Olympique de Marseille - Nîmes Olympique : les notes du match

L'OM n'y était pas ce soir au Vélodrome. Battus 2-1 par un doublé d'Eliasson et une équipe de Nîmes volontaire mais lanterne rouge au coup d'envoi, les Phocéens voient le podium s'éloigner un peu plus.

Florian Thauvin lors de la défaite contre Nîmes mi-janvier
Florian Thauvin lors de la défaite contre Nîmes mi-janvier ©Maxppp
La suite après cette publicité

La 20e journée de Ligue 1 se poursuivait avec le déplacement de Nîmes au Vélodrome. Battus par le PSG lors du Trophée des Champions en milieu de semaine, les Phocéens restaient aussi sur un triste nul à Dijon le week-end passé. Il leur fallait l'emporter face à la lanterne rouge, chez qui ils sont allés s'imposer 2-0 il y a un peu plus d'un mois. Pour reprendre cette marche en avant, André Villas-Boas alignait un 4-3-3 avec Payet et Thauvin en soutien de Benedetto. Lirola, la dernière recrue apparue contre le PSG, est elle titulaire pour sa première en Ligue 1 dans le couloir droit de la défense. En l'absence d'Amavi, Sakai évoluait à gauche et Pelé remplaçait un Mandanda blessé. En face, Nîmes se présentait dans 4-1-4-1 assez défensif mais avec l'idée de retrouver enfin la victoire.

Désormais Jérôme Arpinon est aidé de Pascal Planque et les titularisations de Cubas, Ripart, Eliasson et Ferhat derrière Koné n'y étaient sans doute pas pour rien. En ce début de match, les Gardois affichaient un tempérament offensif, Pelé devait même intervenir sur sa ligne après un ballon cafouillé dans sa surface (5e). Marseille manquait un peu de concentration, à l'image des duels perdus de Caleta-Car et de Sakai. Kamara lui se blessait derrière la cuisse, cédant même sa place à Gueye (18e). Malgré ces péripéties, l'OM haussait doucement le ton. Thauvin se signalait par une première situation, une tête en déséquilibre (11e). Il fallait ensuite un Reynet solide dans son but pour repousser ces deux grosses reprises de Sanson (16e), puis de Payet (18e).

Thauvin rate son penalty

Les Crocos ne sortaient plus de ballon de leur camp, ou alors Koné multipliait les coups de sifflet pour hors-jeu. Ils se tiraient même une balle dans le pied avec cette main flagrante d'Alakouch dans la surface. Thauvin se présentait face à Reynet mais frappait à côté (35e). Dans la foulée, Deaux et Briançon oubliaient Benedetto seul aux six mètres, qui sur un centre de Payet, ratait un peu sa reprise, permettant à Reynet de laisser traîner son pied (37e). Nîmes aussi obtenait une occasion avant la pause avec cet arrêt de Pelé sur la tête de Koné (45e+1) et revenait des vestiaires avec les mêmes intentions. Encore une fois trop inconstants, les Marseillais perdaient quelques duels consécutifs et étaient cette fois immédiatement sanctionnés.

Après une première alerte de Ferhat (53e), Fomba profitait d'un ballon mal relancé par Caleta-Car pour décaler Alakouch, lequel centrait en force pour Eliasson (0-1, 55e). Une mauvaise nouvelle qui en amenait une seconde puisque sur l'action suivante, Ferhat s'amusait de Sakai pour lancer Alakouch dans le dos de Lirola, qui piquait son ballon par dessus Pelé. Eliasson surgissait au second poteau pour doubler la mise (0-2, 58e). Complètement sonné, AVB faisait le ménage avec 4 changements d'un seul coup pour changer la quasi-totalité de sa ligne de création (Payet, Sanson, Thauvin et Sakai contre Radonjic, Germain, Cuisance et Khaoui) mais ça ne suffisait pas. Benedetto profitait tout de même d'une offrande de Cubas pour relancer la fin de match (1-2, 85e) seulement le retard était définitif, Reynet sortant la parade qu'il fallait devant Khaoui (90e+5). En allant gagner au Vélodrome, Nîmes met fin à une terrible série de 8 matches dans victoire et abandonne la dernière place, Marseille lui voit surtout le podium s'éloigner.

Revivez le film de la rencontre.

Le classement de Ligue 1 ici.

L'homme du match : Eliasson (8) : il risque de se souvenir de ce match. Arrivé de Bristol City au mercato hivernal l’année dernière, le Suèdo-Brésilien n’avait jamais marqué sous le maillot rouge. Et ce soir, face à l’Olympique de Marseille au Stade Vélodrome il a été deux fois buteur. Pas en réussite dans les 45 premières minutes, ses deux buts l’auront délivré et il se sera plus montré par la suite. C’est lui l’homme du match sans aucun doute.

Olympique de Marseille :

  • Pelé (4) : l’habituel remplaçant de Mandanda a rapidement du faire montre de son autorité en intervenant sur sa ligne (5e). Concentré malgré la domination de son équipe, il doit à nouveau sortir une tête cadrée d’Eliasson (45e+1), puis capter ce nouveau coup de casque du Suédois (47e). Il est en revanche battu par l’ancien de Bristol à bout portant (55e), puis ne sort pas assez vite devant Alakouch sur le second but (58e).

  • Lirola (5) : il était la curiosité du jour. Arrivé en début de semaine et seulement entré en jeu face au PSG, l’Espagnol démarrait dans le onze cette fois. Un ballon chipé dans les pieds de la défense (16e), de l’allant offensif permettant notamment à Benedetto d’obtenir le penalty (33e) et d’afficher son entente avec Thauvin. Le joueur prêté par la Fiorentina a tout de même laissé quelques espaces dans sa zone, à l’image du centre de Ferhat avant la pause (45e+1) et est pris dans son dos par Alakouch sur le second but (58e). Il aurait également pu être sanctionné d'un penalty (83e).

  • Alvaro (5) : paradoxalement, il a vécu une soirée tranquille. Peu sollicité par l’attaque nîmoise, il n’a même pas eu besoin d’aller chercher les duels, se contentant de suivre son adversaire direct. Des relances propres et un jeu long agréable à regarder mais il n'a pas pu être décisif sur les deux buts nîmois. Il a fini la rencontre avec le brassard.

  • Caleta-Car (3,5) : un début de match compliqué entre un manque d’engagement et de concentration devant Ferhat qui aurait pu coûter plus cher (3e), et certain attentisme face à Koné (5e). S’il a coupé quelques centres dans sa surface, il est aussi d’un placement curieux sur l'opportunité de Koné (45e+1) mais se rattrape bien en début de seconde période, alors que l'attaquant était parti dans son dos (48e). Sa relance dans les pieds de Fomba sur le deuxième but nîmois était sans doute évitable (58e). Averti (68e).

  • Sakai (2,5) : aligné en latéral gauche, le Japonais a vécu une soirée très difficile. Volontaire mais irrégulier en cette première mi-temps, il a souffert face à Ferhat et n’a pas toujours été irréprochable dans le placement. Abandonné par le reste de la défense, il s’est retrouvé bien embêté face à Eliasson (45e+1). Encore secoué dans tous les sens en seconde période, il a cumulé maladresses techniques et duels perdus comme sur le deuxième but d’Eliasson (58e). Remplacé par Khaoui (66e) qui a joué latéral gauche.

  • Rongier (5) : encore une fois au four et au moulin, le milieu de terrain a couru partout avec un soupçon d’efficacité en moins. A la bagarre pour récupérer les ballons, il a tenté sans toujours connaître la réussite d’orienter le jeu de son équipe. En seconde période, il a tenté de jouer un peu plus haut sur le terrain mais n’a pas eu plus d’influence. Il a même fini par s’agacer face à la tournure des événements et a écopé d’un avertissement (61e).

  • Kamara (non-noté) : sa soirée a tourné court. Blessé à la cuisse droite après un sprint défensif, le jeune Marseillais a dû céder sa place à Gueye (18e, note - 5). L’ancien Havrais est bien entré dans son match. Aligné en pointe basse dans un premier temps, il a réussi à se rendre disponible pour ses coéquipiers et a changé régulièrement l’orientation du jeu mais il a échoué dans sa mission a cassé les contres adverses et a commis quelques fautes évitables.

  • Sanson (3,5) : il a plutôt bien débuté avec des prises d’initiatives et une belle reprise de volée cadrée (16e) mais s’est trop vite éteint. Un manque de percussion, d'inventivité, des ballons perdus et un penalty qu’il n’était pas loin de concéder (29e). Il a disparu et a fini par être remplacé par Cuisance (66e), qui a essayé d'amener un peu de technique à l'OM mais sans grand succès.

  • Payet (3,5) : encore une soirée compliquée pour lui. Un peu comme Sanson, il commence bien à l’image de sa frappe déviée par Reynet (17e) et un centre parfait pour Benedetto (37e). Son dernier coup d’éclat. On ne l’a plus revu par la suite, s’illustrant surtout par un manque d’envie général. Peu d’efforts défensifs qui ont rendu la tâche plus compliquée à Sakai et un ballon perdu qui a mis son équipe dans le dur (50e). Remplacé par Radonjic (66e).

  • Thauvin (3) : porteur du brassard de capitaine aujourd’hui, l’international français a raté son match. Pourtant assez mobile, il est auteur d’une première tête (11e) et son entente avec Lirola démarrait bien (16e). Problème, il manque complètement son penalty (35e), le tournant principal de ce match. Après cela, son activité a tourné au ralenti. Il a même fini par céder sa place pour l’entée de Germain (66e).

  • Benedetto (6) : lui aussi aurait pu changer la donne de cette rencontre s’il n’avait pas écrasé sa reprise seul face au but devant Reynet (37e). L’Argentin n’a pas ménagé ses efforts pour autant et on l’a vu plus disponible dans le jeu. C’est aussi lui qui obtient le penalty (33e) manqué par Thauvin. Il profite également de l'erreur de Cubas pour relancer l'OM en fin de match (85e).

Nîmes Olympique :

  • Reynet (7) : très bon match pour le portier français qui aura été rassurant pendant toute la rencontre. Bon dans les airs sur les coups de pied arrêtés, il aura sauvé ses coéquipiers à plusieurs reprises d’une possible ouverture du score marseillaise en première période devant Sanson (16e) et Benedetto d’une magnifique parade (37e). Sans lui, pas sûr que Nîmes ne reparte avec les 3 points ce soir.

  • Alakouch (7,5) : on aura vu tous les aspects du jeu de Sofiane Alakouch ce soir, dans un premier temps ses soucis défensifs : c’est lui qui provoque le penalty marseillais à cause d’une main dans la surface (34e). En deuxième période il se fait justice et offre deux passes décisives pour Eliasson (55e, 58e). Au-delà de ses passes décisives, sa connexion sur le côté droit avec Ferhat aurait fait beaucoup de bien aux Crocos.

  • Briançon (7) : le capitaine nîmois aura lui aussi fait un bon match face aux Marseillais. Impérial de la tête, il n’aura certes pas eu beaucoup de travail à faire, mais il a été lui aussi rassurant pour ses partenaires. Il aura également régalé de quelques jolies longues relances.

  • Deaux (5) : positionné en défense avec l’absence de Pablo Martinez blessé, l’ancien Guingampais aura été solide également dans ce rôle de défenseur central même s'il oublie, comme Briançon, Benedetto sur ce centre de Payet (37e). Sa seule grosse erreur du match.

  • Meling (5) : l'international norvégien aura eu un match un peu plus compliqué, notamment en première période où les montées de Lirola et Thauvin l’auront obligé à rester en défense pour couvrir. En seconde période, on l’aura plus vu monter sur son côté gauche et être plus tranchant.

  • Fomba (6) : le milieu de terrain de 22 ans aura été le liant entre la défense et l’attaque. On l’aura surtout vu pencher sur le côté droit du jeu nîmois. Avec les bonnes montées de Ferhat et Alakouch, c’est lui qui aura su distiller les bons ballons. Joli joueur qui sait porter le ballon et l’utiliser quand il faut. À surveiller.

  • Cubas (5) : lui aura eu le rôle de récupérateur de ballons dans cette partie. L’international paraguayen a joué plus bas que ses deux compères Ripart et Fomba sur le terrain, et il aura montré lui aussi toutes les qualités qu’on aperçoit depuis son arrivée du côté des Costières cet été. Il a livré un véritable don de lui-même sur le terrain mais offre un but tout fait à Benedetto en fin de rencontre (85e).

  • Ripart (7) : au milieu, c’est lui qui aura été le plus en vue. Attaquant de formation, le Nîmois se balade un peu partout sur le terrain ces derniers mois, et ce soir au milieu de terrain il aura récupéré un nombre de ballons important. De belles interceptions, il aura sauvé quelques grosses occasions notamment en première période devant Lirola d’un superbe tacle de défenseur dans la surface (42e). Jusqu’à la fin du match il n’aura cessé de presser, de harceler les porteurs de ballons marseillais. Un vrai match de patron.

  • Ferhat (7) : avant les deux buts des Crocos, c’est lui qu’on aura le plus aperçu offensivement. De bons centres, il aura souvent cherché Koné, pas en réussite, dans les airs ou avec des centres à ras de terre. Son entente avec Alakouch est une des réussites du match, c’est peut-être le meilleur joueur de cet effectif.

  • Eliasson (8) : voir ci-dessus.

  • Koné (5) : le joueur le moins en réussite au sein de l’attaque des hommes de Jérôme Arpinon. Souvent cherché par les latéraux sur des longs ballons, il a régulièrement été signalé hors-jeu (32e), et a manqué une belle occasion de marquer de la tête juste avant la mi-temps (45e+1). Pas un gros match pour le buteur sénégalais.

Plus d'infos

Commentaires