Santy N'Gom : « j'ai confiance en mes qualités pour retrouver la L1 »

A 28 ans, Santy N'Gom a vécu un véritable parcours du combattant. Mais il n'a jamais perdu sa passion ni son envie de tâter le cuir. Pourtant, il a été éloigné des terrains ces deux dernières années en raison d'un conflit avec son son club, le Stade Malherbe de Caen. Cette page tournée, l'ancien joueur de Nantes, qui se prépare actuellement avec le FC Sète, veut rattraper le temps perdu et retrouver la Ligue 1. Il a pu d'ailleurs le temps de deux amicaux, face à l'OM et Montpellier. Et à chaque fois il a été buteur. Entretien avec un footballeur revanchard.

Santy N'Gom (FC Nantes)
Santy N'Gom (FC Nantes) ©Maxppp

Foot Mercato : après un parcours fou, entre des passages par les réserves de Guingamp et du PSG et votre aventure au Levski Sofia, tout bascule pour vous en 2017 avec vos premiers pas en pros à Nantes et un contrat de trois ans. Derrière, vous avez aussi été appelé en sélection sénégalaise. Etait-ce le début d'un rêve ?

La suite après cette publicité

Santy N'Gom : en effet, en signant au FC Nantes en tant que joueur professionnel, j’ai réussi à assouvir mon objectif d’évoluer sur les pelouses de Ligue 1 au sein d’un club historique. Ce fut le fruit de beaucoup de travail et d’une remise en question constante vu mon parcours.

FM : Claudio Ranieri vous a lancé chez les Canaris. Quels souvenirs gardez-vous de lui ?

S.N : il est à l’origine de mes premiers pas en L1. On peut dire que j’ai une affection particulière pour Monsieur Ranieri car il a cru en moi et mes qualités. Travailler aux côtés d’un technicien de la stature de sa stature a été une expérience extrêmement enrichissante sur le plan technique, physique et mental.

FM : 2019 marque un nouveau tournant dans votre carrière. Après un prêt à Nancy en janvier, vous rejoignez Caen durant l'été. Quels étaient vos objectifs là-bas ?

S.N : à la suite d’un prêt convaincant à l’AS Nancy Lorraine, mon agent Mamadaou Bakayoko a été contacté par les dirigeants du Stade Malherbe de Caen qui m’ont présenté un projet audacieux incluant une montée en Ligue 1 à court terme. J’ai été séduit par le projet et je souhaitais continuer ma progression auprès d’un club ambitieux.

FM : mais l'aventure ne s'est pas passée comme prévu... Racontez-nous.

S.N : je suis arrivé à Caen sans préparation en fin de mercato et j’ai rapidement contracté une blessure au mollet lors des premiers entraînements. Cette blessure a été le début de l’incompréhension entre les dirigeants et moi.

Des moments compliqués à Caen

FM : vous avez été mis à l'écart. Comment avez-vous vécu cela ?

S.N : en tant que joueur professionnel désireux de pratiquer son métier et sa passion, j’ai été très meurtri par cette mise à l’écart injustifiée. En effet, j’ai vécu cette situation difficilement ce qui est normal.

FM : vous avez décidé de ne pas vous laisser faire. Où en est ce dossier aujourd'hui ?

S.N : j'ai entrepris une procédure judiciaire et finalement nous avons convenu d’un accord à l’amiable.

FM : dans ces moment compliqués, on voit aussi sur qui on peut compter.

S.N : j’ai pu compter sur mon agent avec lequel j’entretiens une relation de confiance.

FM : vous vous êtes entraîné avec la réserve de Caen. Mais vous avez également pas mal travaillé à côté durant ces deux dernières années pour vous maintenir en forme.

S.N : pendant cette période, j'en ai profité pour travailler sur des points sur lesquels on ne peut pas trop travailler en club et qu'on ne pas trop répéter. Sur le plan technique et athlétique, j'ai travaillé avec un ami qui est dans le foot. On allait s'entraîner. Je savais que je devais être prêt pour la reprise et que ça approchait vite. Contre Montpellier et Marseille, ça s'est très bien passé car j'étais prêt physiquement.

N'Gom vise la Ligue 1

FM : actuellement, vous êtes à Sète pour la reprise. Comment avez-vous atterri là-bas ?

S.N : étant libre de tout contrat, il m’a été proposé d’effectuer la reprise avec le FC Sète qui est un club très chaleureux et agréable disposant d’un effectif de bonne qualité.

FM : la préparation se passe bien puisque vous avez marqué en amical face à l'OM et Montpellier.

S.N : oui, j’ai marqué lors de ces matchs amicaux. C’est toujours gratifiant de savoir que je peux me confronter aux défenses de Ligue 1 et être performant devant le but.

FM : cela vous a-t-il conforté dans l'idée que vous avez toujours le niveau pour jouer au plus haut niveau ?

S.N : j’ai confiance en mes qualités et en mes compétences sur le terrain car je suis actuellement en pleine possession de mes aptitudes physiques et techniques pour retrouver les pelouses de Ligue 1.

FM : quels projets peuvent vous intéresser ?

S.N : j'ai toujours de gros projets comme celui de retrouver la Ligue 1. J'ai des offres de Ligue 2. On verra dans les prochains jours. Je veux retrouver un club et rejouer au foot. J'espère aussi retrouver l'équipe nationale du Sénégal pour participer à la prochaine CAN.

FM : ce que vous avez vécu, notamment ces deux dernières années où vous n'avez pas eu l'opportunité de vous exprimer sur un terrain de football, vous a-t-il changé en tant qu'homme et joueur ?

S.N : cette période de mise à l’écart a été une épreuve douloureuse à endurer. J’ai beaucoup appris en termes de patience et résilience. J’ai dû prendre du recul face à la situation, ce qui m’a permis de maintenir une détermination incommensurable et une forte envie de pratiquer mon métier de footballeur professionnel que je considère comme le plus beau du monde.

Commentaires