignashevich a annoncé son départ. Le solide défenseur central de 39 ans, qui avait passé 15 saisons au CSKA Moscou, a décidé de raccrocher les crampons. Une nouvelle loin d’être inattendue pour le joueur qui devenait immédiatement entraîneur de l’équipe jeune. Il faisait cette annonce à l’occasion d’une grande cérémonie à la VEB Arena : « je pensais que ce serait triste. Ça ne s’est avéré pas tout à fait ainsi. Peut-être parce que j’ai joué assez de football. [...] Maintenant, je vais entraîner l’équipe de jeunes du CSKA. Mercredi (dernier, Ndlr), j’ai ma première session d’entraînement. ». En plus de son vétéran, les Hommes de l’Armée voyaient également Vasily et Aleksei Berezutski (36 ans) mettre fin à leurs carrières.

Un tsunami de départs

Trois départs de taille pour ceux qui ont constitué la défense du club pendant plus d’une décennie et qui représentent 1580 matches en club et 287 sélections avec la Russie. Outre la retraite de ses géants, le CSKA a vécu un véritable exode. Ahmed Musa est retourné à Leicester suite à la fin de son prêt. Trois autres cadres arrivent en fin de contrat et ne prolongent pas à l’image du Suédois Pontus Wernbloom, de l’Israélien Bibras Natkho et du Bulgare Georgi Milanov. Trois grosses pertes qui dépeuplent encore plus l’entrejeu des Moscovites. L’ailier brésilien Vitinho a failli rejoindre Flamengo pour 10 millions d’euros mais le CSKA Moscou souhaiterait conserver le joueur en prévision du départ annoncé d’autres cadres. Le dernier en date est celui d’Aleksandr Golovin (22 ans). Le milieu de terrain russe a rejoint l’AS Monaco pour une somme proche des 30 millions d’euros et s’est engagé avec le club du Rocher jusqu’en 2023.

Un départ pourrait aussi intervenir pour Mario Fernandes (27 ans). Le latéral droit brésilien naturalisé russe est un cadre du club dirigé par Viktor Goncharenko depuis 2012. Annoncé fut un temps du côté de Valence, il pourrait quitter le club en cas d’offre jugée satisfaisante par la direction du CSKA Moscou. Soit 20 millions d’euros. Alan Dzagoev (28 ans) dispose lui aussi de touches avec un intérêt de la Lazio. Face à cela, une nouvelle ère va devoir démarrer. Si Abel Hernandez (27 ans), libre depuis la fin de son aventure à Hull City, pourrait arriver rapidement selon Sport Express, l’Islandais Hordur Magnusson (25 ans) a déjà signé. Un renfort de poids pour une défense complètement décimée. Au milieu de terrain, Ilzat Akhmetov (20 ans) est lui aussi arrivé en provenance du Rubin Kazan. Les Hommes de l’Armée peuvent également compter sur leur académie qui est l’une des plus performantes du pays. Depuis son arrivée dans la capitale russe, Viktor Goncharenko a lentement fait émerger différents joueurs à l’image d’Astemir Gordyushenko (21 ans) , Timur Zhamaletdinov (21 ans), Konstantin Kuchaev (20 ans), Ilya Pomazun (21 ans), Khetag Khosonov (20 ans) ou encore Fedor Chalov (20 ans). Incertain, le futur du CSKA Moscou va devoir passer par eux.