Trois jours après le match nul concédé sur la pelouse de l’Atalanta Bergame (2-2), la Juventus, leader du classement, recevait à l’Allianz Stadium en ouverture de la 19e journée de Serie A la Sampdoria, cinquième. Pour cette rencontre, Massimiliano Allegri optait pour un 4-3-1-2 et remettait dans le onze de départ Cristiano Ronaldo, Blaise Matuidi, ainsi que Miralem Pjanic. De son côté, Marco Giampaolo choisissait également un 4-3-1-2, avec Dennis Praet dans l’entrejeu et une attaque formée de Gianluca Caprari et de l’ancien Turinois Fabio Quagliarella. Le match démarrait tambour battant pour les Bianconeri : sur le côté gauche de la surface génoise, Ronaldo fixait Jacopo Sala, se mettait sur son pied droit et frappait à ras de terre pour tromper Emil Audero (1-0, 2e). Le Portugais inscrivait là son treizième but de la saison en championnat. La Juve était concentrée dans ce premier quart d’heure et Alex Sandro tentait sa chance d’une volée aux abords de la surface, sans danger pour le portier adverse (14e).

Les Blucerchiati ne s’avouaient pas vaincus aussi facilement et essayaient de réagir par l’intermédiaire de Praet (18e), dont le tir passait loin des buts de Mattia Perin, suppléant de Wojciech Szczęsny juste avant le début de la partie. C’est ensuite Quagliarella qui contrait le dégagement du gardien piémontais, mais cela n’allait pas plus loin (19e). Les locaux remettaient le pied sur l’accélérateur et aux 20 mètres, Paulo Dybala déclenchait une frappe enroulée qui frôlait le poteau (24e). À la demi-heure de jeu, sur un corner pour les visiteurs, Alex Sandro sauvait sur sa ligne un prolongement du bras d’Emre Can, au duel avec Albin Ekdal. Après visionnage de la vidéo, l’arbitre désignait le point de penalty. C’était Quagliarella qui se chargeait de le transformer en force devant son ancien public (1-1, 33e). Le capitaine génois était buteur lors de ses neuf derniers matches de championnat, une première depuis... David Trezeguet en 2005.

Cristiano Ronaldo sauve à nouveau la Vieille Dame

Les deux équipes à égalité, tout était donc à refaire pour les Juventini. Pourtant, c’était leurs adversaires qui se montraient les plus dangereux. Sur un coup franc, Alex Ferrari manquait sa reprise et Alex Sandro passait tout près de tromper son propre gardien, qui captait le cuir (38e). Réponse des locaux cinq minutes plus tard. Audero repoussait un tir de Dybala et, dans la foulée, Ronaldo centrait, mais Mario Mandzukic était trop court (43e). Juste avant la pause, Giorgio Chiellini plaçait une tête qui fuyait le cadre (45e+2). Les deux formations regagnaient les vestiaires sur ce score nul. De retour sur la pelouse de l’antre piémontais, Caprari éliminait Mattia De Sciglio et tirait droit sur Perin (48e). La Juve était en difficulté, mais parvenait tout de même à riposter. Matuidi profitait d’un ballon mal dégagé par la défense ligurienne et enchaînait un contrôle du pied droit et une demi-volée du pied gauche, qui contraignait Audero à s’employer pour sortir la balle en corner (52e). Le Français était encore une fois dangereux : à la réception d’un centre d’Alex Sandro, il ne cadrait pas sa tête décroisée, que Mandzukic ne pouvait prolonger dans le but (58e). De mieux en mieux, la Juventus était proche de marquer un deuxième but. En témoigne cette frappe de CR7 que le gardien déviait sur la barre (59e).

On retrouvait le Portugais quelques instants plus tard, mais sa tête était détournée par Omar Colley (61e). Cela se précisait devant les bois de la Samp et après une faute de main de Ferrari, l’arbitre Monsieur Valeri sifflait un nouveau penalty, confirmé par la VAR. Ronaldo tirait au milieu et trompait Audero (2-1, 65e). Il devient ainsi le meilleur buteur de Serie A en inscrivant sa 14e réalisation. Les Blucerchaiti tentaient alors de répliquer par Quagliarella encore une fois, mais sa reprise en pivot flirtait avec la transversale de Perin (68e). Les hommes d’Allegri ne se reposaient pas sur leurs lauriers et voulaient faire le break. Au second poteau, Dybala écrasait trop sa frappe, qui terminait en six mètres (76e). Dans la continuité, Quagliarella (encore lui !) ne parvenait pas à reprendre de manière acrobatique le centre de Praet (77e). Ce match était un duel entre l’attaquant italien et Ronaldo. Ce dernier frappait, mais sans danger pour Audero (80e), tout comme Federico Bernardeschi, rentré à la place de Mandzukic (70e), qui n’accrochait pas le cadre (82e). Dans les derniers instants de la partie, Riccardo Saponara croyait égaliser d’une sublime frappe en pleine lucarne, mais après consultation de la VAR, l’homme en noir annulait ce but pour un retour de hors-jeu du Génois (90e+2). On en restait là entre les deux équipes. Avec 17 victoires et 2 matches nuls, la Juve réalise une phase aller historique et établit un nouveau record de points, récoltant 53 unités. La Vieille Dame accentue son avance sur ses poursuivants, reléguant provisoirement à 12 longueurs le dauphin Naples et à 17 le troisième, l’Inter Milan. La Sampdoria, quant à elle, reste cinquième au classement.