Ligue des Champions : la soirée cauchemar de Presnel Kimpembe

Déjà trop court sur l'ouverture du score signée Nkunku, Presnel Kimpembe a commis l'irréparable en provoquant le penalty très évitable de l'égalisation du RB Leipzig dans les arrêts de jeu. Une action qui met en lumière les difficultés rencontrées par le défenseur central depuis un moment maintenant.

Presnel Kimpembe à la lutte avec Christopher Nkunku
Presnel Kimpembe à la lutte avec Christopher Nkunku ©Maxppp
La suite après cette publicité

Malgré sa nouvelle piètre performance, le PSG tenait le bon bout à Leipzig. Le club de la capitale menait au score et même s'il commençait à tirer la langue sur ces vingt dernières minutes, la victoire lui tendait les bras. Et puis patatras. Il y a eu ce long centre venu de la droite sur lequel Prensel Kimpembe s'appuyait trop sur le dos de Christopher Nkunku. Il retombait sur son ancien partenaire sans aucune volonté de jouer le ballon. Le contact, d'abord curieux, laissait peu de place au doute une fois l'arbitre appelé pour aller revoir les images. Le penalty était incontestable.

Szoboszlai a donc égalisé (90+2) sur cette offrande que les Allemands n'attendaient pas. Kimpembe (26 ans) est maintenant un joueur d'expérience et ne peut pas concéder ce genre de faute dans sa surface à ce moment là de la rencontre. Seulement ce n'est pas la première fois que le Titi est fautif dans le money-time. Rappelez-vous Manchester United en mars 2019, déjà en Ligue des Champions. D'après Opta, c'est même la troisième fois en C1 qu'il commet l'irréparable, un record pour un joueur du PSG avec Thiago Silva depuis la saison 2003/2004.

Kimpembe joue beaucoup. Trop ?

En conférence de presse, Pochettino ne voulait pas accabler son joueur. «Il y a une action finale dans laquelle on concède le penalty. Mais on revient toujours au même : le football, c’est marquer dans les moments clés, tuer les matchs au bon moment. Sinon, le contraire peut arriver.» Seulement, cette action de fin de match vient surtout conclure une nouvelle soirée difficile pour le défenseur central. Déjà en partie responsable sur l'ouverture du score de Nkunku, qui l'a devancé de la tête (8e), il a commis un peu plus tard dans la rencontre une double vilaine faute sur Nkunku et Orban qui lui a valu un jaune (32e).

A côté de Marquinhos, la différence entre les deux hommes se distingue de plus en plus. Le gaucher ne s'arrête jamais depuis le début de la saison (il a disputé tous les matchs comme titulaire toutes compétitions confondues excepté contre Reims en Ligue 1), alors même que sa cheville le fait souffrir. Ses prestations ne sont pourtant pas au rendez-vous, en témoignent son premier match contre Leipzig et ses difficultés face à Bruges. Il serait peut-être bon de le faire souffler un peu, surtout qu'il joue régulièrement en équipe de France. Des Bleus où sa glissade contre la Suisse et ses fautes contre la Bosnie et l'Ukraine ne sont pas oubliées non plus...

Plus d'infos

Commentaires