Fair-play financier : l'UEFA sanctionne le LOSC !

Rattrapé par la patrouille dans le cadre du fair-play financier, le club nordiste a passé un accord avec l'UEFA pour rentrer dans le rang. Voici les détails.

Christophe Galtier et Gérard Lopez en conférence de presse
Christophe Galtier et Gérard Lopez en conférence de presse ©Maxppp

En France, il n'y a pas que l'Olympique de Marseille qui était dans le viseur de l'UEFA. Suivi de près par l'instance dirigeante du football européen, le LOSC (et sa politique de trading) va devoir procéder à quelques ajustements au niveau de son budget. C'est en tout cas le verdict rendu par la Chambre d'arbitrage de la Commission du contrôle financier des clubs (CFCB) et publié sur le site officiel de l'UEFA.

La suite après cette publicité

Ainsi, le quatrième du dernier classement de Ligue 1 sera marqué à la culotte par les gendarmes financiers européens lors des quatre prochaines saisons (2020/21, 2021/22, 2022/23 et 2023/24). Quatre exercices durant lesquels le LOSC s’est engagé à déclarer des « des déficits d'équilibre maximum de 20 millions d'euros et 10 millions d'euros sur les exercices clos respectivement en 2021 et 2022 et à enfin atteindre le seuil de rentabilité total d'ici la période de suivi 2023/24 », peut-on lire sur le communiqué. Mais ce n’est pas tout.

Qualifié pour la prochaine Ligue Europa, le club sera également taxé sur ses revenus européens (cette saison et les autres en cas de qualification). «  Lille s'engage à verser une contribution financière totale d'un montant maximal de 9 millions d'euros qui sera prélevé sur les revenus qu'il tire de sa participation aux compétitions de l'UEFA. Sur ce montant, 3 millions d'euros seront payés en totalité, le solde restant de 6 millions d'euros étant conditionnel en fonction du respect par le club des objectifs d'équilibre fixés dans l'accord », poursuit le communiqué.

Pas le droit d'utiliser les recrues si...

Ensuite, comme ce fut le cas pour de nombreux clubs, les Dogues devront réduire le nombre des joueurs inscrits en coupe d’Europe. Mais là encore, la peine pourra être allégée en cas de bons résultats financiers. « Lille accepte que, pour les saisons 2020/21 et 2021/22, il ne puisse inclure respectivement un maximum de 22 et 23 joueurs dans sa liste A pour la participation aux compétitions de l'UEFA, au lieu du maximum de 25 joueurs comme prévu dans le règlement. Cette restriction continuera de s'appliquer pour les saisons 2022/23 et / ou 2023/24 à moins que le club ne remplisse toutes les mesures financières convenues avec la chambre d'instruction de l'ICFC (l'Instance de contrôle financier des clubs, ndlr). »

Enfin, et c’est plutôt rare : le vice-champion de France 2018/2019 ne pourra pas inscrire ses recrues estivales s’il flambe trop durant le mercato et que sa balance des transferts est négative. « Le LOSC accepte que, pour les saisons 2020/21 et 2021/22, il ne puisse inscrire des joueurs nouvellement transférés dans sa liste A pour la participation aux compétitions interclubs de l'UEFA que si le club atteint un solde de transfert positif net tel que défini dans l'accord de règlement. Cette restriction continuera de s'appliquer pour les saisons 2022/23 et / ou 2023/24 à moins que le club ne remplisse toutes les mesures financières convenues avec la chambre d'instruction de l'ICFC. » Cet été, la vente de Victor Osimhen au Napoli (80 M€ bonus compris) et les éventuelles ventes de Gabriel et de Zeki Çelik devraient toutefois permettre aux Nordistes de pouvoir utiliser leurs renforts estivaux sans souci.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires