Didier Deschamps, Zinedine Zidane, Kylian Mbappé : Noël Le Graët vide son sac

Par Mathieu Rault
5 min.
Didier Deschamps, Zinedine Zidane, Kylian Mbappé : Noël Le Graët vide son sac @Maxppp

A quelques jours de l'entrée en lice de l'équipe de France au Mondial 2022, au Qatar, le patron de la Fédération française de football multiplie les sorties médiatiques, comme chez RMC Sport cet après-midi. Une fois encore, Noël Le Graët n'a pas gardé sa langue dans sa poche.

La suite après cette publicité

Alors que les Bleus vont remettre leur titre en jeu au Qatar, à partir de ce dimanche, leur patron, le chef, le jefe de l'équipe de France, Noël Le Graët fait le tour des médias. Objectif : laver son image, lui qui est accusé de harcèlement sexuel, et lever les doutes qui subsistent autour de la sélection française. Avenir du sélectionneur, identité de son potentiel successeur, épineux cas Kylian Mbappé, le boss de la FFF s'est livré sur RMC Sport, ce mercredi après-midi.

En entrée, le Breton a évoqué l'avenir de Didier Deschamps. Pas le meilleur des timings diront certains, mais le sélectionneur champion du monde en titre vient de fêter ses 10 ans à la tête des Bleus et la fin n'est peut-être pas loin. À un peu plus de 6 heures de vol ? Interrogé sur les objectifs fixés à DD et sur son futur proche, Le Graët a répété que ce qu'il pensait du Bayonnais. Auquel il ne demandera pas forcément de partir en cas de sortie prématurée. L'amitié ?

À lire Randal Kolo Muani raconte son duel perdu face à Emiliano Martínez

L'éventualité d'une débâcle

«J’ai dit que s’il atteignait la demi-finale, la décision lui appartenait (de rester en poste. S’il ne l’atteint pas, on discute,» a rappelé NLG. Et s'il ne l'atteint pas ? «On ne sait jamais, quels sont les candidats, son envie, la mienne… Je ne serai jamais en porte-à-faux avec lui. On a des relations suffisamment saines pour en cas de débâcle discuter, les choses ne seraient évidemment pas les mêmes. Chacun a son idée, vous la vôtre, moi la mienne», a-t-il poursuivi.

La suite après cette publicité

Ce n'est pas nouveau, NLG apprécie Didier Deschamps, même s'il affirme ne pas vouloir tout mélanger, ni se projeter. «J’ai de l’affection pour lui en dehors du respect sportif. Que j’aime Deschamps ou non n’intéresse pas la France ni vous. Je pense que c’est le comportement de l’équipe à un moment donné, qu’il aura choisi. Soit sur une demi-finale, une finale, un quart de finale où vous êtes éliminé sur des penalties. Très franchement, écrire l’histoire avant c’est compliqué, l’écrire après c’est facile».

Noël Le Graët n'a pas (encore) parlé à Zidane

Turn-over dû aux nombreuses blessures, groupe rajeuni, sans expérience, Didier Deschamps aura de quoi dire en cas de problème. Et son patron en est bien conscient. «Il y a quand même beaucoup de nouveaux, vous parliez des milieux de terrain, ce n’est pas si facile de retrouver une équipe cohérente, parce qu’on avait sûrement le meilleur milieu de terrain du monde ou presque, avec la meilleure attaque du monde, ou presque. Ce sont des joueurs qu’il faut aimer, intégrer, positionner, motiver. Et ça il sait le faire», a insisté Le Graët.

La suite après cette publicité

Le plat de résistance fut l'évocation de Zinedine Zidane, pressenti pour prendre la relève à la tête des Bleus en cas de départ de Deschamps après la Coupe du Monde. Sur les ondes, le président de la FFF a affirmé n'avoir rien entamé en ce sens. «Je l’ai vu au Ballon d’or mais pas pour parler de l’équipe de France. Cela ne se fait pas. On est dans un métier où tout se sait et donc vous ne pourrez pas aller voir quelqu’un que vous aimez beaucoup sans contrarier celui qui est en place», a-t-il expliqué, laissant planer le doute.

«Je ne sais pas si Zidane aurait envie, je ne l’ai pas encore vu. C’est quand même quelqu’un qui a un palmarès assez au-dessus du lot. On ne peut pas parler de lui tant que quelqu’un est en place. Est-ce qu’il a refusé le PSG pour les Bleus ? Je ne sais pas. Vous m’avez demandé de venir, je réponds sincèrement. Je ne sais même pas s’il a été contacté», a-t-il ajouté au sujet du Divin chauve, 50 ans, auteur de prouesses sur le banc du Real Madrid et sans club depuis son départ de la capitale espagnole, à la fin du mois de juin 2021.

La suite après cette publicité

«Aucun problème avec Kylian Mbappé»

Dernier chapitre de Noël Le Graët au micro de Jérôme Rothen, son entente avec Kylian Mbappé, qui s'était montré très critique envers le boss de la FFF, lorsque ce dernier estimait qu'il n’avait pas été victime de racisme après son penalty raté à l’Euro. Et avait fait parler de lui sur les questions de droits à l'image. Et là encore : il n'y a pas de souci, tout va bien. «J’entends plein de choses partout. Hier, quand j’arrive le premier, qui me saute au cou et qui m’embrasse ? C’est Mbappé. Il n’y a jamais eu aucun problème, juste des difficultés sur les contrats…»

Et de poursuivre. «Je n’aime pas les gens rancuniers. La vie est trop courte pour s’enquiquiner à avoir des rapports difficiles ou des relations compliquées pour des petits pépins de rien du tout. Il ne faut plus faire d’affaires là-dessus. Mbappé est quelqu’un de souriant, le leader des jeunes». Botter en touche et éviter les sujets sérieux, épineux, douloureux, telle aura été la conduite du dirigeant de 80 ans, qui préfère le Mbappé souriant au Mbappé revendicatif. Sois bon et tais-toi !

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité
La suite après cette publicité
La suite après cette publicité
La suite après cette publicité
La suite après cette publicité
La suite après cette publicité