Ligue 1 : comment les clubs négocient les baisses de salaire des joueurs

Alors que des baisses de salaire ont déjà été consenties dans la plupart des championnats européens, les clubs français négocient avec l'UNFP, syndicat des joueurs, pour faire baisser temporairement les masses salariales.

La MCN a coûté cher au PSG
La MCN a coûté cher au PSG ©Maxppp

Vous l'avez constaté, à chaque pays ses méthodes concernant les négociations avec les joueurs. Ca coince actuellement en Angleterre, où les discussions sont globales. Ca a marché sans trop de problème chez les gros clubs de Bundesliga, avec des réductions de salaires acceptées rapidement du côté du Bayern Munich et du Borussia Dortmund notamment, et également en Italie. Un peu plus de friction côté Real Madrid et FC Barcelone mais le principal a été fait. Et en France ? Les clubs sont passés, les uns après les autres, au chômage partiel, pour que l'Etat prenne en charge 84% du salaire net. Cela étant dit, la limite de l'aide étant fixée à 4,5 fois le SMIC est loin de permettre une prise en charge globale des salaires des joueurs.

La suite après cette publicité

Comme ailleurs en Europe donc, des discussions ont lieu entre les clubs et les joueurs. Le syndicat des joueurs, l'UNFP, est donc très présent, comme le rapporte L'Equipe, et dont l'apport est salué. Le syndicat cherche à trouver une solution raisonnable pour tous, afin d'aider les clubs à assurer leur survie en cette période de crise économique. Sans l'argent des droits TV, principale source de revenus, les clubs hexagonaux sont à l'agonie. Une baisse de la rémunération de leur effectif, principal poste de dépense, est donc à l'étude. Selon Le Parisien, elle pourrait se situer autour de 30 %. Les joueurs seraient ainsi payés à 70 % de leur salaire net.

Une recommandation, pas plus

D'après les informations de L'Equipe, les négociations porteraient aussi sur le paiement de salaires en différé, avec un pourcentage évolutif en fonction du montant de la rémunération. Exemple, entre 10 000 euros et 20 000 euros par mois, une baisse de 20 % (les 20 % étant payés à la fin de la crise selon des modalités à prévoir), entre 20 000 et 50 000 euros par mois une baisse de 30 %, entre 50 000 et 100 000 euros une baisse de 40 % et enfin une baisse de 50 % pour les salaires dépassant les 100 000 euros mensuels.

Tout cela est donc actuellement négocié mais ne fera pas office d'obligation. En effet, si l'UNFP représente les joueurs, elle ne pourra pas leur imposer cette initiative, qui sera seulement recommandée. Libre à chacun de s'entendre avec son club, de contester ou proposer une baisse encore plus grande. Une chose est certaine, les clubs de l'élite française sont des colosses aux pieds d'argile et il leur faudra réussir à alléger leur masse salariale pour éviter le dépôt de bilan.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires