Ne pas se laisser décrocher. Voilà quelle était la mission de l’Inter Milan sur la pelouse de Naples ce lundi soir, alors que la Juventus avait pris 3 points d’avance quelques heures plus tôt à la faveur d’une victoire éclatante (4-0) face à Cagliari. Se déplacer à Naples n’est jamais simple, même lorsque le Napoli ne traverse pas sa meilleure période. C’est donc dire le niveau actuel des hommes d’Antonio Conte, qui ont pris ce match par le bon bout. Après une première frayeur, ils s’en sont remis à leur meilleur buteur, Romelu Lukaku, pour ouvrir la marque. Grâce à une glissade malencontreuse de Di Lorenzo, l’attaquant belge s’en allait défier Hysaj et frappait en force de son pied gauche. Poteau rentrant (1-0, 14e).

Un début de match idéal qui concrétisait une maîtrise collective globale. L’Inter laissait venir les Napolitains, les contenait et faisait mal sur chaque contre avec son duo Lautaro Martinez-Lukaku. Les occasions s’enchaînaient et Meret était mis à contribution. Suite à un corner et une tête de Vecino (24e) ou une frappe angle fermée de Lautaro (28e) entre autres. Malheureusement, le gardien de 22 ans allait se louper sur une nouvelle frappe puissante de Lukaku. Il ratait son intervention et le ballon filait sous ses gants puis entre ses jambes avant d’entrer au fond des filets (2-0, 34e). Cruel mais logique au regard de l’excellente prestation intériste et du manque d’idées offensives de Naples. Mais l’équipe désormais entraînée par Gattuso s’est révoltée après le deuxième but et a réduit l’écart sur une belle action, avec un renversement de jeu vers Callejon dont le centre trouvait Milik qui reprenait victorieusement (2-1, 39e). Le match était relancé et le stade San Paolo pouvait rugir. La confiance avait changé de camp et les Napolitains mettaient la pression jusqu’à la mi-temps.

L’Inter a subi puis breaké

Et c’est encore Naples qui attaquait au retour des vestiaires, avec une frappe croisée du capitaine Insigne à la 47e minute, non cadrée. L’Inter avait perdu de sa superbe, en même temps que sa maîtrise. Conte lançait son coaching en faisant entrer Barella à la place de Gagliardini. Naples poussait mais ne se créait plus d’occasion et l’Inter allait le punir. Sur un bon centre de Vecino, Lautaro traîne et récupère le ballon mal dégagé par Manolas pour fusiller Meret (3-1, 62e). De quoi mettre un coup derrière la tête aux Napolitains, qui s’agaçaient, à l’image de Fabian Ruiz qui envoyait un ballon sur le banc de touche de ses adversaires, créant la confusion pour quelques minutes. L’Inter avait remis le pied sur le ballon et repris le match avec autorité.

Seul Insigne, exemplaire, se montrait dangereux, en trouvant la barre transversale sur un coup-franc (75e). Gattuso jetait ses forces dans la bataille en faisant entrer Lozano à la place de Hysaj et Llorente à la place de Fabian Ruiz, plutôt décevant ce soir. Sûr de sa force, le club milanais contrôlait la fin de rencontre sans vraiment trembler et le public avait compris que c’en était fini. Grâce à cette solide victoire en terre napolitaine, l’Inter recolle à la Juventus avec 45 points (mais reste 2e en raison de la différence particulière). Naples reste 8e, à 11 points de la 4e place occupée par l’AS Roma.

Revivez le film de cette rencontre sur notre live commenté