Quels changements pour les Bleus face à l'Autriche ?

Battue par le Danemark et poussive face à la Croatie, l'équipe de France a besoin de se rassurer face à l'Autriche, à l'occasion de cette 3e journée de Ligue des Nations. Mais entre la fatigue physique et mentale, les blessures, un calendrier exceptionnellement dense pour cette fin de saison et des essais tactiques de Deschamps, les Bleus auront sans doute encore un visage inédit à Vienne.

L'équipe de France avant d'affronter le Danemark à Saint-Denis
L'équipe de France avant d'affronter le Danemark à Saint-Denis ©Maxppp
La suite après cette publicité

Cette Ligue des Nations a bien mal débuté pour l'équipe de France. Renversée par le Danemark (2-1) à Saint-Denis pour le premier match puis rejointe en Croatie (1-1) dans les dix dernières minutes, elle ne compte qu'un petit point en deux matchs hypothéquant déjà ses chances de qualification au Final Four. Une nouvelle contre-performance en Autriche demain soir condamnerait quasiment le tenant du titre. Entre fatigue de fin de saison, nécessité de faire tourner et mise en place tactique, Didier Deschamps prévoit sans doute quelques changements pour cette 3e des 4 rencontres de cette éreintante trêve internationale.

On vient de le dire, Noël Le Graët aussi, ce calendrier chargé intervient au pire des moments. «Ces matchs sont importants, mais très franchement, ils se trouvent à une date qui n’a pas de sens. C’est valable pour tous les pays, même si nos joueurs jouent peut-être plus que d’autres. J’ai rencontré mes collègues européens et on se demande comment on a pu accepter ce calendrier. Il a été fait à la hussarde. Les joueurs sont fatigués. On leur fait prendre des risques. Et ce n’est pas encore fini. J’espère surtout qu’on n’aura pas encore des blessés. Ce calendrier est démentiel», a pesté le président de la FFF.

La fatigue a pris le dessus

Dès le premier match face aux Danois, Mbappé et Varane sont sortis sur blessure, le défenseur ayant carrément déclaré forfait pour la fin du rassemblement. Karim Benzema, Kingsley Coman, Jules Koundé et N’Golo Kanté n'ont pas participé à l'entraînement de veille de match contre la Croatie, le dernier nommé étant même absent pour ce match. Didier Deschamps a donc été contraint d'effectuer 10 changements à Split, lui qui n'est pas un grand fan des turn-over. Au grands maux les grands remèdes mais le retour au 4-3-3 proposé par le sélectionneur n'a pas aidé les Bleus à soigner leurs problèmes, défensifs notamment.

«Il y a eu beaucoup de changements forcés avec les soucis et les blessés. Par rapport à mon onze de départ, j'ai toujours le même souci de mettre chaque joueur dans les meilleures conditions. On peut toujours s'améliorer dans l'animation défensive. Mais on peut avoir des problèmes à trois, quatre ou cinq. Je ne suis pas figé pour le prochain match. Mais ça ne veut pas dire que je vais renoncer. Je veux avoir plus de réponses», répondait le sélectionneur lundi soir après la rencontre. A moins de six mois de la Coupe du Monde, la Ligue des Nations sert aussi de préparation.

Quel système face à l'Autriche ?

Les noms et les systèmes changent mais les problèmes restent. Les frères Hernandez n'ont pas été inspirés au premier match, Saliba et Pavard non plus trois jours plus tard, à l'inverse de Maignan et du capitaine du soir Presnel Kimpembe. On pourrait bien revoir le Parisien demain à Vienne, ce qui paraît moins évident pour le gardien milanais, doublure de l'indéboulonnable (pour le moment) Hugo Lloris. En cas de défense à 3, le sélectionneur aura également l'occasion de donner sa première cape au néo-international Ibrahima Konaté, appelé en renfort après le départ de Varane.

Si ce schéma tactique est choisi, on devait retrouver les pistons du premier match, Coman à droite et Theo Hernandez à gauche. Le Munichois apparaît désormais comme le choix numéro un à ce poste où Jonathan Clauss semble encore tendre pour le niveau international. Sur l'autre flanc, on va plaider l'accident de parcours pour Hernandez face aux Danois après avoir été très bon lors de ses cinq premières sélections. Évidemment, l'identité de ces deux éléments est amenée à changer avec une ligne de 4 défenseurs. On pense par exemple à Koundé ou Pavard au poste de latéral droit.

Griezmann ou Nkunku ?

Au milieu, Aurélien Tchouaméni, seul joueur à avoir débuté les deux premiers matchs, pourrait souffler un peu mais les hommes manquent dans ce secteur. Kanté ne s'est pas entraîné ce jeudi, comme Adrien Rabiot, en verve et buteur contre la Croatie. Dans ces conditions, difficile d'assurer un minimum de continuité. Titulaire également lundi dernier, Guendouzi a une carte à jouer pour démarrer, surtout si l'entrejeu est constituée de trois éléments. Enfin, devant Benzema devrait reprendre sa place mais une incertitude demeure autour de Mbappé, absent de l'entrainement de veille de match. Cela laisse une possibilité d'aligner Griezmann et Nkunku, plutôt que de choisir l'un ou l'autre.

Sans but depuis 20 matchs toutes compétitions confondues, le Colchonero a le privilège de l'expérience, du vécu en sélection et de la confiance de Deschamps mais son mauvais match contre le Danemark et son entrée moyenne face aux Croates témoignent de ses difficultés du moment. A l'inverse, le joueur de Leipzig sort d'une énorme saison, en plus d'avoir effectué deux belles prestations avec les Bleus en juin, la première comme remplaçant, la seconde comme titulaire. La composition du sélectionneur donnera en tout cas des éléments de réponse pour la suite de cette année 2022 ô combien importante pour les Bleus.

Plus d'infos

Commentaires