FK Metal : Farès Bahlouli se refait la cerise en Ukraine

Annoncé il y a quelques années comme l'un des plus gros talents du centre formation de l'Olympique Lyonnais, Farès Bahlouli a tout doucement disparu de la circulation. Après 8 mois d'inactivité, il a décidé de signer en 3e Division Ukrainienne au FK Metal. Revanchard au sein du club de Kharkiv, il a connu une acclimatation express et retrouve ses sensations.

Farès Bahlouli, ancien grand espoir français
Farès Bahlouli, ancien grand espoir français ©Maxppp
La suite après cette publicité

Talent précoce, Farès Bahlouli aurait pu suivre la trace des plus grands. Talent de la formation lyonnaise évoluant notamment avec Nabil Fekir (Real Betis), Anthony Martial (Manchester United), Corentin Tolisso (Bayern Munich), Romain Del Castillo (Rennes) ou encore Mouctar Diakhaby (Valence) dans les classes jeunes, il fait ses grands débuts en Ligue 1 le 12 mai 2013 lors d'un match contre le PSG (défaite 1-0). Annoncé comme un futur élément de l'équipe première, il fera quelques apparitions avec les Gones (14), avant d'être finalement vendu à Monaco lors de l'été 2015. N'ayant pas eu le temps de s'épanouir à l'OL, il connaîtra un véritable flop sur le Rocher.

Arrivé en méforme totale, il ne réussira pas à se faire une place. Prêté au Standard de Liège puis vendu à Lille, il n'arrive pas à refaire décoller sa carrière et se retrouve même rétrogradé en réserve à l'arrivée de Marcelo Bielsa dans le Nord. Un club qu'il quitte à l'hiver 2019 dans l'anonymat le plus complet. Voulant se relancer, il mise sur un retour aux sources avec une arrivée au Sporting Club de Lyon à l'hiver 2020, mais la saison tourne court avec la pandémie de Covid-19. Il ne reste pas lors de l'été et se retrouve libre pendant huit mois. Finalement, une opportunité se présente avec le FK Metal Kharkiv qui est un pensionnaire de 3e division ukrainienne. Depuis les choses commencent à s'améliorer pour l'ancien Gone.

Farès Bahlouli toujours aussi apprécié à Lyon

Acceptant de redescendre à un plus bas niveau et dans un relatif anonymat, Farès Bahlouli n'en reste pas moins un joueur très suivi par les supporters lyonnais suite à ses performances quand il évoluait en jeune à l'OL. Ces derniers iront même jusqu'à mettre en place une commande groupée pour obtenir environ 700 maillots floqués Bahlouli auprès du club ukrainien. Une vraie marque d'affection que le joueur avait salué avec émotion dans un entretien pour So Foot : «tout au long de ma carrière, ils m'ont toujours soutenu. C’est une chance d’avoir une relation si privilégiée et réciproque. Je pense qu’ils sont sensibles à mon respect pour le club et à mon style de jeu. J’ai peut-être marqué les esprits par des gestes, des buts. Je suis un Gone, ça ne changera pas.» Et si la belle histoire aurait pu se limiter à ce mouvement supporter, cela va bien plus loin.

Faisant ses grands débuts le 28 mars dernier contre le Dnipro Tcherkassy (victoire 5-0), il s'illustre rapidement en inscrivant un penalty. Auteur d'un doublé contre le FC Nikopol (3-0) dont un sublime coup franc, il a aussi marqué lundi dernier contre le MFC Mykolaiv (6-0) avec un nouveau penalty. Il compte ainsi déjà 4 buts en 5 matches et son équipe roule sur le championnat avec 5 victoires ainsi que 20 buts marqués depuis son arrivée pour 0 but encaissé. Des débuts en fanfare pour le joueur dont la formation est bien partie pour être promue en deuxième division ukrainienne.

Club fondé en 2020 et qui se veut le successeur du Metalist Kharkiv disparu en 2016, le FK Metal entend vite rallier la première division ukrainienne et remettre la ville de Kharkiv sur le devant de la scène locale. Sous contrat jusqu'à la fin de la saison, Farès Bahlouli devra trancher lors des prochaines semaines sur la suite qu'il voudra donner à sa carrière. Quoi qu'il en soit, l'ancien international espoirs peut se targuer de deux choses. Tout d'abord l'amour des supporters lyonnais envers lui est toujours très fort et puis son niveau sur le terrain revient tout doucement. De quoi garder le sourire pour le milieu offensif après plusieurs années assez compliquées.

Plus d'infos

Commentaires