Allemagne : c'est le flou total après l'humiliation vécue au Qatar !

Par Aurélien Léger-Moëc
3 min.
Allemagne : c'est le flou total après l'humiliation vécue au Qatar ! @Maxppp

De nouveau éliminée en phase de poules du Mondial, la sélection allemande vit des heures sombres. Le départ annoncé d'Oliver Bierhoff pourrait même provoquer celui de Flick, qui voulait initialement continuer sur le banc pour préparer l'Euro 2024 en Allemagne. Et les joueurs, eux, s'interrogent.

La suite après cette publicité

Le boycott de la Coupe du Monde était un véritable sujet en Allemagne, et les audiences télé, largement à la baisse, l'ont prouvé. Moins attendue par contre, la compétition a aussi été boycottée par les joueurs, sortis dès la phase de poules de ce Mondial. Une deuxième sortie prématurée après celle de 2018 et une Fédération allemande (DFB) désormais en crise. La nature germanique ne laisse que peu de place au flou et pourtant, le départ surprise d'Oliver Bierhoff vient jeter le trouble sur la gestion de crise du football allemand. Pas le départ en lui-même, conséquence possible après un tel revers, mais le timing interpelle.

Car le président de la DFB, Bernd Neuendorf, avait assuré, avant le retour en avion au pays, qu'une réunion aurait lieu avec l'entraîneur Hansi Flick, Olivier Bierhoff et lui-même pour analyser les causes de l'échec. Cette réunion était prévue pour demain mercredi. Le contrat de Bierhoff a été résilié hier soir... Le même Bierhoff disait quelques jours avant : « je ne suis pas trop inquiet à ce sujet et j'ai une très bonne impression de moi-même. Mais bien sûr, il y en a d'autres qui peuvent l'évaluer. Après trois mauvais tournois, je n'ai plus d'arguments à donner. Je dois accepter ça. »

À lire Lionel Messi encense Emiliano Martínez

Flick se pose désormais des questions

Dès lors, avec le départ de Bierhoff relativement inattendu, tout semble possible. Même pour Hansi Flick, qui avait d'abord fait part de son envie de continuer l'aventure, mais qui constate amèrement le sort réservé à « son premier contact et ami » Bierhoff. Dans un communiqué publié ce mardi, le sélectionneur national a clairement mis en doute la suite : « mon staff et moi avons actuellement du mal à imaginer comment le vide créé par le départ d'Oliver peut être comblé professionnellement et personnellement. (…) Nous avions le projet Euro 2024 en Allemagne comme objectif commun ».

La suite après cette publicité

Arrivé il y a un an et demi seulement pour succéder à Joachim Löw, Flick pourrait donc faire les frais des derniers événements, quand bien même l'élimination en phase de poules est jugée moins honteuse qu'en 2018. La Nationalmannschaft s'est procurée beaucoup d'occasions et a délivré un jeu plus enthousiasmant que lors du précédent Mondial. Il lui manquait juste une défense de haut niveau (Schlotterbeck, Süle et Raum sont jugés durement en Allemagne) et un véritable attaquant. Le passage de témoin apparaît délicat dans certains secteurs du jeu et il faudra voir quelles décisions prendront également Thomas Müller (33 ans) et Ilkay Gündogan (32 ans), en hésitation sur leur avenir en sélection.

Le flou règne donc en haut lieu et les prochains jours s'annoncent décisifs pour l'avenir de la sélection allemande. Si Jürgen Klopp a vite écarté la possibilité de venir au secours de la Nationalmannschaft, l'option Thomas Tuchel a repris de l'épaisseur. Pourtant, le coach, libre depuis son limogeage de Chelsea, a déjà expliqué qu'il n'était pas vraiment attiré par le football international, et la presse allemande assure qu'Hans-Joachim Watzke, le boss du Borussia Dortmund, est amené à jouer un plus grand rôle à la DFB. Or, entre Watzke et Tuchel, cela s'est mal terminé au BVB...

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité