« J’ai hâte de débuter cette nouvelle aventure. » Tels étaient les premiers mots, d’Adrien Rabiot lors de son arrivée à la Juventus. Après des mois de conflit avec le club de la capitale, le milieu de terrain, qui avait négocié un salaire XXL et une juteuse prime à la signature, ne cachait pas son enthousiasme à l’idée d’évoluer aux côtés de la bande de Cristiano Ronaldo. Aujourd’hui, la donne est différente. Éloigné des terrains pendants six mois la saison dernière du fait de sa mise au placard au PSG, Adrien Rabiot ne se sentait pas encore à 100% physiquement lors de l’ouverture du championnat de Serie A.

En privé, le milieu international français (6 sélections) évoquait un manque d’endurance et une progression freinée par un manque de temps de jeu au PSG. Là où le joueur aimerait enchaîner afin de prendre du rythme, son entraîneur Maurizio Sarri semble ne pas être de cet avis. Interrogé il y a quelques semaines sur le sujet en conférence de presse, le technicien italien déclara : « Que doit penser Rabiot ? Que Matuidi est fort ». Une réponse qui n’a pas suffi à convaincre le principal intéressé, lui qui n’a joué que 7 matches cette saison en Serie A (dont seulement trois titularisations). De fait, le natif de Saint-Maurice (Val-de-Marne) commence à s’impatienter et aimerait retrouver les terrains une bonne fois pour toute. D’autant plus que sa relation avec son entraîneur n’est pas des plus fluides. Bien au contraire. En coulisse, l’ancien Parisien, qui se remet d’un problème aux adducteurs, se plaint d’un manque de communication de la part de Sarri et peine à comprendre ce qu’il attend de lui.

Déjà des envies de départs pour Rabiot

Contrarié par sa situation, Rabiot commence à s’interroger sur son avenir. Sous contrat jusqu’en 2023, le milieu bianconero a, selon nos informations, reçu de nombreuses sollicitations ces dernières semaines. Plusieurs cylindrées européennes, notamment en Angleterre, ont déjà fait savoir leur vif intérêt auprès de Véronique Rabiot. Certaines, bien renseignées sur sa situation, envisagent même de passer à l’action cet hiver. Les raisons sont plurielles mais elles convergent vers un même point : le joueur de 24 ans a besoin de sentir une confiance totale et d’avoir un statut important à la Juventus, chose difficile à obtenir à court terme au sein du club de la Vieille Dame.

Les dernières semaines et ses régulières non titularisations dans le onze de Maurizio Sarri n’ont pas arrangé la situation. Par ailleurs, les relations déjà mitigées entre Véronique Rabiot et le directeur sportif Fabio Paratici n’améliorent pas les choses. Jugée parfois envahissante par certains membres du club, la mère du joueur a évoqué à plusieurs reprises ce sujet auprès des dirigeants italiens, et entend désormais, trouver une solution rapide pour son fils qui ne peut pas se permettre de passer une fois encore une saison sur le banc de touche, lui qui n’a disputé que 12 matches toutes compétitions confondues depuis un an.