Ligue 1 : l'OM de folie est de retour !

L'OM était relativement ennuyant ces derniers mois, bien loin de la fête proposée en début de saison. Ce vendredi soir, contre Angers (5-2), les Phocéens ont régalé leur public, revenu au stade avec la fin des jauges.

Gerson et l'OM se sont réveillés
Gerson et l'OM se sont réveillés ©Maxppp
La suite après cette publicité

Quand on a vu l'Orange Vélodrome l'été dernier, on était comme dans un rêve. Il faisait beau temps, le monde se pressait à l'Orange Vélodrome, puisque les huis clos étaient terminés et, surtout, l'OM de Jorge Sampaoli était une réelle anomalie en Ligue 1, certains lui prêtant même une filiation avec les Marseillais du très regretté dans la Cité Phocéenne, Marcelo Bielsa.

Mais rapidement, El Pelado est revenu sur ce qui semblait être ses principes. Fini l'équipe complètement désorganisée qui pouvait perdre deux buts à zéro et qui revenait, comme à Montpellier, et bonjour à une équipe plus froide, plus cynique, qui défend avec le ballon, qui a certes une possession de cuir hallucinante, mais qui est inoffensif.

L'OM rapidement sous l'eau

Cela a été expliqué à de très nombreuses reprises au cours de la saison. Les confrontations face à Lille et Lens ont radicalement changé la vision de Sampaoli avec les résultats qu'on connaît. Après la débâcle contre l'Olympique Lyonnais, ce mardi (1-2), il fallait changer. Ce que Jorge Sampaoli a fait en donnant sa chance à cinq nouveaux joueurs par rapport à la confrontation lyonnaise (Bakambu, Kolasinac, Milik, Balerdi et Gerson).

Comme si l'équipe était grippée et peureuse après la défaite dans le match des Olympiques, les Marseillais allaient encaisser rapidement deux réalisations face à une sublime équipe d'Angers. À la 12e minute, on était en train de se dire que, malgré le temps plus que clément, la soirée allait vraiment être très longue, tant pour eux, que pour nous, les journalistes. Sampaoli allait d'ailleurs, après, plutôt dans notre sens : « effectivement, on peut dire qu'on a eu une équipe déséquilibrée comme au mois d'aout et cela justifie ce qui s'est passé dans les quinze premières minutes quand on a été mené deux zéro ».

Milik, l'OM du soir

Mais cette soirée avait quelque chose d'irréel. Même si on était bien loin des 50 000 supporters annoncés, ils étaient très bruyants et il y avait comme un air estival soufflait sur l'Orange Vélodrome. Cela n'a pas manqué puisqu'Arkadiusz Milik, décrié ces derniers temps, allait sonner la révolte, sur une superbe balle piquée. Gerson, revenu du Brésil, d'une frappe limpide, égalisait. Juste après la demi-heure de jeu, on avait vu 4 buts. Ce n'était plus arrivé depuis un moment.

Mais on sentait, avec cette animation vraiment offensive, qu'il ne fallait franchement pas grand-chose pour que ça s'enflamme. C'était très déséquilibré, certes, mais ceux qui ont vu le match, qu'ils fussent au stade ou à la télé, fans de l'OM ou non, ont dû se régaler. Certes, Angers a eu quelques munitions en contre pour reprendre l'avantage, mais c'est l'OM qui a fait le travail en seconde période.

Plus de périodes stériles de possession avec une équipe qui essaye de contrer un bloc bas, l'OM a joué rapidement vers l'avant, de manière très verticale. C'est ainsi qu'Arek Milik donnait l'avantage d'une tête après un service de Gerson. Le Polonais entendait son nom scandé et pour remercier ceux qu'ils l'ont fait, il a été chercher son troisième but sur un centre devant le but d'Ünder, juste entré en jeu. Le Turc, lui aussi, avait été, semble-t-il frustré après l'OL-OM, alors il a offert le cinquième but de son équipe, d'une belle volée, à un public qui n'en attendait probablement pas tant. Et nous non plus.

Plus d'infos

Commentaires