Les recrues sortent déjà Lorient de l’enfer

Par Jordan Pardon
3 min.
Le FC Lorient face à Reims @Maxppp

Inquiétant dernier de Ligue 1 il y a encore trois journées, Lorient peut aujourd’hui rêver d’un maintien pourtant longtemps inespéré. Et ce, grâce à ses recrues hivernales, déjà fondamentales dans sa réussite.

L’éloge de la patience, c’est cette notion invoquée machinalement par les entraîneurs pour protéger leurs nouvelles recrues, dont le rendement n’est parfois pas en phase avec les attentes qu’elles peuvent générer à leur arrivée. Du côté de Chelsea par exemple, Frank Lampard en avait fait son cheval de bataille pour défendre Mykhaïlo Mudryk, arrivé à prix d’or l’hiver dernier. Que Régis Le Bris ne s’inquiète pas : il ne devrait pas y avoir recours. Dernier de Ligue 1 il y a trois journées, le FC Lorient peut aujourd’hui afficher d’autres prétentions.

La suite après cette publicité

Pour ça, le technicien de 48 ans peut rendre grâce à ses recrues hivernales, déjà décisives et débarquées pour sortir le club de ce pénible guêpier. Face au Havre fin janvier (3-3), les Merlus avaient déjà montré des signaux intéressants. Malgré l’égalisation venue d’ailleurs d’André Ayew en fin de rencontre, Régis Le Bris avait pu compter sur Imran Louza, arrivé de Watford sous la forme d’un prêt et auteur d’un superbe but pour son premier match. En seconde période, c’était la recrue interne Ayman Kari, prêté par le PSG mais blessé depuis le début de saison, qui avait débloqué son compteur but, avant d’être imité par l’Ivoirien Mohamed Bamba, auteur d’un coup de tête dévastateur seulement 20 minutes après son entrée en jeu.

À lire L1, Lorient : Mohamed Bamba déjà parmi les plus grands

Des espoirs de maintien vivifiés

Si le club breton a pu nourrir des regrets après ce match nul frustrant concédé face au Havre, les joueurs ont vite su ranger ce résultat dans la boîte à mauvais souvenirs et rebondir. Face à Metz le week-end dernier, un concurrent direct au maintien, les Merlus ont encore été tractés par leurs recrues pour décrocher leur premier succès en championnat depuis… le 22 octobre dernier. Très intéressant par son profil de piston inoxydable, l’ancien joueur de Catanzaro (Serie B), Panos Katseris, avait inscrit son premier but, tandis que Mohamed Bamba avait inscrit l’autre sur un service… d’Imran Louza.

La suite après cette publicité

«Panos (Katseris) a fait des efforts à haute intensité, avec un profil explosif qu’on pourrait qualifier de sprinter, et d’autres joueurs, qui sont différents, en termes de profil, comme Imran Louza, pour ne pas le citer, vont avoir des cinétiques différentes, analysait Régis Le Bris cette semaine en conférence de presse. Mohamed (Bamba), c’est un buteur qui a de l’énergie, qui est combatif, qui est FC Lorient. Il veut montrer qu’il a sa place à Lorient et en Ligue 1. Il est dans une phase ascendante, dans la position de challenger qu’on doit avoir ici. Il faut perdurer ce nouveau visage.»

Reims en a encore fait les frais ce dimanche

Après Metz le week-end passé, Lorient avait un menu plus copieux avec le Stade de Reims ce dimanche. Mais au Moustoir, les joueurs de Régis Le Bris n’ont pas cédé à l’indigestion et se sont imposé 2-0. Si l’issue de la rencontre a tardé à se dessiner, Mohamed Bamba a encore détenu une large partie de la réussite de son équipe dans ses pieds, ou plutôt dans son coup de tête.

La suite après cette publicité

Classement live

# Équipe Pts J DIF G N D BP BC
9 Reims Reims 34 24 -2 10 4 10 30 32
13 Lorient Lorient 25 24 -12 6 7 11 33 45

Sur un service de l’infatigable Katseris, l’attaquant de 22 ans arrivé de Wolfsberger pour 5 M€ (Autriche) cet hiver, s’est offert son troisième but en à peine deux matches et demi. En fin de rencontre, Tiémoué Bakayoko, une autre recrue lorientaise, mais de l’été dernier, s’est lui offert son premier but de la saison. Côté arrivées, il faudra également souligner l’apport significatif du défenseur ghanéen Nathaniel Adjei, prêté par Hammarby (Suède) cet hiver et déjà fondamental dans le 3-4-3 de Régis Le Bris. On aimerait déjà se précipiter sur la dernière page de l’histoire, mais elle reste à écrire. Ce qui est sûr, c’est que Régis Le Bris aura de la matière pour l’alimenter.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité