Bordeaux : le pari Hatem Ben Arfa commence à payer

Les Girondins de Bordeaux viennent d'enchaîner deux résultats positifs en deux déplacements périlleux. Un mieux incarné par la montée en régime d'un certain Hatem Ben Arfa.

Hatem Ben Arfa célèbre son but contre Rennes
Hatem Ben Arfa célèbre son but contre Rennes ©Maxppp
La suite après cette publicité

Un succès sur la pelouse du Stade Rennais (0-1, 11e journée de Ligue 1), un nul obtenu au Parc des Princes face au Paris SG (2-2, 12e journée), les Girondins de Bordeaux restent sur une dynamique positive en championnat. Un rebond intéressant après une trêve internationale qui aura constitué un déclic selon Jean-Louis Gasset. «On est en train de créer un groupe. Il y a eu une prise de conscience que ce groupe avait des qualités mais qu'il avait du mal à se transcender. Aller à Rennes et à Paris, c'étaient les bons endroits pour montrer qu'on avait compris pas mal de choses», a-t-il lancé.

Point commun à ces deux bons résultats, Hatem Ben Arfa a été décisif. Buteur en Bretagne, l'attaquant a été à l'origine de l'ouverture du score des siens au Parc grâce à un corner bien botté puis passeur décisif sur le but de l'égalisation de Yacine Adli. Si tout n'a pas été parfait contre le PSG, puisque sa responsabilité est engagée sur l'égalisation parisienne avec une perte de balle coupable devant sa surface, l'international tricolore (15 sélections, 2 buts) est néanmoins sur la pente ascendante.

«La mayonnaise prend»

Son petit numéro dans la surface parisienne (71e) et sa passe vers Nicolas De Préville (86e) en attestent. «Tous les partenaires lui donnent la balle et bougent autour de lui : c'est en train de prendre comme une mayonnaise. Comme il est de mieux en mieux physiquement, il va être de mieux en mieux», a indiqué le coach bordelais, la casquette vissée sur la tête, qui parle du gaucher comme «un artiste» qui le «régale». Ses coéquipiers, aussi, notent cette évolution, à l'image du latéral international suisse Loris Benito, présent face à la presse après la rencontre.

«Avoir un joueur comme Hatem, ça vaut beaucoup. On sent que, quand il a le ballon dans les pieds, il impose le respect, même à une équipe comme Paris. Ça nous aide énormément à avancer quand il a le ballon. Nous, on lui propose des solutions aussi. Après, c'est à lui de faire la décision. Mais il compte beaucoup beaucoup dans cette équipe», a expliqué l'Helvète. Le pari HBA, arrivé libre quelques jours après la fermeture officielle du mercato estival, est sur la bonne voie.

Plus d'infos

Commentaires