OM-Sporting CP : la soirée cauchemardesque d'Antonio Adan

Après l'ouverture du score à la première minute, le Sporting aurait pu gérer contre l'OM. Mais c'était sans compter sur Antonio Adan, le gardien espagnol, qui a totalement gâché la soirée de ses coéquipiers, qui sont repartis de l'Orange Vélodrome avec une lourde défaite (1-4).

Antonio Adan qui sort lors d'OM-Sporting CP
Antonio Adan qui sort lors d'OM-Sporting CP ©Maxppp
La suite après cette publicité

Quand l'Olympique de Marseille a été mené par un but à zéro au bout d'une minute contre le Sporting CP, ce mardi soir à l'Orange Vélodrome, pour cette troisième journée de Ligue des Champions, on s'est dit que cette fois, c'était la fin. Mais personne ne pouvait imaginer une seule seconde qu'Antonio Adan, le portier de l'écurie portugaise joue les agents double.

Le gardien espagnol a été en-dessous de tout lors de cette soirée européenne. Alors, certes, les Portugais n'ont pas profité de circonstances convenables pour s'échauffer, puisqu'ils étaient arrivés en retard, mais quand même. Alors que les siens menaient, Adan a décidé de mettre un temps fou à dégager le cuir, tellement de temps qu'Alexis Sanchez est arrivé pour le contrer et égaliser, c'était la 13e minute.

En dix minutes Adan a tout gâché

Mais ce n'était pas terminé. Trois minutes plus tard, sa relance complètement manquée trouvait Mattéo Guendouzi, capitaine ce soir, seul dans l'axe. Le français décalait Jonathan Clauss qui centrait pour Harit dont la tête finissait au fond des filets (16e). Certes, ces choses arrivent. Mais une nouvelle fois, le festival n'était pas du tout terminé.

Après avoir été fautif sur les deux premiers buts, il s'est dit qu'il allait laisser les siens en infériorité numérique. Suite à un long dégagement de Pau Lopez, il décidait de sortir à la rencontre de Nuno Tavares, qui était pourtant à la lutte avec un de ses coéquipiers. Le latéral marseillais, plus puissant, plus vif, prenait le dessus sur son défenseur et tentait de lober le gardien. Mais Adan, étant surpris, décidait de mettre les mains. Une main en dehors de la surface, c'est carton rouge.

Ruben Amorim, son entraîneur, voulait lui dédramatiser : « plus le joueur est expérimenté, meilleure est sa capacité d'auto-critique. S'il a cette carrière, c'est parce qu'il a fait beaucoup d'auto-critique. Adan nous a sauvé plusieurs fois dans le passé, je n'ai pas besoin de lui parler. Il va travailler plus, mais nous devons tous nous améliorer. Ce sont des soirées comme ça qui nous font progresser ». On jouait alors la 23e minute quand le portier s'est fait exclure. En 10 minutes top chrono, il avait complètement gâché les chances des siens. Une sale soirée donc.

Plus d'infos

Commentaires