La stratégie astucieuse de Manchester City pour remplir ses caisses

Par Max Franco Sanchez
1 min.
Les Cityzens célèbrent un but @Maxppp

Manchester City est un club qui dépense beaucoup. Mais c’est aussi un club vendeur. Avec une stratégie bien précise…

Inutile de revenir sur l’activité de Manchester City sur la dernière décennie en matière de mercato, tant tout le monde est conscient des sommes faramineuses déboursées par les Skyblues pour se construire un super-effectif. Des efforts financiers qui ont enfin payé cette saison, puisque s’il y a un moment que les Cityzens font la loi en Angleterre, la direction attendait un sacre européen.

La suite après cette publicité

Mais comme l’explique AS, Manchester City ne compte pas uniquement sur les gros revenus TV de la Premier League ou sur les finances du City Group pour avoir une sacrée force de frappe sur le marché. Souvent dans l’ombre, le club mancunien a récupéré de jolis chèques pour certains joueurs, qui ont équilibré la balance dépenses/revenus de façon conséquente ces dernières années.

À lire Vidéo : le but sensationnel de Jérémy Doku avec Manchester City contre Luton

Des ventes inaperçues mais qui rapportent

A titre d’exemple, les Cityzens s’apprêtent à empocher plus de 20 millions d’euros en vendant James Trafford, gardien espoir anglais, à Burnley. Ces dernières années, Manchester City a par exemple empoché 40 millions d’euros en vendant des joueurs comme Roméo Lavia, Gavin Bazunu, Juan Larios et Sam Edozie, qui, à part pour le premier cité, n’auraient a priori pas leur place dans l’effectif actuel. Des petites sommes avaient aussi été obtenues ces derniers étés en vendant des joueurs comme Darko Gyabi, Arijanet Muric, Ivan Ilic ou Diego Rosa, mais le total récupéré dépasse les 15 millions d’euros.

La suite après cette publicité

Des ventes qui passent souvent inaperçues, mais qui servent aussi à remplir les caisses et à rester dans un certain équilibre. Les Cityzens utilisent donc leur centre de formation à des fins financières, tout en intégrant les meilleurs éléments à l’équipe première, à l’image de Phil Foden ou de Cole Palmer. Une stratégie astucieuse qui témoigne aussi de la très bonne gestion du club depuis des années déjà.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité