OL-LOSC : les notes du match

Par La Rédaction FM
13 min.
L'OL après le nul face à Metz @Maxppp

Face à un OL toujours en pleine crise, le LOSC s’est facilement imposé au Groupama Stadium (2-0) et se rapproche du podium.

La treizième journée de Ligue 1 se concluait ce dimanche soir par une belle affiche entre la lanterne rouge, l’Olympique Lyonnais, et le Lille OSC qui pouvait revenir à une unité du podium. Pour cette rencontre, les Gones optaient pour un 4-3-3 avec une charnière Sinaly Diomandé - Jake O’Brien, les jeunes Skelly Alvero et Mahamadou Diawara autour de Maxence Caqueret. Devant, Tino Kadewere et Ernest Nuamah épaulaient Alexandre Lacazette. De son côté, Lille misait sur un 4-2-3-1 offensif avec le double pivot Nabil Bentaleb - Angel Gomes. Devant, Jonathan David était soutenu par Edon Zhegrova, Yusuf Yazici et Ivan Cavaleiro.

La suite après cette publicité

La rencontre partait fort avec un centre d’Ivan Cavaleiro pour Jonathan David qui était repris par Henrique (7e) et une frappe contrée d’Edon Zhegrova (8e). Lille débutait mieux cette partie et Gabriel Gudmundsson parvenait à faire en sorte que son tir soit le premier cadré de la partie (20e). Pourtant, Lyon réagissait et Saël Kumbedi trouvait la barre après une frappe d’Alexandre Lacazette repoussée par Lucas Chevalier (23e). Cette séquence était toutefois marquée par une position de hors-jeu du capitaine rhodanien. Alors que Maxence Caqueret obtenait une nouvelle possibilité (26e), Lille profitait de la bonne période des locaux pour frapper.

À lire Lille-Aston Villa : Ludovic Obraniak insulte violemment Emiliano Martinez

Classement général Ligue 1 Uber Eats

# Équipe Pts J DIF G N D BP BC
1 PSG PSG 63 28 41 18 9 1 65 24
2 Brest Brest 53 29 17 15 8 6 44 27
3 Monaco Monaco 52 28 15 15 7 6 53 38
4 Lille Lille 49 28 17 13 10 5 42 25
5 Nice Nice 44 28 6 12 8 8 28 22
Voir le classement complet

L’OL incapable de réagir

D’un subtil ballon en profondeur, Yusuf Yazici transmettait pour Jonathan David dans la surface. Le Canadien n’avait plus qu’à ajuster Anthony Lopes d’un plat du pied pour lancer définitivement les débats (1-0, 28e). Touchés puis coulés, les Lyonnais prenaient un second coup sur la tête. Si Yusuf Yazici testait de nouveau Anthony Lopes (29e), le Turc initiait une nouvelle action qui débouchait sur une transversale pour Tiago Santos. D’un missile téléguidé, le Portugais venait foudroyer la lucarne droite d’Anthony Lopes (2-0, 32e). Une frappe de Yusuf Yazici qui manquait le cadre (40e) et c’est avec un gros retard que Lyon arrivait dans les vestiaires. Lille en profitait pour revenir plus fort.

La suite après cette publicité

Classement général Ligue 1 Uber Eats

# Équipe Pts J DIF G N D BP BC
14 Nantes Nantes 31 29 -17 9 4 16 28 45
15 Le Havre Le Havre 28 29 -10 6 10 13 27 37
16 Lorient Lorient 26 28 -17 6 8 14 35 52
17 Metz Metz 26 29 -19 7 5 17 30 49
18 Clermont Clermont 22 29 -27 4 10 15 21 48
Voir le classement complet

Avec deux tentatives signées Hakon Haraldsson (49e) et Jonathan David (51e), les Nordistes passaient tout proche du 3-0. Finalement, on ne l’attendait plus mais l’Olympique Lyonnais faisait preuve de réaction et coup sur coup Tino Kadewere se procurait deux possibilités (58e et 59e) avant que ce soit Mama Baldé qui s’incline à son tour face à Lucas Chevalier (61e). Un temps fort non concrétisé pour l’OL qui laissait place à l’agacement en lieu et place de l’esprit de révolte. Jonathan David obtenait une possibilité peu dangereuse (75e). Quelques minutes plus tard, le Canadien tombait encore sur Anthony Lopes (82e). Dans les derniers instants, Rémy Cabella manquait lui aussi le 3-0 à bout portant. Finalement, c’est une victoire 2-0 pour Lille qui est quatrième de Ligue 1 et revient à un point de Monaco qui est troisième. L’Olympique Lyonnais reste dernier, à cinq points du barragiste.

L’homme du match

- Tiago Santos (7,5) : propulsé titulaire suite à la blessure de Bafodé Diakité en octobre dernier, le Portugais a allié solidité défensive et sérénité pour contenir les rares incursions lyonnaises dans son couloir. Dans son duel avec Nuamah, le joueur de 21 ans est régulièrement sorti vainqueur (5 fautes subies). Offensivement, son aptitude à prendre des risques (2 tirs) a été récompensé par un joli but. Au terme d’un bel enchaînement du droit, il a nettoyé la lucarne de Lopes pour faire le break (32e). Sa facilité à prendre son couloir ont été un réel atout pour son équipe. En fin de partie, il réalise le geste juste pour déstabiliser Moreira, qui manque son tir (87e). Sans aucun doute le meilleur des Lillois au Groupama Stadium

La suite après cette publicité

Olympique Lyonnais

  • Lopes (4) : encore une partie frustrante pour Anthony Lopes, qui aura réalisé six arrêts décisifs dans cette partie. Mais cela n’a pas empêché l’OL de s’incliner à domicile et de manquer son duel devant David, puis de ne rien pouvoir faire devant le coup de fusil de Tiago Santos.

  • Kumbedi (4) : sans doute le plus à l’aise de la défense lyonnaise ce dimanche soir, Saël Kumbedi a bien réussi à contenir Ivan Cavaleiro, puis Haraldsson en deuxième période, dans son couloir, avec notamment huit ballons récupérés. Une satisfaction défensive, ce qui n’est pourtant pas sa spécialité. En revanche, on ne l’a pas beaucoup vu offensivement, même lorsque l’OL est passé en 3-5-2 en fin de match.

  • O’Brien (3,5) : héroïque lors de la victoire à Rennes, l’Irlandais a connu une soirée bien plus compliquée, puisqu’il a été fautif dans son placement sur l’ouverture du score. S’il n’a pas été toujours aidé, il s’est ensuite rattrapé et a permis à l’OL d’éviter le pire, avec notamment trois bonnes récupérations de balle et une deuxième mi-temps plus aboutie.

  • Diomandé (2,5) : ce n’était vraiment pas son soir. D’abord, il a été fautif au duel sur l’ouverture du score, avant le but de David. Ensuite, il a commis une énorme erreur de relance, amenant à une grosse occasion adverse (38e). En difficulté tout au long du match, il n’a clairement pas rempli son rôle et a également parfois fait preuve d’erreur de placement avec O’Brien. Un match à oublier pour le défenseur central de l’OL. Remplacé par Moreira (81e), que l’on avait plus vu depuis un bout de temps et qui a raté un gros duel en fin de match.

  • Henrique (2,5) : tout comme Diomandé, Henrique devrait mal dormir cette nuit. Aligné pour faire souffler Tagliafico, il a réalisé d’entrée une interception pas maîtrisée, qui a amené à une grosse attaque lilloise. Mais il s’est bien rattrapé sur la fin de l’action (6e). Cependant, il est entièrement fautif sur son renvoi catastrophique devant la défense, directement devant Santos, pour le deuxième but. Offensivement, on l’a légèrement vu lorsque l’OL est passé trois centraux, mais ses centres manquaient de précision.

  • Alvero (3) : chargée de monter au pressing sur Gomes et Bentaleb, la recrue estivale lyonnaise n’a pas apporté de satisfaction et a même semblé être submergé par l’entre-jeu des Dogues. Il avait pourtant bien débuté en allant gratter un ballon important pour Nuamah (2e), mais a ensuite été en difficulté. Sorti et remplacé à la mi-temps par Akouokou (4). L’Ivoirien a apporté plus de solidité dans les duels, mais n’a pas réussi à faire mieux que son partenaire pour reprendre le contrôle du jeu.

  • Caqueret (4) : les matches s’enchaînent et se ressemblent beaucoup trop pour Maxence Caqueret. Le milieu de terrain lyonnais doit s’affirmer comme un leader du milieu de terrain et permettre à son bloc de prendre le dessus, mais il n’a pas toujours pas le rendement attendu. S’il n’a pas fait d’erreur, malgré une légère imprécision technique, Caqueret n’a pas vraiment apporté pour casser le rythme lillois. Une occasion franche manquée (47e).

  • Diawara (3) : très peu de choses à dire sur le match du jeune milieu de terrain, submergé par le bloc lillois tout le long de la première période. S’il a réussi à porter légèrement le jeu vers l’avant, il n’a pu que remporter deux duels sur 23 ballons touchés. Il fait également partie de la fratrie des remplacés à la mi-temps, puisqu’il a échangé sa place avec Cherki (3), que l’on n’a quasiment pas vu tout au long de la seconde période. Une passe manquée notable, qui s’est transformée en occasion de but pour les Dogues. Les changements de système de Fabio Grosso n’aident clairement pas.

  • Kadewere (3) : préféré pour occuper l’aile droite, Kadewere n’a pas beaucoup apporté. Souvent pris facilement par Gudmundsson et Alexsandro, il a tout de même réussi à créer deux occasions, à l’image d’un centre intéressant pour Caqueret (47e). Mais il a surtout raté une énorme occasion pour revenir au score, en ratant son duel avec Chevalier (58e). Remplacé par Lovren (65e), qui a fait une entrée correcte.

  • Lacazette (2,5) : il n’a eu qu’une seule occasion à se procurer, qui s’est envolé dans les tribunes du Groupama Stadium. Pour le reste, cela a été très compliqué pour le capitaine des Gones, qui n’a touché que 19 ballons et a même fait preuve d’un agacement en fin de première période. Sans que l’on comprenne pourquoi, il a été sorti à la mi-temps et remplacé par Baldé (2). C’est simple, l’attaquant a eu trois énormes occasions pour permettre à l’OL de revenir au score et elles ont été manquées. Notamment une tête immanquable, à deux mètres du but de Chevalier. Un choix encore raté pour Grosso.

  • Nuamah (4) : le Ghanéen avait pourtant montré des choses intéressantes en début de partie, avant de s’éteindre complètement au fil de la partie. Seulement trois centres tentés et une frappe qui n’a rien donné. La recrue la plus chère du mercato estival lyonnais peine encore à faire la différence et à se montrer décisif.

LOSC

- Chevalier (6) : un premier acte plutôt facile pour le Français. Alerté une première fois par Lacazette, finalement en position de hors-jeu (21e), puis vigilant sur une frappe cadrée de Nuamah (41e), le dernier rempart lillois n’a pas eu de soucis à se faire. Lorsque son équipe a montré un moment d’égarement au retour des vestiaires, le Lillois a maintenu son équipe à flot en réalisant deux parades décisives coup sur coup, devant Kadewere (58e) puis Baldé (60e).

La suite après cette publicité

- Tiago Santos (7,5) : voir ci-dessus

- Yoro (6,5) : adoubé par son entraîneur qui n’a pas tari d’éloges à son égard en conférence de presse d’avant-match, le jeune défenseur central a encore bluffé son monde. Faisant preuve d’une certaine maturité, il s’est imposé comme le véritable patron de la défense avec des interventions salvatrices pour casser les contres lyonnais, à l’image de son retour dans les pieds de Lacazette qui filait au but (9e). Serein dans les airs, il a également été juste dans ses relances. Un match solide à mettre, encore, à son actif.

- Alexsandro (5) : habitué à évoluer aux côtés de l’international Espoirs français, le Brésilien a été plus audacieux qu’à l’accoutumée sur ses sorties de balle et dans ses interventions au-delà des 20 mètres. Parfois un peu limite dans son placement, comme sur cette action où il oublie dans son dos Baldé qui manque sa reprise de la tête (57e), il a su se remettre dans le droit chemin, réduisant drastiquement les espaces dans sa zone.

- Gudmundsson (5) : Ismaily blessé, le Suédois débutait sur le flanc gauche de la défense. Face à l’OL, le latéral gauche du LOSC a plutôt bien assuré l’intérim. Intéressant dans ses montées, il a eu tendance à jouer plus haut pour s’installer dans le camp adverse et se montrer dangereux sur centre (2e). Défensivement, le natif de Malmö a été costaud dans les duels, n’hésitant pas à jouer de son corps pour compenser son manque de vitesse face à ses opposants (13e, 43e). Plus discret en seconde période sur le plan offensif, il s’est contenté de verrouiller son couloir.

- Bentaleb (6) : régulièrement aligné à ce poste depuis son arrivée dans le Nord, l’international algérien a joué un rôle important dans l’équilibre du LOSC. Face aux Gones, il a pris ses responsabilités dans la création par un positionnement plus bas que son coéquipier dans l’entrejeu (95% de passes réussies). Dans le jeu long, il s’est appliqué pour aller chercher avec son pied gauche Zhegrova. On peut également souligner son bon travail de couverture pour venir épauler sa défense à la perte du ballon.

- A. Gomes (5) : repositionné dans l’entrejeu pour suppléer à André, suspendu, l’Anglais a tenu son rang. En première mi-temps, sa complicité avec Bentaleb dans l’axe a été bénéfique au collectif nordiste. Solides, les deux hommes ont permis à leur équipe d’avoir un premier rideau défensif assez difficile à franchir. Dans l’entrejeu, il est sorti du lot en montrant une certaine maîtrise dans ses transmissions, que ce soit sur des passes courtes ou longues. Une maîtrise qui lui a échappé en seconde période, à l’image de sa passe manquée qui aurait pu couter cher aux Dogues sans un bel arrêt de Chevalier (60e).

- Zhegrova (5,5) : intraitable depuis le début de saison, le numéro 23 du LOSC a mis du temps avant de retrouver son statut d’homme à tout faire au Groupama Stadium. Pendant une grosse demi-heure, il a été oublié par ses partenaires car le jeu a essentiellement penché de l’autre côté. Dans l’obligation de venir proposer plus bas, il a eu tendance à forcer son jeu, montrant ainsi un certain déchet dans le jeu direct. Davantage trouvé par la suite, l’ailier nordiste s’est lâché et a fait vivre un enfer aux Lyonnais par sa faculté à aller provoquer dans la surface adverse (41e, 45e). En seconde période, il s’est contenté de faire circuler le ballon sans se montrer véritablement dangereux, sans doute diminué par une légère blessure. Remplacé par Adam Ounas (83e).

- Yazici (6) : buteur avec la Turquie pendant la trêve internationale, le numéro 12 du LOSC s’est effacé au cours de la première demi-heure avant de trouver ses marques. Quand son coach lui a demandé de partir de plus loin pour créer le surnombre, il a exécuté les consignes à la lettre. En servant de point d’appui, le Turc contrôle aisément et lance parfaitement David dans la profondeur (28e). Sur un contre négocié par les Lillois, il aurait pu rendre l’addition davantage salée mais a été surpris par le rebond (37e). Par la suite, sa capacité à conserver les ballons ainsi que son aptitude à servir de point de fixation ont fait du bien à son équipe. Remplacé par Samuel Umtiti (90e), ovationné pour son retour à Lyon.

- Cavaleiro (3,5) : en quête de confiance dans cette partie, l’Angolais a pris peu de risques dans son jeu. Sa relation avec Gudmundsson sur le côté gauche a plutôt bien fonctionné dans la mesure où les deux joueurs ont tenté de combiner entre eux pour tenter de débloquer la situation (17e). Toutefois, son impact sur le plan offensif a été beaucoup trop neutre et ses partenaires l’ont compris en renversant le jeu à droite en première période. Bien trop discret, il est remplacé à la pause par Hakon Haraldsson (5). Très bon à l’intersaison puis transparent en début de championnat, l’Islandais avait à cœur de se racheter. Très vite, il s’est distingué par une belle frappe détournée en corner par Lopes (47e). Par la suite, il a souvent su se faire oublier par les Lyonnais pour créer des décalages ou servir de relais à ses attaquants (51e). Contrairement à son prédécesseur, il a touché de nombreux ballons et il a su jouer davantage vers l’intérieur et proprement (94% de passes réussies), se pliant ainsi aux exigences de son coach.

- David (5,5) : une nouvelle fois aligné sur le front de l’attaque lilloise, l’international canadien était animé par l’ambition de retrouver le chemin des filets, lui qui n’a plus marqué en Ligue 1 depuis le 27 août (défaite 4-1 contre Lorient, 3e journée). Et sur une de ses premières courses vers l’avant, il a mis un terme à cette disette. Servi idéalement dans la profondeur, il remporte son face-à-face contre Lopes en l’ajustant du droit (28e). Derrière, il a fait les efforts nécessaires pour se rendre disponible auprès de ses coéquipiers, à l’image sa passe qui aurait pu être décisive pour Yazici (39e). Brassard au bras, le buteur des Dogues s’est parfaitement remis en selle (4/4 tirs cadrés). Remplacé par Rémy Cabella (83e).

Plus d'infos sur...

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité