Espagne (F) : c’est le chaos au sein de la Roja, les joueuses grévistes

Par Chemssdine Belgacem - Léo Scalco
2 min.
Espagne (F) : c’est le chaos au sein de la Roja, les joueuses grévistes @Maxppp

Ce lundi, l’annonce des joueuses retenues pour le prochain rassemblement de l’équipe nationale d’Espagne a fait l’effet d’une bombe. En effet, alors que 39 joueuses avaient fait part de leur retrait de la sélection suite à l’affaire Rubiales, 21 d’entre elles ont été retenues par Montse Tomé, la nouvelle sélectionneuse de la Roja. Souhaitant une refonte totale de la RFEF, ces joueuses grévistes ont fait part de leur mécontentement à travers un communiqué officiel pour dénoncer les méthodes de leur fédération et se soustraire à cette obligation. «En tant que joueurs professionnels d’élite et après tout ce qui s’est passé aujourd’hui, nous allons étudier les éventuelles conséquences juridiques auxquelles la RFEF nous expose en nous inscrivant sur une liste dont nous avions demandé à ne pas faire partie pour des raisons déjà expliquées publiquement et plus en détail à la fédé, et prendre ainsi la meilleure décision pour notre avenir et notre santé. Nous pensons qu’il est pertinent de souligner, à cet égard, que la convocation n’a pas été faite en temps et en forme, conformément à l’art. 3.2 de l’annexe I du Règlement du Statut et du Transfert des Joueurs de la FIFA, et nous comprenons donc que la RFEF n’est pas en mesure d’exiger que nous nous présentions», peut-on notamment lire dans ce dernier.

La suite après cette publicité

Les 21 joueuses espagnoles cherchent donc désormais des moyens juridiques pour éviter de se rendre au rassemblement tout en regrettant qu’«une fois de plus que notre Fédération (les) ait placés dans une situation que nous n’aurions jamais souhaitée». Alors que les championnes du monde espagnoles doivent se présenter ce mardi à 11h30 au Football City de Las Rozas, ces 21 joueuses s’appuient sur deux arguments juridiques pour esquiver ce rendez-vous. En effet, comme le rapporte AS, leur communiqué affirmant qu’elles n’étaient pas éligibles et le fait que la RFEF n’ait pas averti leurs clubs suffisamment tôt selon le règlement de la FIFA sont les deux armes des coéquipiers d’Alexia Putellas. Pour rappel, si leur défense n’est pas jugée convenable, les Ibériques feront face à de potentielles énormes sanctions. L’article 22 de la nouvelle Loi sur le sport spécifie qu’en cas de convocation, les joueurs sont obligés de se présenter au club s’ils ne veulent pas écoper de deux à cinq ans de suspension de leurs licences et d’une amende pouvant aller jusqu’à 30 000 euros. Affaire à suivre donc…

Plus d'infos sur...

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité