RB Leipzig-PSG : les notes du match

Au terme d'un match aux multiples rebondissements, le club parisien ne peut faire mieux que ramener le nul de son déplacement en Allemagne (2-2). Georginio Wijnaldum a inscrit un doublé pour le PSG, malheureusement insuffisant pour rafler la mise.

Marquinhos et le PSG en souffrance face au RB Leipzig
Marquinhos et le PSG en souffrance face au RB Leipzig ©Maxppp
La suite après cette publicité

Deux semaines après la rencontre au Parc des Princes, remportée dans la douleur (3-2) par le club de la capitale, le RB Leipzig et le Paris Saint-Germain se retrouvaient ce mercredi soir à la Red Bull Arena, dans le cadre de la 4e journée de la phase de poules de Ligue des Champions. En tête du groupe A avec sept points, la formation entraînée par Mauricio Pochettino avait l'occasion de conserver sa place de leader en cas de succès face au RBL, dernier avec un zéro pointé après trois matches disputés. L'équipe de Jesse Marsch, justement, ne devait pas se manquer devant son public pour garder un réel espoir de voir les huitièmes de finale de cette C1. Pour aller chercher une nouvelle victoire, l'entraîneur parisien du PSG, privé de Lionel Messi, alignait un 4-3-3 avec son trio Di Maria-Mbappé-Neymar devant et Donnarumma dans les cages. En face, Leipzig se présentait en 3-4-3 avec l'ancien Parisien Nkunku aligné aux côtés de Fosberg derrière André Silva. Bien bousculés à l'aller, les Parisiens l'étaient aussi au retour avec dès les premières secondes une opportunité pour André Silva, mais un hors-jeu était signalé (1ère). Dans le dur, les visiteurs souffraient et finissaient par craquer dès la 8e minute. Suite à une mauvaise passe de Di Maria, Silva interceptait et centrait vers l'ancien Titi Nkunku qui crucifiait son ancienne équipe de la tête (1-0). En feu, les locaux ne lâchaient rien et dans la surface, le malheureux Danilo faisait tomber Silva pour un penalty (10e). Le Portugais prenait le cuir et s'élançait mais Donnarumma, parti du bon côté, maintenait son équipe dans le match (12e).

Un arrêt plus que décisif de la part de l'Italien puisqu'après un pétard de Nkunku (17e), les Parisiens égalisaient. Neymar lançait Mbappé qui trouvait Wijnaldum pour le but parisien (21e, 1-1). Une égalisation contre le cours du jeu, mais le PSG était efficace puisque vingt minutes plus tard, le Néerlandais signait un doublé. Son coup de tête suite à un corner de Di Maria et une remise de Marquinhos était d'abord refusé pour un hors-jeu mais le but était ensuite validé avec l'aide de la VAR (41e, 1-2). Le PSG terminait bien le premier acte avec cette opportunité de Mbappé et l'arrêt de Gulacsi (45e+2). Après la pause, les Parisiens reprenaient leur travail avec une occasion de Di Maria, hors-jeu (48e), et une grosse opportunité pour Mbappé qui manquait totalement le cadre (53e). Le numéro 7, malheureux ce soir, tombait ensuite sur Gulacsi après une belle accélération (64e) tandis que Donnarumma brillait aussi (66e). Le RB Leipzig ne rendait pas non plus les armes et Szoboszlai, entré en jeu vers la 59e minute, voyait sa tentative fuir de peu le cadre parisien (72e). Derrière, les locaux offraient de belles séquences de possession de balle mais les occasions devenaient de plus en plus rares, alors que le PSG était trop timide en contre, comme sur cette frappe de Neymar (83e). Mais à force de gâcher, les Parisiens se faisaient punir. Sur un long ballon aérien, Kimpembe ne jouait pas le ballon et faisait tomber Nkunku. Avec l'aide de la VAR, l'arbitre offrait un autre penalty au RBL mais cette fois-ci, Szoboszlai transformait pour l'égalisation (90e+2, 2-2). Les deux équipes se quittaient donc dos à dos et le PSG perdait sa première place au profit de Manchester City, tombeur du FC Bruges (4-1).

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

Retrouvez le classement des différentes poules ici.

L'homme du match : Wijnaldum (7,5) : le milieu néerlandais devait prouver à Pochettino qu'il méritait sa titularisation ce soir. Ballotté par le dynamisme allemand dans l'entrejeu, il n'a pas existé en début de match. Avant l'éclaircie sur une offrande de Mbappé, qui permet à l'ancien joueur de Liverpool d'égaliser de l'intérieur du pied (1-1, 21e). Le numéro 18 a effectué quelques appels intéressants dans le dos de la défense allemande. Bien servi par Marquinhos suite à un corner de Di Maria, sa tête décroisée trompe Gulacsi (1-2, 41e). Aurait pu être passeur décisif pour Mbappé au retour des vestiaires (52e). Intéressant dans la projection ce soir. Son meilleur match depuis son arrivée au PSG. Remplacé à la 85e par Herrera

RB Leipzig

  • Gulacsi (5,5) : s'il n'a rien pu faire sur les deux buts de Wijnaldum, le capitaine du RBL s'est montré plus vigilant dans les appels en profondeur des Parisiens, sortant souvent de sa surface pour soulager les siens. Malgré le hors-jeu de Di Maria, il a bien sorti sa frappe croisée du pied gauche (49e). Face à Mbappé, il a la même réussite, remportant ses deux face-à-face face à l'ancien Monégasque (45e+2, 64e), permettant de garder Leipzig en vie pour le match nul.

  • Simakan (6) : peu menacé par Mbappé en début de match, l'ancien Strasbourgeois s'est fait avoir par l'appel du numéro 7 parisien, qui n'a pu servir Wijnaldum. Néanmoins, il est bien présent sur les de Hakimi et Nuno Mendes, se montrant plus rassurant défensivement. Lors du second acte, il a semblé plus impérial, très peu pris de vitesse par les offensives adverses. Tirant le maillot de Neymar sur un corner repoussé, il a écopé de la deuxième biscotte allemande (70e).

  • Orban (4) : très dur sur Neymar dès l'entame de match, le Hongrois est vite averti verbalement par l'arbitre de la rencontre (5e) dans une ambiance électrique. Plus calme, il a réussi à contrer la volée de Di Maria (38e). Moins en vue durant le reste de la période, il a fait les frais du changement tactique de Jesse Marsch, passant en 4-3-3. Il a été remplacé à la mi-temps par Haïdara (46e, 5,5), qui a mal joué le coup sur le contre initié par sa récupération (53e) et sur la frappe en sortie de coup-franc (75e), suivie d'une soufflante de Simakan.

  • Gvardiol (6,5) : le défenseur croate commence par laisser Neymar entrer dans la zone de vérité (4e). L'international aux 7 sélections a également bien intercepté les passes adverses, notamment celle en profondeur pour Di Maria (17e). Comme son coéquipier français en défense centrale, il a été très présent derrière Angelino pour compenser ses courses vers l'avant en cas de contre (11 ballons récupérés). Son retour dans les pieds de Hakimi a privé le Marocain de servir Mbappé au second poteau (67e).

  • Mukiele (4,5) : l'ancien Montpelliérain n'a pas attendu longtemps pour mettre le danger dans la défense parisienne avec son centre pour Silva, en position illicite (1e). Il est également présent pour dégager le centre de Neymar dans la surface (4e). Par la suite, il a été moins précis dans ses centres, ce qui l'a contraint à jouer plus court avec les milieux de terrain. Il a été touché au pied droit après un tacle, qui l'a diminué ensuite, le prouve son gros retard sur Mbappé à droite (64e).

  • Laimer (6) : le milieu de terrain allemand s'est vite imposé physiquement dans son duel dans l'entrejeu avec Gueye. En seconde période, on l'a vu plus excentré à droite pour aider son piston droit, touché au pied droit. Il a été non seulement précieux dans les récupérations, tout comme au match aller, et a été essentiel dans la construction du jeu. Epuisé après son gros travail au milieu, il est remplacé par Henrichs (85e), pour tenter de forcer sur le côté gauche parisien.

  • Adams (4) : si son premier fait d'armes dans la rencontre a été une intervention trop agressive sur Di Maria (20e), l'Américain a récidivé par un geste d'antijeu sur l'Argentin, sanctionné d'un carton jaune (25e). Sans le savoir, il a couvert Ginie sur le corner, laissant le Néerlandais seul pour son deuxième but. Plus alimenté en ballons en seconde période, le joueur de 22 ans a participé un peu plus à la domination allemande avant sa sortie. Remplacé par Olmo (74e),

  • Angelino (4,5) : s'il avait été étincelant malgré la défaite au Parc, le piston gauche espagnol a rendu une moins bonne copie devant son public, souvent en retard défensivement sur son couloir. Ses montées ont été compensées par les présences de Gvardiol et Simakan. Ses déchets balle au pied ne l'ont pas aidé à se montrer plus dangereux dans le camp adverse (21 ballons perdus sur 62), un peu trop juste sur ses passes vers l'avant.

  • Nkunku (7,5) : face à son club formateur, le milieu offensif français a mis le feu dans l'arrière-garde parisienne dans le premier quart d'heure par son pressing incessant et ses transmissions rapides vers l'avant. C'est même lui qui a servi Silva pour le pénalty (11e). Il a également eu le temps de tenter sa chance, un pétard juste au-dessus de la barre. Un peu plus bas sur la pelouse après l'avantage parisien, il a tenté de fluidifier le jeu, avant de retrouver ses qualités offensives en seconde période (2 passes clés), illustrés par son centre pour Szoboszlai. En fin de match, il provoque la faute de Kimpembe dans la surface, offrant aux Taureaux Rouges le point du nul (89e).

  • Forsberg (6) : en forme sur ses dernières sorties, le Suédois a vite mis la pression sur les visiteurs par sa frappe, bien captée par le portier italien (6e). Moins haut qu'en entame de match, il a pu amener le surnombre dans l'entrejeu pour aider ses coéquipiers à mieux ressortir le ballon. Remplacé par Szoboszlai (58e), plus présent dans la zone de vérité et offrant le point du match nul sur pénalty (2-2, 90e+2) pour son premier but en Ligue des Champions sous ses nouvelles couleurs.

  • André Silva (6) : présent sur l'action annulée dès les premières secondes du match, le Portugais a bien débordé sur le côté gauche pour le centre millimétré pour la tête de Nkunku. Provoquant la faute de Danilo dans la surface, l'ancien de l'Eintracht Francfort n'a pas réussi à se faire justice face à Donnarumma (12e). Durant les temps forts parisiens, il n'a pas hésité à reculer vers la ligne médiane pour proposer des solutions de circulation de balle. Frustré, il est remplacé par Poulsen (58e), moins en vue que le sortant lusitanien et averti (90e+5).

PSG

  • Donnarumma (6) : le portier italien titularisé ce soir à la place de Navas dans les buts parisiens, ne peut que constater les dégâts sur l'ouverture du score de Nkunku (1-0, 8e). Le récent vainqueur de l'Euro avec l'Italie sauve les siens en repoussant le penalty d'André Silva (12e). Décisif sur un centre de Nkunku (65e). Le gardien transalpin a cependant pris des risques inutiles dans le jeu au pied. Averti pour contestations (90e). L'ancien Milanais ne peut rien faire sur le penalty marqué par Szoboszlai (2-2, 90+2).

  • Hakimi (3,5) : le latéral marocain se retrouve dans une situation compliquée suite à une mauvaise transmission de Di Maria. L'ancien joueur de l'Inter Milan pas assez prompt ne peut empêcher André Silva de centrer pour Nkunku qui ouvre le score (1-0, 8e). Le numéro deux parisien se fait surprendre par la vitesse de Nkunku sur le penalty obtenu par André Silva (10e). Beaucoup d'approximations dans ses transmissions, l'international marocain n'a jamais pu se projeter offensivement. Au retour des vestiaires, sa première projection aurait pu être décisive, mais Mbappé a vendangé l'opportunité (52e).

  • Marquinhos (5,5) : le capitaine parisien se distingue par son mauvais positionnement sur le centre d'André Silva qui amène l'ouverture du score de Nkunku (1-0, 8e). Gêné aux entournures par les combinaisons dans les petits périmètres des attaquants de Leipzig, le défenseur brésilien n'a pas été du tout serein dans le premier quart d'heure. Totalement dépassé sur l'accélération allemande qui amène le penalty (10e). L'international auriverde a sorti un peu la tête de l'eau vers la demi-heure de jeu. Beaucoup mieux au retour des vestiaires, notamment dans ses interventions et sa volonté de défendre toujours debout. Il sauve les siens en contrant une frappe d'Angelino (65e). Devancé par Szoboszlai sur le centre de Nkunku (72e).

  • Kimpembe (3) : le défenseur central parisien comme l'ensemble de ses partenaires a réalisé une entame désastreuse. L'intéressé ne peut compenser le mauvais positionnement de Marquinhos sur l'ouverture du score de Nkunku (1-0, 8e). Bougé par les attaquants du RB Leipzig, l'international français n'a pas eu son impact habituel dans les duels en début de match. A la peine dans les duels, le champion du monde est averti pour une vilaine semelle sur Orban (32e). Dans l'ensemble, le titi parisien n'a pas franchement rassuré dans ses interventions ou dans ses choix. Manque de tranchant sur le centre de Nkunku pour Szoboszlai (72e). Le cauchemar s'est poursuivi avec une faute en fin de match dans la surface sur Nkunku (90e).

  • Nuno Mendes (4) : le jeune latéral gauche portugais a lui aussi vécu une entame compliquée. Les déferlantes allemandes l'ont mis dans le dur rapidement. Emporté par sa fougue, l'intéressé a essayé de se projeter vers l'avant mais avec une certaine maladresse. Volontaire, le Lusitanien s'est distingué par son courage notamment dans les duels. Le joueur qui appartient au Sporting CP se fait avertir bêtement (61e). Auteur d'une certaine naïveté par moments dans son jeu.

  • Danilo Pereira (3) : comme l'ensemble de ses coéquipiers, le milieu portugais a effectué une entame calamiteuse. L'international lusitanien tente de compenser l'apathie de sa défense sur l'accélération de Nkunku mais fauche André Silva dans la surface ce qui provoque le penalty pour Leipzig (10e). L'ancien joueur du FC Porto qui a toujours eu un temps de retard pendant au moins trente cinq minutes, s'est repris par la suite et a profité du scénario favorable à son équipe en fin de première mi-temps. Incapable de s'imposer, il s'est distingué par plusieurs pertes de balle.

  • Gueye (3) : le milieu sénégalais a tout simplement été transparent dans la première demi-heure. Totalement dépassé par les vagues allemandes, l'ancien joueur d'Everton n'a jamais réussi à s'imposer dans l'entrejeu et encore moins à la récupération du ballon. Jamais dans le bon tempo comme son coéquipier Danilo, l'international sénégalais a constamment subi les événements.

  • Wijnaldum (7,5) : voir ci-dessus.

  • Di Maria (5) : El Fideo titularisé côté droit de l'attaque francilienne s'est distingué par une perte de balle grossière qui amène l'ouverture du score de Nkunku (1-0, 8e). Si El Fideo s'est totalement loupé en début de match, il s'est repris en fin de première mi-temps ce qui s'est matérialisé par une volée contrée (38e), puis par un corner qui amène le deuxième but parisien (1-2, 41e). Plus à l'aise dans ses prises de balle, il aurait pu être passeur décisif pour Mbappé avant la pause (45+1). Au retour des vestiaires, l'international argentin a alterné le bon et le moins bon dans ses initiatives. Remplacé à la 85e par Draxler

  • Mbappé (4) : titularisé dans l'axe de l'attaque, le génie français n'a pas hésité à dézoner pour apporter des solutions offensives à son équipe. Choix payant puisque le champion du monde bien servi par Neymar distille un caviar pour Wijnaldum pour l'égalisation (1-1, 21e). Un peu plus discret par la suite, l'ancien Monégasque bien servi dans la profondeur par Di Maria perd son duel face à Gulacsi (45+1). L'attaquant manque totalement son geste sur un bon service de Wijnaldum (52e). Le numéro 7 parisien a manqué de belles opportunités ce soir comme sur un service de Neymar où il perd son duel face à Gulacsi (64e). Remplacé à la 90+4 par Icardi

  • Neymar (6,5) : l'international brésilien aligné sur le côté gauche de l'attaque parisienne a provoqué beaucoup de fautes adverses en début de match grâce à son aisance technique. Très actif, le numéro dix parisien n'a pas hésité à se repositionner dans l'axe pour apporter des solutions à ses partenaires et orienter le jeu. Une initiative payante puisqu'il se trouve à l'origine de l'égalisation du PSG signée Wijnaldum (1-1, 21e). Ses nombreux décrochages ont clairement soulagé son équipe, notamment dans la conservation du ballon et le jeu long. L'ancien joueur du Barça aurait pu être passeur décisif mais Mbappé perd son duel face à Gulacsi (64e). Averti pour une faute sur Mukiele (74e).

Plus d'infos

Commentaires