Le Havre - PSG : la menace Arnau Tenas plane au-dessus de Gianluigi Donnarumma !

Par Josué Cassé
8 min.
Arnau Tenas @Maxppp

Critiqué ces dernières semaines et encore très friable face à Newcastle, mardi dernier en Ligue des Champions, Gianluigi Donnarumma s’est une nouvelle fois troué lors du déplacement des siens au Havre (2-0). Expulsé après neuf petites minutes de jeu, le dernier rempart italien questionne de plus en plus et cette nouvelle erreur pourrait bien finir par rebattre les cartes dans les cages parisiennes. La performance d’Arnau Tenas, brillant lors de son entrée en jeu, donne un peu plus de poids à cette hypothèse.

«Le foot est un sport fait d’erreurs. Le problème est que quand c’est un attaquant ou un milieu ce n’est pas grave, quand c’est un gardien ça se voit beaucoup plus. Le plus important pour moi est que mes joueurs réalisent sur le terrain ce que je leur demande. Gigio a été superbe. Il s’est relevé après une erreur. Moi, je commets des erreurs à chaque match. Je suis enchanté de son rendement». Voici ce que déclarait Luis Enrique après la victoire (5-2) du Paris Saint-Germain contre l’AS Monaco. Ce soir-là, le natif de Castellammare di Stabia, régulièrement critiqué pour son jeu au pied fragile, avait une nouvelle fois craqué en se rendant coupable d’une terrible erreur de relance, permettant aux Monégasques d’égaliser par l’intermédiaire de Takumi Minamino (22e). Si son entraîneur n’avait donc pas souhaité accabler son protégé, la nouvelle prestation cauchemardesque réalisée par l’ancien portier de l’AC Milan face au Havre (0-2) lors de cette 14e journée de Ligue 1 pourrait bien changer la donne.

La suite après cette publicité

Donnarumma part encore à la faute, Tenas en profite !

Aligné dans les buts parisiens et protégé par une défense inédite composée de Carlos Soler, Nordi Mukiele, Danilo Pereira et Achraf Hakimi, l’Italien de 24 ans a - une fois de plus - sombré. Auteur d’une sortie assassine sur Josué Casimir, le numéro 99 du PSG envoyait son pied à hauteur du visage de l’ailier havrais et voyait rapidement rouge (9e), sacrifiant au passage le malheureux Bradley Barcola, remplacé après quelques minutes seulement pour céder sa place à Arnau Tenas. Déjà en pleine tempête après sa copie plus que fragile contre Newcastle - le droitier d’1m96 ne s’était pas montré exempt de tout reproche sur la frappe de Tino Livramento, permettant à Alexander Isak d’ouvrir le score dans la foulée - Gianluigi Donnarumma n’arrange donc pas son cas. Loin s’en faut. Alors, certes, le football est un sport fait d’erreurs et cette nouvelle bévue n’a pas empêché le PSG de s’offrir un septième succès de rang en Ligue 1 mais cette fragilité (malheureusement) habituelle interpelle de plus en plus, notamment avant un rendez-vous plus que crucial contre le Borussia Dortmund sur la scène européenne.

À lire Kylian Mbappé refuse de signer une feuille avec le logo du Real Madrid

Plus qu’un jeu au pied défaillant, la fiabilité, le mental et le leadership de l’international transalpin (60 sélections) posent grandement question. Capable de se sublimer en multipliant les arrêts décisifs, Donnarumma brille également par cette inconstance chronique. De quoi pousser Luis Enrique à revoir ses plans ? Rien n’est moins sûr. Ce qui l’est en revanche, c’est que le jeune portier espagnol Arnau Tenas (22 ans) semble avoir les épaules assez grandes et les reins assez solides pour suppléer son coéquipier. Entrée en jeu contre les Ciel et Marine après le carton rouge reçu par l’Italien, la recrue estivale parisienne a parfaitement tenu son rang. Pas forcément toujours précis dans son jeu au pied mais auteur de quelques relances astucieuses permettant au PSG de se créer rapidement un espace, le portier formé au Barça s’est surtout distingué sur sa ligne. Impérial sur la demi-volée tendue de Yassine Kechta (51e) à l’entrée de la surface, l’Espagnol ne tremblait pas non plus pour capter la frappe écrasée de Mohamed Bayo (58e) et ainsi préserver les trois points.

La suite après cette publicité

Une première saluée !

Complice avec sa charnière centrale et n’hésitant pas à multiplier les consignes pour rassurer ses troupes, Tenas tutoyait même les sommets en s’offrant un arrêt réflexe exceptionnel de la main droite sur un centre coupé de la tête par Bayo (64e). Loin d’être rassasié pour sa grande première au PSG, le numéro 80 parisien brillait encore avec une double parade précieuse face à Alioui (78e). Encore serein au moment de détourner la tentative de Bayo (85), le facteur X du jour concluait finalement cette masterclass avec 7 arrêts (2 sorties aériennes, 1 centre capté, 1,12 XG évités et 55 ballons touchés). Crédité d’un 8 par la rédaction FM et logiquement élu homme du match, l’intéressé ne pouvait que savourer quelques instants après ces débuts plus que prometteurs. «C’est spécial pour moi ! Jouer avec le PSG et ce groupe. Le coach m’a dit de jouer tranquille, je travaille pour l’équipe et le PSG ! Un rêve de jouer au PSG ? Je travaille, je suis prêt, je suis prêt pour tout», assurait ainsi le grand artisan de la victoire parisienne au micro de Prime Video avant d’en dire plus sur sa prestation.

«C’est incroyable pour moi aujourd’hui. J’ai pensé à ma famille, mon père, mon frère, toute la famille à la maison. C’est mon début avec le PSG, Le Havre a bien joué. Notre équipe a bien travaillé, c’est un jour parfait pour moi. J’ai pensé à ma famille quand je suis rentré. Je veux dire bonjour à toute ma famille. C’est spécial pour moi, le club et le PSG. Mon travail c’est de bosser pour toute l’équipe. Je suis prêt». Présent en zone mixte, Arnau Tenas détaillait encore. «Aujourd’hui je suis très content de ma performance, merci au club, au PSG, aux fans. C’était un match très difficile car le PSG jouait avec un joueur en moins. Dans ce club, c’est très facile pour moi, je suis prêt pour tout, j’ai parlé avec l’équipe et l’équipe m’a donné cette confiance pour jouer. Je ne m’occupe pas d’être numéro 2, 3 ou 4, je suis ici pour travailler et toujours être prêt. Je veux juste donner le meilleur de moi-même pour cette équipe et continuer de travailler tous les jours. Si je dois jouer une minute, je joue une minute, si ça doit être cinq, ça sera cinq. Je dois juste m’entraîner et toujours me tenir prêt».

La suite après cette publicité

Souriant, serein et déjà très à l’aise avec la langue française, l’Espagnol revenait, par ailleurs, sur son intégration au PSG, tout en répondant de façon cash aux rumeurs de Sport, affirmant dernièrement l’hypothèse d’un prêt lors du mercato hivernal. «Je comprends très facilement le français car entre le catalan et le français, c’est très similaire et durant la semaine, j’ai aussi deux classes de français donc c’est aussi pour ça (rires). Un prêt l’hiver prochain ? Je pense juste au match à venir, je suis très content au PSG. Je travaille, je m’entraîne fort et je continue d’apprendre énormément de cette équipe qui est l’une des meilleures au monde». Questionné à son tour, Luis Enrique ne manquait pas non plus de saluer la performance magistrale de son protégé, sans pour autant incriminer Gianluigi Donnarumma. «Tenas est un garçon professionnel, qui essaie de tout donner. C’était son moment et il a montré à tout le monde qu’il était préparé. Donnarumma ? Il y a eu une erreur, avec la ligne de défenseurs. On a été distrait, il a essayé d’intervenir, mais l’attaquant était devant lui», analysait, en ce sens, l’ancien sélectionneur de la Roja. Relancé sur Tenas en conférence de presse, le coach parisien se montrait même un peu plus bavard au sujet de l’Espagnol.

Tenas, plus qu’un simple remplaçant ?

«Arnau, je le connais très bien puisque lorsqu’il était en Espoirs et moi sélectionneur de l’équipe d’Espagne, il m’est arrivé de le prendre avec moi, dans le groupe des A. Il s’adapte parfaitement à l’idée du foot qu’ont des équipes qui veulent ressortir le ballon. C’est un gardien qui s’entraîne toujours comme s’il s’agissait du dernier entraînement. C’est un professionnel. Il a eu aujourd’hui une opportunité comme cela arrive dans une carrière et il l’a bien saisie. Il était à son niveau». Impressionnant, celui qui voit son contrat courir jusqu’en juin 2026 aura, quoi qu’il en soit, marqué de précieux points en ce début d’après-midi du 3 décembre et n’aura ainsi laissé personne insensible. «Ça a tourné à notre avantage avec ce carton rouge rapidement. Mais ce sont les grosses équipes, ils savent faire même à 10. Il nous a manqué l’efficacité. Le gardien a fait un très bon match, de très beaux arrêts. (…) Il ont une très belle défense, il y avait à chaque fois un pied, une tête ou le gardien avec ses arrêts», notait dans cette optique Nabil Alioui au micro de Prime Video.

La suite après cette publicité

Efficace sur sa ligne, précieux pour ses partenaires et élément central de la très belle opération comptable réalisée par les Rouge et Bleu, Arnau Tenas peut-il désormais s’installer plus durablement dans les cages parisiennes ? S’il semble difficile d’imaginer un scénario où l’Espagnol enverrait Gianluigi Donnarumma sur le banc, il devrait, cependant, avoir une nouvelle opportunité de se montrer contre le FC Nantes à l’occasion de la 15e journée de Ligue 1. Une chance qui pourrait même perdurer dans le temps avec la suspension à venir de l’Italien, qui devrait manquer à minima une rencontre (la sanction pourrait cependant être plus lourde au regard de la dangerosité de l’action), et un Keylor Navas pas forcément impliqué dans le nouveau projet francilien. Cauchemardesque pour Gianluigi Donnarumma, cette après-midi normande laisse donc entrevoir un avenir plutôt radieux pour Arnau Tenas…

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité