Christophe Galtier répond aux détracteurs de son LOSC

Actuel leader de Ligue 1, Lille ne fait pas l'unanimité, étant notamment taxé d'équipe défensive. Christophe Galtier a répondu face aux journalistes ce jeudi.

Christophe Galtier ici au Parc des Princes
Christophe Galtier ici au Parc des Princes ©Maxppp
La suite après cette publicité

Il a beau trôner sur le fauteuil de Ligue 1, Lille ne convainc pas forcément tous les observateurs. Certains lui reprochent notamment une approche trop défensive dans son jeu, le LOSC possédant la meilleure arrière-garde du championnat avec seulement 19 buts encaissés en 32 journées. Christophe Galtier, présent en conférence de presse ce jeudi, a répondu à ces critiques. «Ce sont des conneries !», a-t-il d'emblée lâché avant de poursuivre.

«Je ne le vois pas comme une injustice ces critiques. Notre dernier match n'a pas été bon. Mais j'ai rarement vu une équipe dominer Paris à Paris. Nos derniers matches sont moyens, mais on ne peut pas dire que le LOSC est une équipe défensive, qui ne fait que se projeter. C'est un cliché. Que les autres se concentrent sur leur équipe», a-t-il confié, relancé sur l'importance de Mike Maignan (25 ans) dans la belle saison des Dogues.

Organisation assumée

«Notre gardien fait des arrêts, heureusement pour nous. Toutes les bonnes équipes ont un bon gardien. Quand vous voyez Paris face au Bayern, il y a deux grands gardiens. C'est indispensable. Mais on ne peut pas résumer la saison aux performances de Mike, qui est excellent, ou à un défenseur performant. Notre jeu n’est pas basé que sur ça, ce n’est pas vrai. On est l'une des meilleures défenses d’Europe, mais on ne peut pas réduire la performance du LOSC à ça», a-t-il martelé, soulignant que son équipe possède, aussi, la 4e meilleure attaque de L1 (53 buts), avant d'insister.

«On a une organisation stricte, bien huilée, bien rodée. Quand on ne respecte pas l’organisation, on est mis en difficulté comme contre Angers, Nîmes, Strasbourg depuis janvier. Mais on essaye toujours de jouer avec un certain nombre de joueurs offensifs, avec de la fraîcheur, des principes offensifs. Parfois, ça coince. J’en suis le responsable, on discute beaucoup, on échange. On marquait beaucoup avant Noël, maintenant, c'est une période où c’est un peu plus difficile dans ce domaine-là, mais c’est comme ça. Mais je ne suis pas agacé qu’on me taxe d’entraîneur défensif, j’impose une certaine rigueur, une certaine discipline tactique avec tout le monde au service du collectif», a-t-il conclu. Belle défense, encore une fois !

Plus d'infos

Commentaires