Ligue 1 : l'OGC Nice enchaîne face au FC Metz et reprend sa deuxième place

Opposé au FC Metz ce dimanche, l'OGC Nice s'est imposé 2-0 sur une pelouse calamiteuse. Les Aiglons reprennent ainsi leur deuxième place, même si l'OM a un match en moins.

Amine Gouiri en action face à Clermont en Ligue 1
Amine Gouiri en action face à Clermont en Ligue 1 ©Maxppp

Pour lancer ce dimanche de Ligue 1, qui se terminera avec un PSG-Reims au Parc des Princes, le FC Metz (16e, 19 pts) accueillait l'OGC Nice (3e, 39 pts) dans le cadre de la 22e journée. Auteurs d'une belle victoire le week-end dernier à Reims, les Grenats voulaient enchaîner, eux qui viennent de sortir de la zone rouge et devaient encore s'en éloigner. En face, les Aiglons, sur une série de quatre succès en championnat, devaient s'imposer pour reprendre leur deuxième place, désormais propriété de l'OM après son succès à Lens samedi. Côté messin, Frédéric Antonetti, encore privé de nombreux joueurs, sortait un 3-4-3 avec Boulaya en pointe. Christophe Galtier, lui, partait sur un 4-4-2 avec la doublette Dolberg-Gouiri aux avant-postes.

La suite après cette publicité

Sur une pelouse catastrophique, le début de rencontre était plutôt à l'avantage des Grenats, plus agressifs dans les duels et qui contrôlaient le cuir. Mais les Aiglons, après quelques minutes «d'adaptation», se reprenaient et Gouiri se procurait même la première opportunité, mais l'ancien Lyonnais butait sur Caillard (15e). Bien lancés avec cette occasion, les joueurs de Christophe Galtier prenaient alors le contrôle des débats et Dolberg tentait même une aile de pigeon (17e). Gouiri, encore lui, retentait sa chance mais le portier messin était encore bien vigilant (19e). Le circuit niçois fonctionnait plutôt bien côté droit mais Stengs (31e) et Gouiri (39e) ne marquaient toujours pas.

Gouiri en feu

Dans une première période compliquée pour eux, les Grenats tenaient donc jusqu'à la pause, où le score était de parité. Pour faire bouger les choses, Frédéric Antonetti lançait alors Tchimbembé à la place de Boulaya (46e). Du coup, les Grenats nous offraient une belle activité dès la reprise, avec quelques séquences intéressantes mais toujours pas de réelles occasions. L'OGC Nice laissait passer ce petit temps fort messin pour ensuite remettre le pied sur le ballon, et surtout ouvrir le score. Sur un ballon enroulé de Gouiri, Thuram, complètement oublié par la défense adverse, ratait sa tentative qui se transformait en contrôle un peu long. Le joueur de 20 ans s'arrachait cependant devant Caillard pour marquer du gauche, à bout portant (58e, 0-1).

Malheureusement derrière, le chrono défilait et les Grenats, qui avaient parfois le ballon pendant de longues minutes, ne mettaient jamais en danger les Niçois. Et une erreur allait être fatale aux locaux. Pressé par Guessand, Kana-Biyik perdait le cuir à une trentaine de mètres de son but. Gouiri récupérait alors le cuir, venait fixer Caillard et marquait tranquillement du droit. Mais après vérification de la VAR, ce but était refusé pour un hors-jeu (76e)... Un fait de jeu qui reboostait le public de Saint-Symphorien qui poussait ses joueurs, en vain. Pire, les Aiglons doublaient la mise sur un penalty (généreux ?) marqué par Gouiri (87e, 0-2). En Moselle, l'OGC Nice s'imposait donc sur le score de 2-0 et reprenait la deuxième place au classement. Les Grenats, eux, restaient seizièmes en attendant les autres matches du jour.

Plus d'infos

Commentaires