OM - Sporting CP : les notes du match

Le faux pas était interdit ce soir pour les hommes d'Igor Tudor pour espérer poursuivre leur parcours européen. Cueillis à froid d'entrée de jeu par Trincão, les Marseillais ont su réagir pour s'imposer, bien aidés par le match catastrophique du gardien Adan.

Leonardo Balerdi devance la sortie d'Adan
Leonardo Balerdi devance la sortie d'Adan ©Maxppp
La suite après cette publicité

Il fallait absolument gagner pour conserver des chances d'obtenir un ticket pour les huitièmes. Après avoir perdu ses deux premières rencontres de poules, l'OM accueillait le Sporting au Vélodrome. Un duel face aux Lisboètes, qui eux ont remporté leurs deux premiers matchs dans ce groupe D. Suite à un retard d'environ 20 minutes - le Sporting étant arrivé en retard à cause des embouteillages dans la ville - ça démarrait bien mal pour les hommes d'Igor Tudor. Après une minute de jeu seulement, Francisco Trincão faisait déjà trembler les filets dans un Vélodrome à huis clos (0-1, 1ere). Une frappasse qui a trompé Pau Lopez, après un duel avec Jordan Veretout.

La rencontre était plutôt animée, avec une nouvelle opportunité pour l'ancien du Barça (4e), puis, une réponse d'Harit (5e). Le portier phocéen était ensuite décisif, remportant son duel avec Pedro Gonçalves et empêchant le deuxième but lisboète (9e). Heureusement, les Marseillais allaient vite se refaire. Et en quelques minutes seulement. D'abord, via un but d'Alexis Sanchez, qui a profité d'une grosse erreur d'Antonio Adan, contrant le portier espagnol du Sporting et expédiant ainsi le cuir au fond (1-1, 14e). Dans la foulée, le Chilien marquait encore, mais c'était refusé à cause d'un hors-jeu. Ce n'était en revanche pas le cas pour Harit. Sur un bon centre de Jonathan Clauss, le Marocain jaillissait et trompait l'ancien portier du Real Madrid d'une tête bien assurée (2-1, 17e).

Adan a plombé le Sporting CP

La disasterclass du gardien du Sporting se poursuivait, mais elle n'allait plus durer bien longtemps. À la 23e minute, il effectuait une sortie hasardeuse et touchait le cuir de la main devant Tavares. L'arbitre ne tremblait pas et sortait le rouge. Scénario catastrophe pour les Portugais qui avaient si bien démarré, et l'OM était sans pitié. Sur un corner botté par Cengiz Ünder, Leonardo Balerdi battait ses vis-à-vis et plaçait une belle tête pour signer le troisième (3-1, 28e). Toutes les nouvelles n'étaient cependant pas bonnes pour l'OM, puisque peu après la demi-heure de jeu, Jonathan Clauss, blessé, devait laisser sa place à Kaboré.

Derrière, le rythme diminuait, forcément, même si Balerdi était proche du doublé avant la pause. Au retour des vestiaires, l'OM gérait bien, dominant le jeu sans se faire peur, et conservant le cuir dans la moitié rivale. Sans pour autant être spécialement dangereux. En toute fin de partie, les Phocéens mettaient tout de même un petit coup d'accélérateur et après cette frappe de Sanchez sortie par le portier rival, Mbemba crochetait un défenseur puis envoyait le ballon au fond (4-1, 84e). Sanchez pouvait même signer le cinquième dans la foulée, mais l'ancien du Barça n'a pas cadré. Une belle victoire qui permet donc aux Marseillais d'y croire à nouveau !

Homme du match : Harit (7,5) : à l’instar d’Ünder, il a profité de la mise sur le banc de Payet et de Gerson pour débuter le match. Un choix rapidement payant. Très vite, le Marocain a affiché une très bonne entente avec Alexis Sanchez. Une bonne combinaison avec le Chilien lui a offert sa première occasion, bien arrêtée par Adan (5e). Même scénario à la 16e minute, toujours sans réussite. La récompense viendra 60 secondes plus tard. Auteur du 2-1 d’une belle tête sur un centre de Clauss (17e) puis passeur décisif pour Balerdi sur corner (28e), il a été le dynamiteur phocéen avec Sanchez. Remplacé par Gerson (77e).

Revivez le film du match

Olympique de Marseille

  • Lopez (5,5) : l’Espagnol a vécu un début de match terrible, impuissant sur la frappe enroulée du gauche imparable de Trincão (1e). Pas aidé par un mauvais début de match de sa défense, il arrête tout de même une balle de break face à Pote (9e). Ensuite, il n’a presque rien eu à faire.

  • Mbemba (6,5) : de retour en Ligue des Champions après son expulsion contre Tottenham, le Congolais a été le leader d’une défense mise à mal d’entrée de jeu, mais qui a été plus sereine par la suite. Au fil des minutes, il a profité de la supériorité numérique de l’OM pour se montrer très offensif avec beaucoup de montées pour trouver des décalages. Il a fini par marquer son petit but en toute fin de match (85e). Une belle revanche après sa sortie londonienne amère.

  • Balerdi (6) : d’entrée de match, face à Trincão, il lâche le marquage du Portugais sur l’ouverture du score (1e). Une faute grossière. Heureusement pour lui, il se rattrape à la 27e minute en inscrivant le but du break pour l’OM sur un caviar d’Harit sur corner.

  • Bailly (5) : l’Ivoirien a vécu un enfer contre Edwards, tout comme Balerdi. Mais la sortie forcée de l’Anglais en première période, lui a apporté un sacré répit. Nettement moins mis en danger, il a vécu un match plus tranquille, mais sans se distinguer pour autant. Remplacé par Gigot (77e).

  • Clauss (5,5) : étincelant contre Angers, le piston droit phocéen a vécu une soirée contrastée. Passeur décisif sur Harit (17e), il a dû sortir sur blessure un quart d’heure plus tard. Remplacé par Kaboré (32e, noté 5).

  • Guendouzi (6,5) : impliqué sur le deuxième but marseillais après une relance plus qu’hasardeuse d’Adan (17e), il a été très précieux dans son rôle de récupérateur. Omniprésent dans le pressing marseillais, il a remonté un bon nombre de ballons. Avec une telle activité dans l’entrejeu, l’ex-Gunner a été indispensable.

  • Veretout (5) : à l’instar de Balerdi, son marquage sur l’ouverture du score de Trincão laisse à désirer (1e). Pour le reste, il ne s’est pas spécialement distingué à part un carton jaune en fin de première période. Remplacé par Rongier (62e).

  • Tavares (6) : pris dans son dos dès la première combinaison lisboète, il a assisté impuissant à l’ouverture du score portugaise (1e). Positionné très haut et donc ciblé par les combinaisons adverses pour le mettre hors de position, le Portugais a retrouvé des couleurs grâce à Adan. Sa tête provoque la main du gardien espagnol du SCP en dehors de sa surface et son expulsion (23e). Soulagé par la sortie d’Edwards après l’expulsion d’Adan, il a pu monter plus souvent pour distiller des centres, même s’il a parfois manqué de lucidité dans son jeu collectif avec Harit et Sanchez.

  • Ünder (6) : titularisé en Ligue des Champions pour la première fois de la saison, le Turc a été privilégié à Gerson et à Payet par Tudor pour ses qualités de joueur fougueux. On n’a pas été déçu. Il a multiplié les appels et a surtout été précieux sur coup franc, exercice dans lequel il a souvent forcé Israel à sortir le grand jeu. Remplacé par Gueye (62e).

  • Harit (7,5) : voir ci-dessus.

  • Sanchez (7) : il a été très mobile, multipliant les appels et les phases de pressing. Une activité de tous les instants récompensée à la 14e minute lorsqu’il a égalisé en contrant un dégagement d’Adan. Leader de la rébellion marseillaise après l’égalisation, il a poussé ses partenaires à venir chercher très haut les Lisboètes, provoquant ainsi les erreurs d’Adan. Seul petit bémol : malgré de nombreux appels, il n’a pas souvent été servi dans les meilleures conditions. Sa frappe contrée par Israel amène le but du 4-1 par Mbemba (85e) mais il rate l'immanquable juste après (86e). Un match plein pas récompensé à sa juste valeur malgré son but.

Sporting CP

  • Adan (1,5) : le portier espagnol a sauvé l'égalisation du score devant Amine Harit (5e) en s'interposant devant la frappe du Marocain. Une grosse boulette devant Sanchez (14e) entache son match avant de faire une mauvaise relance à nouveau, qui, quelques secondes plus tard voit Marseille marquer un second but (17e). Pour ne pas arranger sa sale soirée, il prend un carton rouge (23e) en sortant un ballon des gants en dehors de la surface. Soirée cauchemardesque.

  • Esgaio (4) : a dû contrôler comme il pouvait l'activité du couloir gauche marseillais avec les montées incessantes de Tavares et la grosse activité de Harit. Averti d'un carton jaune après un mauvais geste sur Tavares (43e), le piston droit a également peu pesé offensivement, freiné par l'activité offensive adverse. Fatigué, il a failli coûter le cinquième but de Marseille avec une remise en retrait profitant à Sanchez, qui a manqué le cadre (87e).

  • Inacio (3,5) : le Portugais a vécu une soirée difficile, attentiste sur le deuxième but marseillais. Il a parfois eu du mal à bien se placer, laissant des opportunités aux joueurs adverses. Les coups de pied arrêtés défensifs ont été très mal gérés en première période. En retard sur pas mal de situations comme à la 67e, provoquant des séquences dangereuses (CPA). Loin d'être sa meilleure performance.

  • St Juste (4,5) : arrière central, le Néerlandais a empêché au maximum les attaquants de l'OM de se retourner, en sortant dès qu'il le pouvait. Fautif avec Inacio sur le marquage d'Harit, il prend par la suite un carton jaune en étant en retard sur ce dernier (34e). Performance mitigée du défenseur, alternant le bon avec des relances intéressantes et du moins bon au niveau du placement. Remplacé par José Marsa (45e) qui a été plutôt propre dans ses interventions et ses relances. Note : 5,5.

  • Reis (5) : dans la défense à trois, le Brésilien s'est mis en avant en début de rencontre, contrant une frappe de Sanchez (7e) qui semblait cadrée. N'ayant pas pu bien défendre sur le troisième but phocéen, en se gênant avec son gardien entrant, c'est à l'image de la suite du match de son équipe. Moins impactant par la suite, il a fait de son mieux pour repousser les assauts adverses.

  • Nuno Santos (5) : le piston gauche a montré sa belle qualité de passe pour ressortir de derrière mais aussi offensivement, avec un apport intéressant. Intervention un peu trop rugueuse sur Kaboré (40e) lui a valu un carton jaune. Men vu défensivement, laissant des espaces pour Clauss puis Kaboré, créant des situations dangereuses. Remplacé par Paulinho (45e) qui a essayé de participer un maximum au jeu tout en étant combattif. Note : 5,5.

  • Ugarte (3,5) : pas vraiment dans son assiette ce soir, le milieu uruguayen a néanmoins multiplié les efforts au milieu de terrain, dans son rôle de double pivot. Il était néanmoins souvent assez loin de sa défense pour venir aider lors de transitions marseillaises. Remplacé par Nazinho (45e). Le jeune joueur de 19 ans a pris de l'expérience ce soir. Il a beaucoup défendu (sur Kaboré) en faisant preuve de courage et a apporté sa vitesse sur les quelques transitions offensives de son équipe. Note : 4,5.

  • Morita (6) : juste techniquement, très calme, le Japonais a pu diriger le jeu comme il voulait avec des relances simples et efficaces. Les projections de l'adversaire l'ont obligé à devoir faire plus que d'habitude défensivement en étant proche de sa défense, qui en avait besoin.

  • Trincão (6,5) : s'est illustré dès le début du match (2e) en ouvrant le score d'une magnifique frappe enroulée pied gauche (2e) après une déviation d'Edwards vers la ligne médiane. L'ailier droit portugais a fait parler sa technique. Voulant enfoncer le clou, il se fait contrer par Balerdi (4e). Beaucoup plus esseulé par la suite avec la sortie d'Edwards, ce qui a changé le match. Le Portugais a beaucoup décroché, notamment lors du second acte, pour toucher des ballons.

  • Edwards (6) : étincelant contre Tottenham, l'Anglais, placé en pointe ce soir, a réitéré dès l'entame. Magnifique déviation pour Trincao (2e) permettant aux Leoes d'ouvrir le score. Très remuant, il a donné le tournis à la défense olympienne avec des déplacements, de la vitesse, des ballons donnés dans le bon tempo. Le virevoltant a dû être contraint de sacrifier sa place (25e) après le rouge de son gardien. Remplacé par Israel (25e). Début de match pas idéal pour le portier uruguayen, qui sort à contretemps, se gêne avec Reis et l'OM inscrit son troisième but (28e) mais a ensuite limité les dégâts et moins sollicité de manière dangereuse. L'Uruguayen a repoussé une première tentative de Sanchez mais ne peut rien juste derrière quand Mbemba marque petit filet pour le 4-1 à la 84e minute. Note : 4

  • Pote (5,5) : avec ses deux compères de l'attaque, celui qu'on surnomme "Pote" a apporté du danger offensivement malgré des ballons perdus. La sortie d'Edwards après le rouge de son gardien a coupé ses liens offensifs avec Trincao par la suite. Remplacé par Alexandropoulos (45e). Le Grec s'est illustré avec une frappe qui manque de peu le cadre (50e) mais également défensivement avec des replis (Tavares, 60e). Note : 5.

Plus d'infos

Commentaires