Ça chauffe entre Toulouse et Baptiste Reynet !

En l'espace de quelques jours, Baptiste Reynet a été promu capitaine puis a appris le recrutement d'un nouveau gardien par Toulouse, le rétrogradant de fait en numéro 2. Dégoûté, il pense désormais quitter le club.

Baptiste Reynet veut quitter Toulouse
Baptiste Reynet veut quitter Toulouse ©Maxppp

Toulouse n'avait pas franchement pas besoin de cela. Embourbé à la dernière place de la Ligue 1 avec 12 petits points après 20 journées et deux changements d'entraîneur, le Téfécé ajoute à sa saison compliquée une histoire malheureuse avec Baptiste Reynet. Habitué à jouer le maintien avec Dijon, le portier français avait été recruté en 2018. Après une première saison moyenne, il comptait redresser la barre cette saison mais n'a pas été aidé par une défense aux abois. La récente promotion de Denis Zanko semblait lui donner plus de poids avec le brassard de capitaine hérité lors de la dernière rencontre, une débâcle face à Brest (défaite 2-5).

La suite après cette publicité

Mais voilà, il a appris par les journaux le recrutement du gardien international croate Lovre Kalinic. Une arrivée orchestrée par le président Olivier Sadran, qui a récupéré le Croate sous forme de prêt en provenance d'Aston Villa. Et ce dernier vient clairement pour être titulaire et gagner sa place à l'Euro l'été prochain. Un terrible désaveu pour Baptiste Reynet, passé en quelques jours de capitaine à gardien numéro 2 sans la moindre explication. Il est donc allé en réclamer hier avant l'entraînement des Toulousains.

Selon les informations de La Dépêche du Midi, une réunion houleuse s'est tenue entre Reynet et les décideurs toulousains et le portier de 29 ans n'a pas participé à la séance d'entraînement qui suivait. Le journal explique que le gardien est « écoeuré » par la situation. À tel point qu'il a décidé de partir. Ses représentants sont donc partis en quête d'un nouveau club. Selon L'Equipe, Lens et Caen se sont déjà signalés mais ne seraient pas des destinations privilégiées par le joueur. Il a neuf jours devant lui pour trouver un point de chute et oublier sa désillusion toulousaine.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires